Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    A CHACUN – SUIVANT SES RESULTATS

    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    L’année 2009 était pour la Russie, comme pour le monde entier, une période difficile. Une crise financière, un ralentissement du développement économique, de gros accidents ayant coûté la vie à des dizaines, voire des centaines de gens… Notre pays a pu surmonter ces épreuves et bien d’autres, ayant conservé les acquis les plus précieux – la stabilité sociale et la fiabilité que les citoyens du pays ont ressentis au cours des dernières années comme leur acquis commun. Le président russe Dmitri Medvedev a caractérisé ainsi le travail du Cabinet des Ministres. Le journal « Komsomolskaia Pravda » note que d’après Medvedev, les gens qui travaillent dans les entreprises, n’ont pratiquement pas senti les effets néfastes de la crise. Cela est devenu possible, notamment, grâce à l’aide du gouvernement qui soutenait certaines entreprises les plus importantes, allouant des fonds pour payer les dettes sur les salaires. L’année prochaine ne promet pas d’être facile, pourtant, le soutien aux entreprises et à certaines branches de l’industrie se poursuivra.
    Le président a également évoqué l’état de choses dans la sphère financière. Selon lui, au début de cette année, le gouvernement a pris des mesures pour garder la stabilité financière et ne pas permettre une forte dévaluation de la monnaie nationale, un déséquilibre des mécanismes des crédits. Il en résulte que le système financier reste en forme, et n’a pas connu de changements particulièrement négatifs.
    Il y a dix ans, l’époque de Boris Eltsine s’est terminée, celle de Poutine s’est terminée aussi, écrit le magazine « Profil ». La question n’est pas de savoir si Poutine partira définitivement ou s’il forcera Medvedev à lui redonner le pouvoir en 2012. C’est que l’époque de Poutine est révolue objectivement. On sent que des changements radicaux sont nécessaires. Le fait que Poutine a quitté le poste du président, l’élection de Medvedev qui ne lui ressempble pas du tout (ce qui était son cas par rapport à Eltsine), ce n’est pas simplement un reflet de la personnalité de Poutine et de celle de son successeur. Cela reflète l’évolution logique du système.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik