Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    MAGHREB : LE PANORAMA DE LA SEMAINE

    Actualités
    URL courte
    0 02

    Vous êtes sur la « Voix de la Russie »! Nous vous invitons à suivre notre programme r

    Vous êtes sur la « Voix de la Russie » ! Nous vous invitons à suivre notre programme régulier « Maghreb : le panorama de la semaine ». Son auteur et notre observateur Alexeï Grigoriev propose à votre attention sa note « Mouammar Kadhafi a pris la tête de l’Union Africaine pour 12 mois ». Et comme d’habitude, à la fin de cette rubrique vous entendrez un bref aperçu de certains événements dans la région maghrébine
    Appelez-moi simplement « roi des rois traditionnels d’Afrique », — a demandé à ses collègues de marque le leader de la révolution libyenne Mouammar Kadhafi après son élection au poste de président de cette organisation panafricaine dans la soirée du 1er février, au premier jour des travaux du 12e sommet de l’Union Africaine (UA). Détail curieux, Mouammar Kadhafi est apparu à Addis-Abeba à la tête d’une procession de 7 chefs de tribus africaines, portant des costumes nationaux originaux. Ces mêmes chefs, qui l’avaient proclamé il y a quelques mois à Tripoli « roi des rois traditionnels d’Afrique ». Il est vrai qu’on ne les a pas laissés entrer au Palais des Congrès, où se tenait le sommet, pour des considérations de mesures de sécurité renforcées, prises par les autorités de la capitale éthiopienne pour le temps de ses travaux. Je n’exclus pas, écrit Alexeï Grigoriev, que tout cela pourrait sembler une nouvelle fantaisie de M. Kadhafi, connu pour l’extravagance de ses propos et actes. Mais je crois, cependant, que tout cela avait un sens profond. Par la même Mouammar Kadhafi a une nouvelle fois proclamé son identité africaine, sa proximité de ce qu’on appelle l’Afrique Noire. Mais à la fois il a montré aussi sa méfiance envers le monde arabe, qu’il a plus d’une fois accusé par le passé de ne pas vouloir aider la Libye durant la longue période, quand son régime se trouvait sous le coup des sanctions internationales. De toute façon, on connaît bien l’aspiration de Mouammar Kadhafi à devenir le leader panafricain, voire, dans un certain sens, la Messie pour les Africains. Aussitôt après avoir obtenu son mandat de douze mois de présidence de l’UA à Addis-Abeba, il a immédiatement annoncé son intention de chercher à atteindre le but principal : créer les Etats-Unis d’Afrique sous la direction d’un gouvernement continental. Mouammar Kadhafi proposait depuis déjà longtemps à la communauté africaine de grouper tous les 53 Etats du continent et demandait régulièrement de le discuter à tous les récents sommets de l’UA. Le leader libyen a ses partisans en Afrique. Notamment, le président du Sénégal Abdoulay Wade, considérant que seulement ensemble que les pays du continent pourront lever les défis de notre temps, tels que la globalisation, la pauvreté de la population et la nécessité de régler les conflits sans ingérence de l’Occident. Mais Mouammar Kadhafi a encore plus d’adversaires – l’idée des Etats-Unis d’Afrique n’est pas partagée par les dirigeants d’Afrique du Sud et d’autres pays du continent, croyant ce projet inutile et loin de la réalité. Les discussions au sommet, qui vient de s’achever à Addis-Abeba, ont mis à jour les divergences profondes de ses participants sur le projet de Mouammar Kadhafi. La dernière séance qui a duré tard dans la nuit du 3 février a failli tourner en scandale : sans avoir trouvé de la compréhension auprès de ses collègues de haut rang, le président de l’UA élu la veille, a quitté le Palais en faisant claquer la porte. Les débats ont repris le jour suivant, et les participants au sommet ont fini par prendre une décision de compromis minimale, en évitant une division qui s’accusait dans les rangs de l’UE. Ils ont décidé de remplacer l’appellation de la Commission de l’Union (organe exécutif suprême de l’organisation) contre « l’Autorité de l’Union ». « Cette décision importante — transformer la Commission en Autorité de l’Union — a été prise à l’unanimité », a déclaré à la presse à la fin du sommet le président de la Commission, Jean Ping, ajoutant : « C’est une avancée majeure qui met fin à tous ces débats sur la manière de faire avancer l’UA que nous avons depuis plus de trois ans ». A titre de président de l’UA Mouammar Kadhafi va probablement représenter l’Afrique au prochain sommet du G-20 en avril à Londres, qui réunira les leaders du G-8, ainsi que ceux de principaux Etats du continent africain. On peut supposer que le leader de la révolution libyenne dira à Londres tout au sujet de l’attitude de la communauté mondiale envers l’Afrique et ses problèmes. Qui plus est, déjà après le sommet de l’UA à Addis-Abeba l’agence libyenne JANA a diffusé la déclaration de Mouammar Kadhafi au sujet de son intention de chercher à obtenir pour l’Afrique un statut permanent et le droit de véto au Conseil de Sécurité de l’ONU. « Je vais parler au CS et à l’Assemblée Générale de l’ONU que l’Afrique a droit à un siège permanent au CS, indépendamment s’il y a ou non une réforme de l’ONU », a dit Mouammar Kadhafi. Il a rappelé que les pays africains constituent un quart de la totalité des membres de l’ONU. Le nouveau chef de l’UA a évoqué, de même, les changements intérieurs, qui doivent s’opérer d’ici un an dans le « continent noir ». « A partir de ce jour nous lançons un travail énorme, et vers la fin de l’année la Commission de l’UA doit se transformer en Autorité, possédant de plus larges pouvoirs et possibilités », a dit Mouammar Kadhafi. D’après son plan, le futur gouvernement fédéral d’Afrique va réaliser un programme commun dans les domaines politique, économique, culturel et social. Et, enfin, le gouvernement panafricain devra marquer une première étape sur le chemin qui conduit à l’institution des Etats-Unis d’Afrique. Enfin, Mouammar Kadhafi a déclaré que la décision à ce sujet sera prise au prochain sommet de l’UA en juillet. Si la majorité des membres de la Communauté Africaine l’accepte, a-t-il ajouté prudemment. L’Afrique, à quel point a-t-elle besoin de la mise en œuvre de ce projet ? C’est déjà un tout autre thème pour notre conversation, tout comme celui du sommet de l’UA à Addis-Abeba.
    ( )

    Lire aussi:

    Quelles synergies entre la vision d’Alger et celle de Paul Kagamé sur la réforme de l’UA?
    Le Président zimbabwéen fait don d’1 M USD à l'Union africaine, ayant vendu son bétail
    Cousin de Kadhafi: les partisans de la Jamahiriya prêts à revenir au pouvoir en Libye
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik