Ecoutez Radio Sputnik
    L’Arabie saoudite pourrait fabriquer une bombe nucléaire

    L’Arabie saoudite pourrait fabriquer une bombe nucléaire

    Actualités
    URL courte
    101

    Le prince d’Arabie saoudite Turki al-Faisal a averti que son pays pourrait concevoir un programme nucléaire. Si l’Iran se dote d’armes nucléaires, le pays va décider de créer ses proposer «forces de dissuasion».

    Téhéran est le principal rival d’Er-Riyad dans la lutte pour l’influence dans le monde islamique. L’ex-chef des services de renseignement saoudien le prince Turki, neveu du roi Abdallah, a toujours adopté une attitude dure envers l’Iran chiite. Auparavant le prince s’abstenait de déclarer directement la disposition du pays à participer à la course nucléaire. Le changement d’attitude pourrait entraîner une réaction en chaîne dans la région.  

    «Il n’existe pas d’infrastructure nécessaire en Arabie saoudite», explique le directeur du Centre d’études socio-politique Vladimir Evseev. «Dotée d’immenses ressources financières, elle recherchera un Etat où il est possible de fabriquer une bombe nucléaire, par exemple l’Egypte où une telle infrastructure existe. C’est une situation explosive. Ankara suit attentivement les décisions d’Er-Riyad. Si l’Arabie saoudite décide de fabriquer les armes nucléaires, il est  possible que la Turquie s’engage elle aussi dans cette voie», poursuit-il.

    L’expert du Centre de sécurité internationale de l’Institut d’économie mondiale et de relations internationales de l’Académie des sciences de Russie Petr Topytchkanov partage l’opinion de son collègue. La rhétorique agressive d’Er-Riyad pousse, selon lui, à envisager sous un angle nouveau les moyens de régler le problème nucléaire de l’Iran. Si l’Iran franchit le seuil nucléaire, cela entraînera l’effet domino. Les sanctions n’arrêteront pas le programme iranien. Il faut appliquer toute une série d’autres mesures en renforçant la confiance et en normalisant les rapports entre Washington et Téhéran. C’est ce qui se produit actuellement. Sinon, Téhéran considérera les sanctions comme un instrument politisé n’ayant aucun rapport au programme nucléaire.  

    Un argument pour faire pression sur la Russie?

    Il est possible que la menace d’apparition des armes nucléaires en Arabie saoudite soit invoquée par les Etats-Unis comme un argument aux pourparlers avec la Russie et la Chine. Moscou et Pékin ne soutiennent pas, comme on le sait, les sanctions à l’égard de Téhéran. Selon Vladimir Evseev, même dans ce cas, il est peu probable que Washington obtienne les résultats escomptés. 

    «Les Etats-Unis mettent à profit toutes sortes d’instruments pour exercer la pression sur la Russie et la Chine», précise-t-il. «Ainsi, il est indiqué que pour ne pas durcir les sanctions, Israël infligera un coup aux installations nucléaires iraniennes. C’est du chantage. Les Etats-Unis devraient inventer des arguments plus convaincants pour que la Russie coopère avec eux en vue de régler le problème nucléaire de l’Iran». 

    L’initiative du prince Turki al-Faisal de se doter d’une bombe nucléaire est dangereuse: elle pourrait ensevelir le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Et ni les Etats-Unis, ni la Russie, la Chine, ou d'autres membres du club nucléaire n’ont besoin de cet effet domino.

    Lire aussi:

    Les dangereuses ambitions nucléaires du prince héritier saoudien
    Apocalypse selon l'accord: comment fait-on la guerre avec une arme nucléaire
    «Nous sommes à deux doigts d'une guerre nucléaire»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik