Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie: les troubles orchestrés depuis l'étranger

    Syrie: les troubles orchestrés depuis l'étranger

    Photo: EPA
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    La contestation populaire qui se poursuit en Syrie depuis mars dernier est orchestrée par des forces extérieures au pays, a déclaré dimanche à Damas le primat de l'Eglise syriaque orthodoxe, Ignace Zakka Ier Eiwas.

    La contestation populaire qui se poursuit en Syrie depuis mars dernier est orchestrée par des forces extérieures au pays, a déclaré dimanche à Damas le primat de l'Eglise syriaque orthodoxe, Ignace Zakka Ier Eiwas.

    "Ces troubles sont fomentés et organisés par des forces extérieures et non par les membres de la société syrienne", a annoncé le patriarche lors d'une rencontre avec un groupe d'experts russes en visite en Syrie.

    Lors de l'entretien qui s'est déroulée dans sa résidence, le patriarche a notamment exclu toute possibilité d'une répression à l'encontre des Chrétiens syriens.

    "Les Chrétiens en Syrie restent en sécurité, contrairement à ce qui a lieu en Egypte ou en Irak", a-t-il souligné.

    La rencontre a été organisée par l'agence d'information syrienne Sana.

    Depuis dix mois, le régime syrien avec à sa tête le président Bachar el-Assad fait face à une contestation populaire sans précédent. Selon l'Onu, la confrontation entre forces gouvernementales et protestataires a déjà fait plus de 5.000 morts.

    En décembre dernier, les trois patriarches chrétiens de Syrie, Ignace Zakka Ier (syrien-orthodoxe), Grégoire III (grec-catholique melkite) et Ignace IV (grec-orthodoxe) ont rendu public un appel commun à la paix dans le pays, rejetant toute intervention étrangère.

    RIA Novosti

    Lire aussi:

    Assad reconnaît la contribution des églises chrétiennes au maintien de l’unité syrienne
    Poutine: quasi toute la Syrie, dont les terres chrétiennes, libérée des terroristes
    Le Patriarche Cyrille augure l’approche de la fin du monde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik