Ecoutez Radio Sputnik
    Irak: le leader chiite rejette toute présence américaine après 2011

    Irak: le leader chiite rejette toute présence américaine après 2011

    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Toute présence américaine en Irak après 2011 sera considérée comme une occupation nécessitant une résistance militaire, a annoncé le leader des chiites irakiens Moqtada al-Sadr, cité par le portail d'informations Al Nile.

    Toute présence américaine en Irak après 2011 sera considérée comme une occupation nécessitant une résistance militaire, a annoncé le leader des chiites irakiens Moqtada al-Sadr, cité par le portail d'informations Al Nile.

    Selon sa déclaration diffusée sur Internet, les soldats américains qui resteront en Irak en tant que formateurs militaires doivent être "considérés comme des occupants" contre lesquels il convient de "résister par des moyens armés" sur l'ensemble du territoire du pays.

    Le leader chiite a notamment promis de réactiver sa puissante milice, l'Armée du Mahdi, qui perpétrait régulièrement des attaques contre les troupes américaines stationnées en Irak avant de suspendre ses activités en 2008.

    Selon al-Sadr, le prolongement de la présence américaine en Irak porte atteinte à la fierté nationale de la population, tandis que "le feu vert donné par le gouvernement national à la prolongation de l'occupation américaine témoigne de sa faiblesse".

    Les principaux partis politiques irakiens se sont entendus mercredi dernier pour autoriser le gouvernement à négocier avec Washington le maintien d'un contingent limité de formateurs militaires au-delà de la date butoir de fin 2011, après laquelle les 47.000 soldats américains présents en Irak doivent quitter le pays.

    RIA Novosti

     

    Lire aussi:

    Bagdad n’entend pas s’ingérer dans les affaires intérieures de ses voisins
    Les Irakiens sont contre toute base militaire étrangère, y compris US, dans leur pays
    Jérusalem: l’ambassadeur des USA convoqué au ministère des Affaires étrangères irakien
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik