Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine soulève la question de la justice sociale

    Vladimir Poutine soulève la question de la justice sociale

    Photo: RIA Novosti
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Développer le système de l'enseignement en Russie sera la priorité numéro un pour la décennie à venir, a écrit le premier ministre et candidat à la présidentielle du 4 mars prochain Vladimir Poutine dans son article publié par le quotidien Komsomolskaïa Pravda.

    Consacré cette fois aux questions sociales, l'article prend comme point de départ le rôle de l'Etat providence joué aujourd'hui par l'Etat russe. Selon Vladimir Poutine, ces quelques dernières années plus de la moitié de dépenses budgétaires était consacrée au domaine social. Ceci est bien vrai, dit le directeur général du Centre de l’information politique Alexeï Moukhine, mais insuffisant.

    Il est très tentant de dire qu'on vit dans un Etat providence mais on en est pas encore là. Oui, l'Etat augmente régulièrement les allocations de retraite et les salaires dans le secteur public. Oui, l'Etat a mis en place de divers systèmes sociaux spécialisés. Mais la ségrégation sociale qu'on observe aujourd'hui dans la société russe, reste extrêmement importante.

    Selon Vladimir Poutine, c'est l'éducation qui devra devenir la priorité budgétaire numéro un pour la décennie à venir. Dans son article le candidat à la présidence russe promet des réformes bien concrètes. Dès le 1er septembre 2012 le salaire des enseignants universitaires sera aligné sur la moyenne de leur région respective pour être doublé en 2018. La qualification et les réussites professionnelles seront prises en compte lors du calcul du salaire. Les instituteurs, les salariés du secteur culturel, des centres de recherche, de la santé verront aussi leur salaire augmenter.

    « Le prestige de la classe ouvrière n'est pas moins important », affirme Vladimir Poutine. L'époque où l'ouvrier avait un niveau de vie peu élevé, est depuis longtemps révolue. L'opinion du politologue russe Dmitri Daniline :

    Déjà au début de la siècle dernière l’aristocratie ouvrière était l'un des piliers de l'Etat. De façon générale, l'aristocratie ouvrière est le garant de la stabilité, le garant du développement économique. Après le chaos des années 1990 lorsque tous les métiers ouvriers ont été rabaissé et tous les ouvriers n'avaient pas de salaire correct, le prestige de l'ouvrier grandit aujourd'hui. Plus on a de l'aristocratie ouvrière et plus on a de la classe moyenne en Russie, plus l'Etat est stable.

    C'est déjà le cinquième article de Vladimir Poutine dans le cadre de la campagne présidentielle. Le premier consacré aux défis auxquels fait face la Russie, a été publié le 16 janvier par le quotidien Izvestiya. Le deuxième publié par Nezavissimaïa Gazeta, traitait de la question nationale. Ensuite, c'est au tour de Vedomosti de publier un article dédié au développement économique du pays. Enfin, la semaine dernière le premier ministre a soulevé les problèmes de la démocratie dans l'Etat russe sur les pages de Kommersant. Les grands lignes de tous les articles font partie du programme électoral de Vladimir Poutine, l'un des candidats à la présidentielle du 4 mars prochain.

    Lire aussi:

    Who is Mr. Putin: retour sur 17 ans de politique du dirigeant russe
    L’Euro contre le SMIC?
    Derrière les élections, le spectre des «réformes» Macron
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik