Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    ON REVIENT AU PASSE

    Actualités
    URL courte
    0 0 0 0

    L’Institut du Développement Moderne, considéré comme « le cerveau » de l’équipe du président russe Dmitri Medvedev a publié le rapport « La Russie du XXI siècle : image d’un lendemain auquel on aspire », qui a ébranlé la vie politique du pays.

    L’Institut du Développement Moderne, considéré comme « le cerveau » de l’équipe du président russe Dmitri Medvedev a publié le rapport « La Russie du XXI siècle : image d’un lendemain auquel on aspire », qui a ébranlé la vie politique du pays.
    Les auteurs considèrent l’article du président « La Russie, en avant ! » comme le début d’une modernisation globale. La Russie doit faire des réformes au moment où « trop de choses poussent à l’inertie et à la stagnation, à commencer par la conjoncture sur les marchés des ressources naturelles jusqu’à l’état d’esprit en politique et la certitude du gouvernement de pouvoir digiger la conscience des masses.
    Pourtant, les auteurs du rapport gardent leur optimisme. La société est bien obligée de profiter d’une chance de modernisation, croient-ils. Il s’agit de la survie de la Russie, au moins, dans ses paramètres actuels, en tant qu’une nation d’avant-garde, écrit le journal « Komsomolkaia Pravda » citant le rapport.
    Le nouveau système politique ressemble beaucoup à celui qu’on avait pendant la présidence de Boris Eltsine : le mandat présidentiel dure 5 ans, celui de la Douma d’Etat — 4 ans, elle est de nouveau élue d’après un principe mixte. En plus, on suppose que dans le pays, il y aura 20 partis, près de 50 sièges à la Douma seront réservés aux députés indépendants, qui créent le groupe « Politique régionale ». La barrière pour les candidats baisse jusqu’à 5%, des blocs préélectoraux sont de nouveau autorisés (pour eux, la barrière de 7% reste en vigueur).
    L’institut croit que dans la nouvelle Russie, il ne doit pas y avoir de structure comme le ministère de l’Intérieur. Il sera remplacé par le Service Fédéral de la police criminelle. Pour assurer la sécurité, investiguer des crimes sans gravité dans les régions, il est prévu de créer des services policiers contrôlés par le gouverneur. La police routière disparaitra, ses fonctions seront redistribuées entre les différents niveaux de la milice et un service civil de circulation routière. Pour lutter contre des crimes économiques, le service Fédéral de police financière et créé. Le Service Fédéral de la protection de la Constitution et le service de contre-espionnage seront chargés de prévenir des attaques terroristes et des menaces de séparatisme.
    La vision des auteurs du rapport sur les forces armées du futur est curieuse. Selon eux, celles-ci doivent être formées à titre bénévole, leur nombre doit être deux fois plus petit.
    Les auteurs du document se représentent la Russie comme un membre actif de toutes les organisations internationales principales, y compris l’OTAN. Avant son entrée en Union Européenne, un marché commun est créé, une libre circulation des produits et services est mise en place, il y a une intégration des systèmes de transport.
    Il est supposé que la Russie rétablira de bonnes relations avec les Etats-Unis et la Géorgie et que cette dernière regagnera la CEI. En gros, la CEI ne changera pas. Les auteurs du rapport ne parlent pas de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, note le journal « Troud ». Pour ce qui est des médias, le monopole des chaines fédérales est liquidé. Il deviendra impossible grâce à la diffusion de la télévision numérique

    Lire aussi:

    Le Pentagone a bien deviné: Moscou voit les tentatives US de renverser son gouvernement
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    La Russie, la Chine et l’Iran reconnus des leaders du renseignement par l’Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik