Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    PAR LA MEME VOIE VERS LE MEME RESULTAT

    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    « Afghanistan : la même voie vers la défaite », de cette façon est

    « Afghanistan : la même voie vers la défaite », de cette façon est intitulé le commentaire de l’ancien ambassadeur de la Grande Bretagne à Moscou Rodric Braithwaite publié dans « The Financial Times ». L’article est consacré au 30ème anniversaire de l’introduction des troupes soviétiques en Afghanistan.
    Selon Rodric Braithwaite, les troupes soviétiques ont réussi de faire beaucoup de choses, mais ils n’ont pas pu retenir le territoire. Braithwaite est d’accord avec l’arguent le plus important des critiques de l’URSS : les militaires soviétiques avaient une tactique mais n’avaient pas de stratégie. Il jette le même reproche à la nouvelle coalition occidentale. Mais quelques hommes politiques et experts croient que les actions du Kremlin de l’époque et celles de la Maison Blanche d’aujourd’hui ne peuvent pas être comparés.
    Il existe vraiment une différence. Mais pas celle qu’a annoncée le chef du Pentagone et l’ancien dirigeant de la CIA Robert Gates. Selon lui, l’URSS voulait imposer aux afghans un système politique étranger pour eux, ils tuaient et terrorisaient la population. Les Américains se trouvent en Afghanistan à « l’invitation du gouvernement » de ce pays et « défendent le peuple afghan ». Ils ont un mandat de l’ONU et un soutien international. Mais il faut noter qu’en octobre 2001 le taliban n’avait pas vraiment envie d’inviter les Américains qui n’ont pas demandé aucun mandat à l’ONU. Il a été donné plus tard par les forces de l’ISAF. Mais, en ce qui concerne « un système politique étranger » et la mort des civiles, le Pentagone devrait bien se taire.
    Selon les experts du site Internet « Afghanistan.ru », Moscou a décidé d’envoyer ses troupes en Afghanistan après la 21ème demande du gouvernement afghan. Mais cette décision était aussi une faute. Mais en même temps, d’après l’ancien commandant de la 40ème armée, le gouverneur de la région de Moscou Boris Gromov, depuis 1980 jusqu’à 1988 avec le soutien des ouvriers et des spécialistes soviétiques on a construit et on a mis en œuvre en Afghanistan 65 sites socio-économiques, parmi lesquelles les entreprises et les usines hydroélectriques, des ouvrages d'irrigation et des établissements scolaires, des chemins, des ponts et des gisements des minéraux. Ce n’est pas par hasard que les Etats-Unis et l’OTAN appellent la Russie à la coopération à L'Hindu Kush.
    Selon Anatoli Tsiganok, le chef du centre indépendant de la prévision militaire, la Russie a beaucoup de possibilités en Afghanistan. Les Chemins de fer de Russie peuvent construire des chemins de fer du sud jusqu’au nord de l’Afghanistan. Nous sommes intéressés à accomplir le programme de l’ONU – Sud-Nord. Nous proposons également de restaurer les usines qui ont été construites plus tôt. (…)
    D’après les experts, les Etats-Unis et l’OTAN veulent avoir un soutien militaire. Mais ils ne pourront pas partir de l’Afghanistan. C’est pour cela la Russie doit agir en tenant compte de ces circonstances. Et bien sûr, il ne faut pas oublier les menaces globales, par exemple, le trafique des drogues.

    Lire aussi:

    L’armée US pourrait quitter l'Afghanistan après les élections du Congrès
    McCain reconnaît que les USA perdent la guerre en Afghanistan
    Les États-Unis envoient de nouvelles troupes en Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik