Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    DEFENDANT L’AGRESSEUR GEORGIEN, LES PAYS OCCIDENTAUX MENENT DES JEUX GEOPOLITIQUES

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Défendant l’agresseur géorgien, les pays occidentaux mènent des jeux gé

    Défendant l’agresseur géorgien, les pays occidentaux mènent des jeux géopolitiques au lieu de penser aux droits de l’homme et la démocratie, a déclaré dimanche dans une interview à la compagnie CNN le président de la Commission des affaires internationales de la Douma (chambre basse du Parlement russe), Constantin Kossatchev. Ici le commentaire de notre observateur politique Victor Enikeev.
    Notons que les Etats-Unis et leurs alliés directs parlent tout le temps de l’aide à la Géorgie. La secrétaire d’état américaine Condoleezza Rice est venue à Tbilissi, et non en Ossétie du sud qui a subi une agression de la part du régime du président Saakachvili. Certains politiques européens regrettent les bases militaires de Géorgie détruites. Mais peu nombreux sont ceux qui évoquent la disparition de la capitale sud-ossète, Tskhinvali, par des installations de tir par rafales. Tout est détruit : écoles, crèches, hôpitaux, maisons. D’après les données officielles, l’agression géorgienne a fait plus de deux mille victimes et plusieurs milliers de blessés. Pendant les combats visant à arrêter l’agresseur, la Russie a perdu 74 soldats. 171 soldats sont blessés. 19 personnes sont portées disparues.
    Le régime de Saakachvili a commis un acte de génocide contre son propre peuple, a provoqué une large catastrophe humanitaire en en Ossétie du sud. Seulement grâce à l’opération russe de l’imposition de la paix, le Caucase entier ne s’est pas embrasé.
    Mais Washington et la plupart des pays de l’OTAN ont l’air de ne pas le remarquer. Ils glorifient « le grand démocrate » Saakachvili et réfléchissent aux moyens de punir la Russie. Ces protecteurs de Tbilissi ne soufflent pas un seul mot sur les droits souillés de la population civile de l’Ossétie du sud, la responsabilité de Tbilissi et les violations du droit international. A la veille de l’agression, Saakachvili avait promis de résoudre le problème par des moyens pacifiques uniquement. On a oublié que Moscou avait prévenu à maintes reprises les Etats-Unis et l’OTAN sur une agression géorgienne qui se préparait.
    Pour un homme normal, cela parait aberrant. Mais il y a une autre raison, la plus importante de cette politique de deux poids deux mesures. Le journal britannique Guardian écrit qu’il s’agit non d’une agression ruse, mais d’une agression américaine faite avec l’aide de leur satellite géorgien. Le conflit à cause de l’Ossétie du sud reflète les projets plus larges de l’administration américaine de renforcer l’hégémonie mondiale des Etats-Unis et de prévenir des défis régionaux. La Russie s’y est opposée, ayant montré la nullité du régime de Saakachvili et de ceux qui veulent profiter de cette marionnette dans leurs jeux géopolitiques.



    Lire aussi:

    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik