Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    Le président Dmitri Medvedev dresse le bilan de l'année face aux représentants de trois chaînes de télévision d'audience nationale

    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    Le nouveau traité START est presque accordé Les délégations de Russie et des Etats-Unis ont accordé presque entièrement le nouveau traité qui remplacera START-1, dont la validité a expiré le 5 décembre.

    Le nouveau traité START est presque accordé

    Les délégations de Russie et des Etats-Unis ont accordé presque entièrement le nouveau traité qui remplacera START-1, dont la validité a expiré le 5 décembre. Le président russe Dmitri Medvedev l’a déclaré , répondant aux questions des chefs de trois chaines fédérales de télévision. Selon lui, le nouveau traité devra définir les bases de la coexistence de Russie et des Etats-Unis pendant une période assez longue – 10 ans. « Voilà pourquoi, il faut compter tout, jusqu’à la dernière virgule », a dit Medvedev. En même temps, il a déclaré que la Russie, même après la signature du nouveau document sur la réduction et la limitation des armes stratégiques offensives, continuerait à développer ce type d’armes. Un monde sans armes nucléaires, c’est un objectif beau et correct, mais il faut y arriver progressivement, avec la participation des autres pays, et non seulement de la Russie et des Etats-Unis, a souligné le président.

    Medvedev : les auteurs de l’attentat terroriste contre le train rapide « Nevski Express » seront trouvés

     
    Les organes chargés de l’enquête sur l’attentat terroriste contre le train rapide « Nevski Express » possèdent des versions prometteuses, ce crime sera dévoilé, a déclaré le président russe Dmitri Medvedev. « Il n’y a pas de doutes que les coupables seront trouvés ». Il a noté : « Nous avons appris à lutter contre les bandits au cours de ces dernières années, les principaux refuges de terroristes dans le Caucase du Nord sont détruits, mais le problème reste, il est lié avec les mauvaises conditions de vie », a dit le président. Selon lui, en Ingouchie, il y a près de 50% de chômeurs, au Daguestan, 10-15% de population n’ont pas de travail, en Tchétchénie – près de 30%. Selon le président russe, il faut faire venir le business dans ces régions, créer des emplois.

    Il  est indispensable " d'interdire totalement la consommation d'alcool au volant "

    ,Il a dit qu'il apporterait " des amendements appropriés à la législation " en vue d'interdire la consommation d'alcool au volant " même dans des quantités infimes. ". Il a affirmé que la population " n'était pas encore prête " à ce que la législation autorise de se mettre au volant après avoir consommé un peu d'alcool (un taux de 0,3 pour mille). Par conséquent, " cette norme doit être annulée, il faut le faire. "


    La situation dans l’armée


    Le président de Russie Dmitri Medvedev a déclaré que la situation actuelle dans les forces armées russes était différente de celle d’il y a dix ans. « Conformément aux décisions que j’ai validé en tant que Commandant en chef, toutes les unités sont prêtes à combattre », a dit le chef d’état, répondant aux questions des chefs de trois chaines fédérales de télévision. Pourtant, selon lui, il reste pas mal de problèmes : le matériel vieillit, les militaires doivent toucher une rémunération adéquate pour leur travail, le système organisationnel de l’armée doit changer. Pour ce qui est de la nouvelle image des forces armées russes, pour cela, toutes les décisions nécessaires du côté organisationnel et juridique sont déjà prises, a rappelé Medvedev. « Certaines sont assez sensibles, mais elles jettent les bases de la nouvelle image des Forces armées de la Fédération de Russie », a déclaré le chef d’état.

     Les migrants qui arrivent en Russie doivent maitriser le russe

    Les migrants étrangers qui arrivent en Russie doivent maitriser le russe, a dit Dmitri Medvedev. Parlant de l’activité des migrants en Russie en gros, il a reconnu le fait que dans certaines sphères, leur travail était demandé, mais il a souligné que cette activité devait être conforme à la législation russe. Notamment, a noté Medvedev, les conducteurs doivent avoir un permis de conduire russe pour avoir le droit de transporter des voyageurs.

    L"opposition hors-système" russe a le droit à l'existence si elle n'enfreint pas la loi

     Le président Dmitri Medvedev a estimé dans son interview à la télévision russe consacrée au bilan de l'année 2009 que l'"opposition hors-système" russe a le droit à l'existence. "L'opposition hors-système s'appelle ainsi parce qu'elle ne se positionne pas à l'intérieur du système politique existant. Elle a elle-même choisi ce créneau, et c'est bien son droit. Et je le respecte à condition que notre législation ne soit pas violée: législative, sur les ONG et sur les meetings", a estimé le président interrogé à la question de savoir quelle place, selon lui, est réservé dans la vie politique à des représentants de l'opposition hors-système comme Mikhaïl Kassianov et Garry Kasparov. Selon le président, si l'opposition hors-système opère dans le cadre légal, "qu'elle travaille comme bon lui semble".

    "Ils reflètent de toute évidence les préférences d'aucuns. Il est vrai que j'ai parfois du mal à préciser de qui il s'agit précisément (…). Pour ce qui est de ces deux personnes, ce sont des hommes connus dans le pays. L'un d'eux est un ancien premier ministre, l'autre est un ancien joueur d'échec très connu", a noté M.Medvedev.

    Le renouvellement des cadres doit se faire " sans révolutions folles"


    " Je ne suis pas partisan de révolutions de cadres folles. C'est injuste vis-à-vis des gens et dangereux pour le pays ", a indiqué Dmitri Medvedev dans une interview aux chaînes de télévision russes.
    Cependant, il a rappelé " qu'au cours de ces dernières années, le cinquième du corps des gouverneurs avait été renouvelé. " " Nous continuerons dans cette voie ", a-t-il affirmé.


    La sortie de la crise ne sera pas rapide

    ,Le président russe Dmitri Medvedev a appelé à ne pas se faire d'illusions au sujet d'une rapide élimination des conséquences de la crise financière mondiale en Russie.
    " Il La sortie de la crise ne sera pas rapide, est impossible de dire que la situation dans le monde est telle que les crises sont à exclure, que l'année prochaine sera sans problèmes, a déclaré ce jeudi le président russe Dmitri Medvedev dans une interview en direct aux chaînes de télévision russe. Au contraire, . Il ne faut pas se faire d'illusions au sujet des rythmes de croissance. Cette année, notre PIB s'est réduit de 8,7 pour cent. L'année prochaine, nous espérons une croissance du PIB mais il est difficile de préciser les chiffres : entre 2,5 à 5 pour cent. "


    Les dernières élections régionales en Russie n’étaient pas irréprochables

    « La situation juridique à l’issue des élections montre que leur déroulement n’était pas irréprochable, il y a eu certains problèmes, notamment, à Derbent. Là, il y aura un nouveau vote, a déclaré Dmitri Medvedev, répondant aux questions des chefs de trois chaines fédérales de télévision. Il a noté que la décision au sujet de Derbent avait montré qu’il était possible de trouver une solution judiciaire, et que les nouvelles élections auraient lieu l’année suivante. Pourtant,n le système électoral russe s’améliore, mais il n’est pas sans défauts, a noté le président.

    Medvedev estime que les citoyens russes doivent décider eux-mêmes combien de partis doit avoir le système politique

    Le président de Russie Dmitri Medvedev croit que les citoyens doivent décider eux-mêmes combien de partis doit avoir le système politique russe. « Personne ne dira combien de partis nous aurons. Peut-être, sept, peut-être, plus d’une dizaine, ou bien nous pourrons s’engager sur la voie du développement de la démocratie américaine, a dit me chef d’état dans l’interview aux chaines russes de télévision.


    Les problèmes russes qui restent non résolus : la dépendance de l’économie des matières premières, un niveau élevé de chômage, une faible compétitivité des entreprises, a déclaré Medvedev

    Le président russe Dmitri Medvedev estime que parmi les problèmes russes qui restent non résolus, on peut citer la dépendance de l’économie des matières premières, un niveau élevé de chômage, une faible compétitivité des entreprises nationales. « Nous avons l’ancien système économique, basé sur le marché des matières premières, a déclaré le chef d’état dans l’interview à trois chefs des principales chaines de télévision russes. En plus, selon lui, le nombre d’entreprises non compétitives reste grand dans le pays. « Voilà pourquoi il est très important pour nous que le caractère innovant du développement des entreprises soit dominant », a souligné Medvedev.

    Le ministère de l'Intérieur sera bientôt réorganisé

    Des réformes au sein du ministère russe de l'Intérieur s'imposent, a déclaré le président Dmitri Medvedev dans son interview à la TV russe consacrée au bilan de l'année 2009. "Aujourd'hui je signerai un décret portant sur la réorganisation du ministère de l'Intérieur. La police connaîtra bientôt des changements radicaux, mais l'ossature restera la même", a indiqué le chef de l'Etat russe.


    Medvedev : En 2009, l’inflation sera près de 9%
    En 2009, l’inflation en Russie sera plus basse qu’en 2008, près de 9%, a dit le président russe Dmitri Medvedev. « L’année passée, elle était près de 13% », a-t-il rappelé, répondant en direct aux questions des dirigeants des trois chaines fédérales de télévision. Il considère que l’un des acquis de l’année qui se termine, c’était le maintien d’une stabilité financière dans le pays. « Cela posait problème dans le pays. Le début de l’année était difficile », a reconnu le chef d’état. Il a souligné que le gouvernement et la banque centrale a réussi tout de même à assurer la stabilité de la monnaie nationale, un fonctionnement normal des banques, ne pas permettre qu’elles s’effondrent, éviter le développement du scénario de 1998. « Toutes ces mesures étaient prises. Le système financier est stable, il marche », a noté Medvedev. « La Russie a su traverser cette année difficile dans grosses pertes », a-t-il souligné.

    Une modernisation forcée de la société serait inadmissible, pense le président russe Dmitri Medvedev. " Les modernisations forcées sont restées dans le passé, je ne nie pas qu'elles pourraient être de quelque utilité, cependant ces méthodes sont inacceptables ", a-t-il dit dans une interview à la télévision russe. " Notre peuple est intelligent et capable de changer non seulement contraint ou forcé. La plupart de nos voisins ont déjà fait ce chemin. Un dictateur de plus ou de moins, un drame de plus ou de moins, l'essentiel est que tout le monde se rende enfin compte de la nécessité de parvenir à ces fins : être forts, efficaces et puissants ", a-t-il souligné

    Le président russe Dmitri Medvedev estime que le problème du chômage n'a pas encore été résolu dans le pays.
    "
    C'est un problème compliqué et sérieux. Nous nous en sommes occupé, nous avons élaboré un sérieux programme mais le problème n'a pas été entièrement résolu. Le travail sera poursuivi ", a déclaré le chef de l'Etat dans une interview aux chaînes de télévision russes.

    Medvedev estime que le bilan principal de l’année, c’est que la Russie n’a pas payé trop cher pour la crise
    Le président russe Dmitri Medvedev est content que la Russie ait pu traverser cette année difficile sans grosses pertes. « L’année était très compliquée, elle a apporté beaucoup d’événements dramatiques. Tous nos citoyens ont senti la crise. Le bilan principal, c’est que nous avons tenu le coup, nous avons continué notre évolution et, à mon avis, nous n’avons pas payé un prix trop cher pour la crise économique et financière mondiale qui a éclaté sur la planète, a dit Medvedev dans l’interview à trois chaines russes de télévision jeudi. Selon lui, la stabilité sociale a pu être conservée. « Nous avons assuré le niveau d’allocations sociales promis. Les engagements sociaux sont tenus, bien plus, cette année, nous procédons à un nouveau système de retraite, nous avons augmenté les allocations de retraite, a noté le président.

    Le président russe Dmitri Medvedev dresse aujourd'hui le bilan de l'année sur le point de s'achever, face aux représentants de trois chaînes de télévision d'audience nationale " La première ", " Russie " et " NTV ". L'interview passera en direct à partir de midi (9H00 GMT). D'après la secrétaire à la presse de la présidence Natalia Timakova, cette interview sera une sorte de continuation du cycle " l'entretien avec Dmitri Medvedev ". La forme de l'entretien sur les points d'actualité a été choisie par le chef de l'Etat lui-même au début de l'année et depuis lors, 9 entretiens du cycles sont passés sur le petit écran. Cette fois, le président compte tenir près de 2 heures face aux rédacteurs en chef des trois chaînes susmentionnées Constantin Ernst, Oleg Dobrodeev et Vladimir Koulistikov.

     

    Lire aussi:

    Medvedev: les USA ont lancé une guerre commerciale contre la Russie
    Medvedev: les USA ont lancé une guerre commerciale contre la Russie
    Les frappes US en Syrie laissent les mains libres aux terroristes, selon Medvedev
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik