Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    OTSC: Astana ratifie l'accord sur la Force de réaction rapide

    Actualités
    URL courte
    0 0 0 0

    Le parlement kazakh a ratifié jeudi l'Accord sur la Force collective de réaction rapide (KSOR) de l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC), ainsi que l'accord sur la mise en place d'un système de direction dissimulée des forces et des moyens de l'OTSC.

    Le parlement kazakh a ratifié jeudi l'Accord sur la Force collective de réaction rapide (KSOR) de l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC), ainsi que l'accord sur la mise en place d'un système de direction dissimulée des forces et des moyens de l'OTSC.


    La Force collective vise à renforcer la sécurité des pays de l'OTSC sur fond de menaces existantes et éventuelles, dont le terrorisme,  l'extrémisme et  le trafic de drogue, de même que la prévention et l'élimination des situations d'urgence d'origine naturelle et technologique, a expliqué le vice-ministre.          

    La Force de réaction rapide de l'OTSC a pour mission de repousser une agression armée, de combattre le terrorisme international et l'extrémisme, de réprimer le crime transnational organisé et le trafic de stupéfiants, d'éliminer les conséquences des catastrophes et des accidents. Sa création a été décidée le 4 février 2009, au cours d'une session extraordinaire du Conseil de sécurité collective de l'OTSC (Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Russie et Tadjikistan).

    Toutefois seuls cinq membres de l'OTSC (sauf l'Ouzbékistan et la Biélorussie) ont signé le traité de fondation de la KSOR le 14 juin 2009 à Moscou. L'Ouzbékistan a émis des doutes au sujet de la nouvelle structure militaire et le président biélorusse a refusé de se rendre dans la capitale russe en raison de désaccords avec Moscou sur les livraisons de produits laitiers biélorusses à la Russie.

    Le 20 octobre dernier, Minsk a fini par rejoindre l'accord sur la Force collective. 

    Lire aussi:

    Un contingent eurasien en Syrie?
    Halte à l'hystérie autour d'exercices militaires en Biélorussie
    Loukachenko accuse les USA et l’Allemagne de financer des provocations en Biélorussie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik