Actualités
URL courte
Affaire Ioukos (40)
0 01
S'abonner

Le président russe Dmitri Medvedev a chargé le Parquet général d'examiner la validité des sentences prononcées à l'encontre des 32 personnes dont l'ex-PDG du géant pétrolier Ioukos Mikhaïl Khodorkovski et son associé Platon Lebedev, également l'ex-patron de Menatep, ainsi que l'ex-chef de la sécurité d'Ioukos, Alexeï Pitchouguine. Le procureur général, Iouri Tchaïko surveillera en personne le réexamen des sentences.

L'affaire Ioukos a commencé en 2003 lorsque sur la demande du député russe Vladimir Ioudine le Parquet général a lancé une enquête afin de vérifier la légalité de la privatisation de l'entreprise Anatit.  Khodorkovski,  Lebedev et autres personnes impliquées dans cette affaire ont été mis en examen. Les deux premiers ont été condamnés pour évasion fiscale. Par la suite, un second procès a été  intenté contre eux pour détournement de pétrole et blanchiment d'argent. Fin 2010 ils ont donc été condamnés à 14 ans de prison ferme. Saisie en appel, la Cour municipale de Moscou a réduit cette peine à 13 ans. Quant à Alexeï Pitchouguine, il a été condamné à perpétuité pour homicides et tentatives d’homicides des personnes jugées trop dangereuses pour le géant pétrolier.

Depuis quelques mois on entend de plus en plus de voix appelant à libérer les participants de l'affaire Ioukos.  Mikhaïl Khodorkovski aura cependant tort à espérer une libération prochaine, est convaincu le défenseur des droits de l'homme russe, Konstantine Goussev.

Je nourris peu d'espoirs quant à sa libération. Les paroles prononcées par Medvedev signifient le plus probablement que cette décision sera bientôt annulée.

Pour  Konstantine Goussev tout s'explique par le transfert des pouvoirs : dans trois mois Medvedev sera remplacé par Vladimir Poutine.

Cependant, le défenseur de Mikhaïl Khodorkovski, Iouri Schmidt, lui, est plus optimiste.

En essayant de penser en pragmatique et en m'imaginant à la place de Vladimir Poutine, ce que je vois, moi, c'est que la libération de  Mikhaïl Khodorkovski ne fera aucun mal aujourd'hui. Le vote est terminé, Vladimir Poutine a fait un bon score. Mikhaïl Khodorkovski n'est plus la personne capable de consolider l'opposition. Pourquoi alors le laisser dans la prison ? Pour qu'à chaque rencontre au sommet il y ait cette question : quand allez-vous réexaminer l'affaire de Khodorkovski ? Et puis il y a un autre avantage – l'emprisonnement de l'ex-patron d'Ioukos expliquerait le ralentissement des investissements et le départ de certaines entreprises du marché russe. La libération de Khodorkovski peut changer cette situation.

Dossier:
Affaire Ioukos (40)

Lire aussi:

Un homme tabassé après avoir chassé des manifestants avec une machette aux USA – vidéo choc
«C’est un tribunal corrompu»: Mike Pompeo veut empêcher la Cour pénale internationale de poursuivre Israël
Trois faux policiers interpellés à Paris en pleine arrestation raciste censée discréditer la police
Violent incendie dans le IIe arrondissement de Paris - vidéo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook