Ecoutez Radio Sputnik
    Feux d’artifice de la Victoire sur la Neva

    Feux d’artifice de la Victoire sur la Neva

    Photo : RIA Novosti
    Actualités
    URL courte
    0 0 0 0

    Le 27 janvier marque le 69e anniversaire de la levée totale du blocus de Léningrad. Cette grande date dans l’histoire de la Russie est célébrée comme la Journée de la gloire militaire. Le siège de la ville par les hitlériens a duré 900 jours et pendant tout ce temps Léningrad a vécu, travaillé et s’est battu. La ville a tenu et vaincu malgré les bombardements, la famine cruelle et les grands froids.

    La bataille de Léningrad a été la plus longue de toute la Seconde guerre mondiale. Hitler voulait raser entièrement la ville et le siège de Léningrad mis en automne 1941 a emporté plus d’un millions de vies humaines. L’offensive des unités des fronts de Léningrad et de Volkhov a commencé en janvier 1943. Le blocus a été battu en brèche mais n’a été définitivement levé que le 27 janvier 1944. 50 divisions allemandes ont été broyées au cours des combats pour la ville sur la Neva, raconte Mikhaïl Miagkov, expert de l’Institut d’histoire universelle de l’académie des sciences :

    L’exploit accompli par Léningrad et les sacrifices qu’il avait subis, ne sauraient être oubliés par notre génération et les générations futures. Léningrad faisait figure de l’île qui bloquait les troupes allemandes sur tout le flanc nord du front soviéto-allemand. Quoi qu’on puisse dire maintenant, la chute de cette ville aurait pu provoquer un effet de domino et l’effondrement du front dans son ensemble. Elle aurait pu en outre conduite en 1941 à la prise de Moscou, c’est pour cette raison que la défense de Léningrad avait à la fois une portée moralo-politique et strictement militaire. Bien des choses ont été écrites au sujet de la levée du blocus de Léningrad mais je préfère ces lignes de la célèbre poétesse Vera Inber : « Il s’est finalement abattu, le redoutable jugement de Léningrad ». Cela s’est produit en janvier 1944, quand nous avons pu venger la douleur et les malheurs que nous ont fait subir les nazis pendant la Grande Guerre Patriotique.

    Les événements commémoratifs durent tout le mois de janvier dans la ville sur la Neva. Ces jours-là les visiteurs viennent particulièrement nombreux au musée consacré à la rupture du blocus,raconte l’employée du musée Tamara Proudnikova.

    Les visiteurs de tous les âges viennent de Saint-Pétersbourg et de sa région. Nous avons déployé au 1, rue Pionerskaïa une exposition consacrée à la percée et à la levée du blocus qui se compose d’œuvres graphiques. Notre musée la présente en exclusivité. Une partie des pièces se trouve au Musée de la défense de Leningrad. L’exposition connaît également une grande affluence.

    Le 27 janvier, les commémorations commencent traditionnellement par un meeting au numéro 14 perspective Nevski. Sur son mur s’est préservée l’inscription datant du blocus qui dit : « Citoyens, ce côté de la rue est le plus exposé aux tirs d’artillerie! » Les cérémonies commémoratives de dépôts de gerbes se déroulent sur le Cimetière Piskarevskoïé et autres lieux d’inhumation en mase des habitants de la ville et des défenseurs de la citadelle sur la Neva. Un Te Deum sera célébré en l’église de Tous les Saints. Un concert pour les vétérans aura traditionnellement lieu dans la salle Oktiabrski. Il sera suivi comme il y a 69 ans de feux d’artifice sur la Neva.

    Lire aussi:

    Poutine remercie Modi de s’être recueilli sur la tombe de son frère
    Une mine marine de 1.065 kg découverte en plein cœur de Saint-Pétersbourg
    L’UE exhorte à lever le blocus commercial du Donbass
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik