Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    L’OPPOSITION EN IRAN DEVIENT PLUS FORTE

    Actualités
    URL courte
    0 3 0 0

    Le conflit entre l’opposition et les autorisées iraniennes devient plus fort. L’ancien ministre des Affaires Etrangères et le conseiller de l’ayatollah Khomeiny Ibrahim Iazdi ont été arrêtés.

    Le conflit entre l’opposition et les autorisées iraniennes devient plus fort. L’ancien ministre des Affaires Etrangères et le conseiller de l’ayatollah Khomeiny Ibrahim Iazdi ont été arrêtés. Un autre leader de l’opposition Imad Bagi a été également arrêté.
    Le conflit entre les manifestants et la police a eu lieu cette nuit dans quelques villes de l’Iran. Selon le journal « Times », 15 militants de l’opposition sont morts. L’orientaliste Vladimir Sajine parle de la situation qui s’est formée en Iran.
    Malgré les répressions, les leaders de l’opposition de l’Iran ont l’intention de continuer la lutte contre le gouvernement. L’ex-Moussavi a appelé ses adeptes à participer au meeting, malgré ce que cela pouvait provoquer la collision avec les militaires. Les mêmes événements ont eu lieu le 4 novembre, quand l’Iran célébrait « Le jour national de la lutte contre l’orgueil et l’oppression dans le monde », consacré au 30ème anniversaire de la prise d’otage de l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran, le 7 décembre – le Jour des Etudiants et le 21 décembre, lors des funérailles de l'ayatollah Hossein Ali Montazeri. Les dizaines de manifestants sont sortis dans les rues avec les slogans « L’affaire de Montazeri sera continuée » et « Montazeri n’est pas mort, le gouvernement est mort ».
    Le conflit a continué le 27 décembre, le jour d’Achoura qui a été tué en 680.
    L’action active de l’opposition en Iran est commencée en été et elle était liée aux élections présidentielles. Le pays s’est scindé en deux parties, l’opposition et les adeptes de Mahmoud Ahmadinejad. Mais comment sauvegarder la paix civile dans le pays et améliorer l’image de l’Iran dans le monde ? Le président avait le choix : libérer la vie quotidienne ou bien effrayer le monde par la rhétorique dure et son programme nucléaire.
    Le président a choisi la deuxième voie. Plusieurs opposants ont été jetés en prison, cinq personnes ont été condamnées à la peine capitale. Les autorités ont interdis aux mass médias étrangers de parler de toutes les actions de l’opposition dans le pays. Maintenant il y existe la censure sur l’Internet qui est paralysé aussi bien que la communication mobile. Tout cela n’a pas entraîné les résultats attendus. Au contraire, cela a acharné l’opposition.



    Lire aussi:

    Syrie: les positions des djihadistes et de l'opposition démêlées?
    Damas et l’opposition lancent leur première opération conjointe contre Daech
    Relations franco-iraniennes: l’élection de Macron va-t-elle changer la donne?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik