Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    Missiles russes en Abkhazie: Tbilissi proteste

    Actualités
    URL courte
    S-300 russes en Abkhazie (8)
    0 0 0 0

    Le ministère géorgien des Affaires étrangères a vivement protesté contre le déploiement de missiles sol-air russes S-300 en Abkhazie (Caucase du Sud).

    Le ministère géorgien des Affaires étrangères a vivement protesté mercredi contre le déploiement de missiles sol-air russes S-300 en Abkhazie (Caucase du Sud), rapporte l'agence News-Georgia.

    "On ne comprend absolument pas l'objectif de cette démarche extrêmement dangereuse et provocatrice de la Russie qui constitue une menace pour la sécurité de la région de la mer Noire, mais aussi de l'ensemble de l'Europe", stipule la déclaration de la diplomatie géorgienne.

    Le ministère qualifie le déploiement des missiles S-300 en Abkhazie de violation par la Russie de ses engagements internationaux, notamment du cessez-le-feu en date du 12 août 2008.

    Le commandant des forces aériennes russes Alexandre Zeline a annoncé auparavant mercredi le déploiement de missiles de défense antiaérienne S-300 en Abkhazie, en indiquant que cette mesure était destinée à protéger les territoires de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.

    La Russie a reconnu l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud le 26 août 2008 après une offensive de Tbilissi contre l'Ossétie du Sud. Le Nicaragua, le Venezuela et la république insulaire de Nauru ont suivi son exemple.

    En septembre 2009, la Russie et l'Abkhazie ont signé un accord de coopération militaire qui permet à Moscou de construire et moderniser des ouvrages militaires et des bases en Abkhazie et de créer un groupement de troupes russo-abkhazes. Une base russe forte de 1.700 hommes se trouve à Goudaouta.

    Dossier:
    S-300 russes en Abkhazie (8)

    Lire aussi:

    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie rendent hommage aux victimes de l'agression géorgienne
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    L'Otan propose à Moscou de ne plus reconnaître l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik