Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    LE RISQUE D’UNE FLAMBEE D’EXTREMISME DEMEURE AU KOSOVO

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Le risque d’une recrudescence d’extrémisme et de violence demeure au Kosovo, malgré les assertions des casques bleus, a déclaré à notre station le représentant de la Russie dans la troïka de négociateurs Alexandre Botzan-Khartchenko.

    Le risque d’une recrudescence d’extrémisme et de violence demeure au Kosovo, malgré les assertions des casques bleus, a déclaré à notre station le représentant de la Russie dans la troïka de négociateurs Alexandre Botzan-Khartchenko.
    Le premier voyage après l’établissement de la « troïka » de négociateurs sur le Kosovo a été entrepris à Belgrade et à Pristina, chef-lieu du territoire, dit Botzan-Khartchenko. A Pristina, nous avons eu un entretien circonstancié sur ce thème avec les chefs des présences internationales, qui nous ont assuré de tout mettre en oeuvre pour tenir la situation sous contrôle , assurer la stabilité et empêcher des manifestations radicales sur ce territoire.
    Cependant, les récidives de violences envers les Serbes et les représentants d’autres minorités nationales de la part des extrémistes albanais ne s’arrêtent pas. Elles sont même devenues plus fréquentes, ce que les observateurs attribuent aux prochaines élections du parlement et des organes locaux du pouvoir, prévues pour le 17 novembre. Les principaux partis et groupes albanais essaient d’y faire entrer les partisans de l’indépendance, d’où un regain de tension et d’animosité envers les non-Albanais.
    Il faut tenir compte d’une autre circonstance également — les négociations sur le statut du territoire, menées par Belgrade et les séparatistes kosovars avec la participation des médiateurs internationaux – Russie, Etats-Unis et UE- n’ont toujours pas abouti, puisque les responsables de la communauté albanaise du Kosovo insistent sur l’octroi de l’indépendance et ne veulent rien entendre d’autre, des extrémistes étant utilisés pour faire pression sur Belgrade.
    La souveraineté du Kosovo est inadmissible en principe pour Belgrade, disposé à lui accorder une autonomie élargie. Le ministre serbe des affaires étrangères Vuk Jeremic l’a rappelé une nouvelle fois à la veille des négociations à Vienne. Dans une interview au journal belgradois « Blitz », il a déclaré que la partie serbe était prête à faire preuve de beaucoup de souplesse et de grandeur d’âme.

    Lire aussi:

    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Vers une adhésion du Kosovo à l’Onu? Un ancien ministre yougoslave se montre sceptique
    Le Président serbe prêt à négocier avec les Albanais du Kosovo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik