Ecoutez Radio Sputnik
    Une conversation entre Obama et Sarkozy très loin du «politiquement correct»

    Une conversation entre Obama et Sarkozy très loin du «politiquement correct»

    Photo: EPA
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Dans une discussion privée avec le président américain, diffusée par erreur aux journalistes pendant le sommet du G20, le président français traite le Premier ministre israélien de «menteur». Les experts supposent que l’incident risque d'influencer le processus de la normalisation de la situation au Proche-Orient.

    Un échange au G20 qui provoque un scandale international. L’entretien entre les leaders de la France et des Etats-Unis qui devait être privé, est devenu par hasard accessible aux journalistes.

    «Je ne peux plus voir Netannyahou, c’est un menteur!», a déclaré Sarkozy sans cacher ses émotions. Et Obama a répondu : «Tu ne le supportes pas? Et moi, je dois le supporter tous les jours!».

    Ces déclarations des deux homologues auraient pu rester privés, si les assistants du président français n’auraient pas commis une erreur. Ils ont distribué aux journalistes les appareils  qui permettaient d’écouter la traduction de la conférence de presse et les ont prévenus qu’ils donneraient les casques plus tard, car sinon, tout le monde pourrait écouter les négociations de Sarkozy et d’Obama, alors qu'ils n'ont pas fini de discuter. Les journalistes ont évidemment sorti tout de suite leurs écouteurs et pendant trois minutes, ils ont pu écouter des échanges très francs entre les deux présidents.

    Un homme politique un peu trop «à droite»

    Selon le politologue Boris Mejouev, l’humeur peu conciliante de Netannyahou concernant la question palestinienne pouvait provoquer ces jugements désagréables des leaders mondiaux.

    «Netannyahou ce n’est pas celui qu’ils rêvaient de voir à la tête du gouvernement israélien», a-t-il indiqué. «Ce n’est même pas Ariel Sharon avec lequel George Bush arrivait à trouver une certaine compréhension. Pour les européens, Ariel Sharon était une personne tout à fait étrangère. Cependant, Netannyahou est encore plus à droite que Sharon. Les hommes politiques européens voudraient l'ascension du parti Social-démocrate en Israël, comme le Parti travailliste, pas exemple. Ses représentants sont prêts à négocier, prêts à trouver un compromis, à reconnaître le droit de la Palestine à l’autodétermination et faire des démarches dans cette direction. Quant à Netannyahou, il est seulement prêt à continuer à construction en Cisjordanie». 

    On aurait pu éviter le scandale si les journalistes étaient d’accord d’«oublier» l’information qu’ils ont entendue. Cependant, les représentants des médias israéliens étaient également présents au sommet du G20. Ils n’ont pas voulu se taire et ont diffusé tous les détails du dialogue entre les deux présidents.

    Selon le Ministère français des Affaires étrangères, les citations des médias n’étaient que des rumeurs et cet incident ne devrait pas influencer le rôle de la France dans le processus de paix au Proche-Orient.

    Cependant, la conversation entre les deux leaders peut être perçue également comme un signe. L’Occident s’impatiente et a l’intention d’insister rigoureusement  sur la reprise des négociations entre Israël et la Palestine. Mais les voies de Paris et de Washington peuvent se séparer. Le 31 octobre, pendant l’Assemblée générale de l’UNESCO la France a soutenu la demande de la Palestine d’adhérer à cette organisation. Et les Etats-Unis se sont prononcés contre et ont arrêté le financement de l’UNESCO.

    Lire aussi:

    Les États-Unis et Israël s'excluent de la culture mondiale
    Un Suédois décide de se rendre à pied dans la bande de Gaza et voilà pourquoi
    Trump contre l’Onu: que signifie la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik