Ecoutez Radio Sputnik
    La Russie a appelé la Syrie à mettre les armes chimiques sous clé

    La Russie a appelé la Syrie à mettre les armes chimiques sous clé

    Photo: RIA Novosti
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Lors de la discussion au CS de l’ONU sur la situation au Proche-Orient l’ambassadeur de Russie aux Nations Unies Vitali Tchourkine a appelé la Syrie à garder les armes chimiques sous clé.

    Moscou compte que Damas continuera d’honorer strictement ses engagements internationaux, a déclaré le diplomate russe. Déjà en 1968 la Syrie s'était jointe au protocole de Genève de 1925, qui interdit l’usage des gaz asphyxiants, toxiques et autres semblables comme à un moyen de mener la guerre.

    Le thème du stockage sûr des armes chimiques syriennes a focalisé l’attention depuis lundi après la déclaration retentissante de Damas, suivant laquelle le gouvernement n’userait pas d’armes chimiques qu’en cas d’une agression étrangère. En même temps le porte-parole de Syrie Djihad Makdissi a assuré que tous les entrepôts d’armes chimiques étaient contrôlés par le gouvernement. Il a qualifié de fausses et de grotesques les allégations faites en Occident au sujet d’un recours à l’arme chimique contre l’opposition armée. Voici ce qu’en pense le politologue iranien Hassan Behechtipur :

    « C’est un canulard des médias occidentaux. C’est de cette façon que l’Occident, mené par les Etats-Unis, prépare le terrain à une ingérence dans les affaires intérieures syriennes. Damas n’a pas besoin de mesures aussi radicales pour combattre l’opposition ».

    Depuis déjà 18 mois Bachar al-Assad parvient à résister à la rébellion et à une puissante pression de l’étranger. Dans ces conditions faire usage des armes chimiques contre les opposants armés reviendrait à conduire le régime à la débâcle, puisqu’en ce cas en plus qu’il aurait contre lui ses ennemis jurés, il verra se détourner de lui ses peu nombreux alliés.

    Le but de l’opposition est de renverser le régime de Bachar al-Assad, et non de défendre les intérêts de simples Syriens, a relevé le professeur à l’Université de Damas Mohammed Heir al-Aqqam :

    « L’opposition armée prétend agir au nom du peuple. En réalité, elle agit pour son compte. Or l’opposition est désunie, ses opinions sont contradictoires ».

    L’encouragement des actions de l’opposition syrienne armée par les Etats-Unis et les pays occidentaux n’est rien d’autre qu’une justification du terrorisme. C’est en ces termes que le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a commenté leur refus de condamner le récent attentat au siège de la Sécurité nationale à Damas, qui a tué trois ministres des structures fortes. Nous rappelons que la porte-parole du Département d’Etat américain a déclaré que les attentats à Damas visaient les « coupables ». Tandis que l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU Susan Rice a cru convenable de rappeler à ce propos la nécessité d’adopter une résolution sur la Syrie conformément au chapitre 7 de la Charte de l’ONU, prévoyant des sanctions, y compris musclées. /L

    Lire aussi:

    Ministre syrien: «Damas n’aurait tiré aucun profit du recours à l’arme chimique»
    Soutien à la Syrie: Trump examine le durcissement des sanctions contre Moscou et Téhéran
    «Vous trouvez ça normal?»: Sergueï Lavrov évoque la mission de l'OIAC en Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik