Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie: les troubles orchestrés depuis l'étranger

    Syrie: les troubles orchestrés depuis l'étranger

    Photo: EPA
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    La contestation populaire qui se poursuit en Syrie depuis mars dernier est orchestrée par des forces extérieures au pays, a déclaré dimanche à Damas le primat de l'Eglise syriaque orthodoxe, Ignace Zakka Ier Eiwas.

    La contestation populaire qui se poursuit en Syrie depuis mars dernier est orchestrée par des forces extérieures au pays, a déclaré dimanche à Damas le primat de l'Eglise syriaque orthodoxe, Ignace Zakka Ier Eiwas.

    "Ces troubles sont fomentés et organisés par des forces extérieures et non par les membres de la société syrienne", a annoncé le patriarche lors d'une rencontre avec un groupe d'experts russes en visite en Syrie.

    Lors de l'entretien qui s'est déroulée dans sa résidence, le patriarche a notamment exclu toute possibilité d'une répression à l'encontre des Chrétiens syriens.

    "Les Chrétiens en Syrie restent en sécurité, contrairement à ce qui a lieu en Egypte ou en Irak", a-t-il souligné.

    La rencontre a été organisée par l'agence d'information syrienne Sana.

    Depuis dix mois, le régime syrien avec à sa tête le président Bachar el-Assad fait face à une contestation populaire sans précédent. Selon l'Onu, la confrontation entre forces gouvernementales et protestataires a déjà fait plus de 5.000 morts.

    En décembre dernier, les trois patriarches chrétiens de Syrie, Ignace Zakka Ier (syrien-orthodoxe), Grégoire III (grec-catholique melkite) et Ignace IV (grec-orthodoxe) ont rendu public un appel commun à la paix dans le pays, rejetant toute intervention étrangère.

    RIA Novosti

    Lire aussi:

    La Russie a prévenu le génocide des chrétiens en Syrie
    Sur fond de frappes en Syrie, le Patriarche russe et le Pape conversent par téléphone
    Assad reconnaît la contribution des églises chrétiennes au maintien de l’unité syrienne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik