Ecoutez Radio Sputnik
    L’UE et le Mali : une nouvelle étape ou la poursuite de l’ancienne ?

    L’UE et le Mali : une nouvelle étape ou la poursuite de l’ancienne ?

    Photо: EPA
    Actualités
    URL courte
    0 12 0 0

    « Sur la voie de la paix et de la stabilité », titrent les journaux européens et mondiaux en évoquant le bilan de la réunion de Bruxelles du Groupe de soutien au Mali (Support and Follow Up Group). A la veille de la réunion, on a entendu des déclarations optimistes du côté français (ses forces armées mènent depuis le 11 janvier des opérations de soutien de l’armée du Mali).

    Une nouvelle étape commence-t-elle pour ce pays que 16 Etats soutiennent pour le bien de son renouveau démocratique ? Le journal Die Tageszeitung se montre sarcastique en citant le célèbre aphorisme de Schiller : « Le Maure a fait son devoir, le Maure peut partir », paraphrasant presque l’expression du ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian qui a déclaré : « la France peut être fière de ses soldats ». L’opération au Mali a permis d’éliminer des centaines d’islamistes. Tout en parlant de nouvelle étape, Berlin envoie au Mali 40 médecins militaires pour l’hôpital de campagne. L’Autriche fait la même chose. Le directeur adjoint de l’Institut d’analyse politique et militaire Alexandre Khramtchikhine se montre sceptique quant aux déclarations optimistes françaises sur les victoires militaires.

    « Oui, la première étape est terminée. Les villes sont libérées puisque l’adversaire les a quittées. Donc, c’est une répétition de la situation en Afghanistan. En 2001, les talibans ont fait pareil. Je ne peux pas supposer que les islamistes ont disparu. Le Sahara est une région immense, pratiquement incontrôlable, les frontières ne sont pas respectées. On comprendra ce qui s’y passe vers la fin de l’année ».

    Le collègue allemand de l’expert russe, le colonel à la retraite Wolfgang Richter, exprime son avis :

    « Il est indispensable de contribuer à la solution du problème africain. Les effectifs de la Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ne sont encore pas arrivés sur les lieux, ils ont besoin d’avions, et l’Allemagne les aide. La seconde tâche, c’est la formation de l’armée du Mali. L’UE a pris la décision, il y a longtemps, d’envoyer une mission de conseillers militaires. Il importe maintenant que les premiers succès rapides des militaires français se traduisent avant tout par le transfert de la responsabilité entre les mains des autorités locales ».

    Bien que Richter ne partage pas les prévisions alarmantes, il n’exclut pas l’élargissement éventuel de la participation militaire de l’Allemagne et des autres pays de l’UE à l’opération au Mali.T

    Lire aussi:

    Afin de percer dans les nouvelles technologies, AvtoVAZ recrutera 350 ingénieurs russes
    Bilan du premier tour de la présidentielle française
    Vers vingt ans de présence française au Mali ?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik