Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    Géorgie: le pouvoir en place menace la paix dans le Caucase (Lavrov)

    Actualités
    URL courte
    0 0 0 0

    L'actuelle administration géorgienne présente une menace pour la paix et la sécurité dans la région du Caucase, mais la Russie fera tout pour protéger l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    L'actuelle administration géorgienne présente une menace pour la paix et la sécurité dans la région du Caucase, mais la Russie fera tout pour protéger l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, a déclaré jeudi à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    "Les actuelles autorités géorgiennes constituent une menace pour la paix et la sécurité régionales, menace qui s'est déjà transformée par le passé en "guerre chaude" contre l'Ossétie du Sud, contre les soldats de la paix russes, contre la Fédération de Russie", a indiqué le chef de la diplomatie russe à l'issue des négociations avec son homologue abkhaz Sergueï Chamba.

    "Aussi faisons-nous tout notre possible pour que cela ne se reproduise plus, en espérant que ceux qui continuent de remettre sur pied l'armée géorgienne comprennent ce qu'ils font et qu'ils dissuaderont la Géorgie de nouvelles aventures", a-t-il poursuivi.

    Et d'ajouter que suite à la conclusion d'accords appropriés entre la Russie d'une part et la République d'Abkhazie et la République d'Ossétie du Sud d'autre part, la sécurité de ces nouveaux Etats indépendants était garantie contre toute agression.

    La Russie a reconnu l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud le 26 août 2008 dans la foulée d'une offensive avortée de Tbilissi contre la capitale sud-ossète.

    Lire aussi:

    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie rendent hommage aux victimes de l'agression géorgienne
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    L'Otan propose à Moscou de ne plus reconnaître l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik