Ecoutez Radio Sputnik
    Poutine : « Une introduction irréfléchie de la loi sur la justice pour mineurs pourrait provoquer la corruption »

    Poutine : « Une introduction irréfléchie de la loi sur la justice pour mineurs pourrait provoquer la corruption »

    Photo: RIA Novosti
    Actualités
    URL courte
    0 6 0 0

    S’exprimant au Premier Congrès des parents de Russie, le chef d’Etat a promis de prendre en compte la position de l’opinion publique lors de l’adoption de la loi sur la justice pour mineurs, considérant qu’une introduction rapide de cette loi ne sera par à l’avantage des familles, ni à celui des structures gouvernementales.

    « L’introduction irréfléchie de ces mécanismes, c’est en réalité une violation de la souveraineté de la famille , qui risque de conduire à la méfiance et la discorde entre les parents et les enfants, provoquant même une corruption pure et simple , et parasitant les questions familiales », a déclaré Poutine.

    Il a souligné que la question de l'adoption de lois sur la justice pour mineurs « ne doit pas laisser une place à la dissimulation et l’incitation ». « Je dirais même plus , cela s'applique à toutes les résolutions gouvernementales et législatives » , a déclaré le président.

    Poutine estime que certaines dispositions des projets de loi sur le patronage social et le contrôle des droits des orphelins pourraient avoir une interprétation ambiguë « présentant explicitement des risques sociaux » .

    Par ailleurs, selon Poutine, les traditions familiales russes ne sont pas prises en compte intégralement dans la législation. « Tous les peuples, y inclus le peuple russe, possèdent des traditions familiales séculaires, réunissant plusieurs générations. C’était une tradition de protéger les personnes âgées et les enfants. Ce sont ces traditions qu’il nous faut faire renaître. Et il faut éviter de copier aveuglement l’expérience étrangère », a déclaré le président russe.

    Poutine a cité « de nombreux exemples, lorsque les droits parentaux sont retirés à des parents qui aiment et s’occupent bien de leurs enfants ». Selon le président russe, les signes de difficultés au sein d’une famille devraient être alarmants pour que « les représentants du pouvoir décident de s’immiscer et apporter leur aide ». Selon Vladimir Poutine, le placement d’un enfant en orphelinat – c’est une mesure extrême, et qu’il est plus important d’éliminer « les raisons des maux de la société ».

    Les orphelins russes doivent trouver une famille en Russie

    « Nous devons tout faire pour que les orphelins puissent trouver une famille dans leur pays d'origine , en Russie », a déclaré Poutine.

    Le président russe a noté que des citoyens russes qui souhaitent adopter des enfants, y compris des enfants atteints des maladies à la naissance, sont de plus en plus nombreux. Il est donc important de simplifier la procédure d'adoption et prendre des mesures pour fournir des avantages fiscaux aux familles adoptives en augmentant les subsides.

    « Tout cela devrait un réel soutien réel pour les citoyens de notre pays qui sont prêts à prendre un enfant d’orphelinat dans leur famille », a ajouté Poutine.

    Le Congrès de parents russes a créé une nouvelle organisation

    Une nouvelle organisation a été créée lors du Congrès des parents russes. Elle s’appelle la « Résistance des parents russes ».

    L’un des initiateurs du Congrès, le chef du mouvement « L'Essence du temps » Sergueï Kourguinian a indiqué que près de 200.000 signatures ont été récoltées contre le projet de loi sur la justice pour mineurs. Il s’agit des vraies signatures, et non pas des signatures virtuelles.

    Kourguinian a évoqué plusieurs cas de placement en orphelinat des enfants qui ont des familles par les autorités, uniquement parce qu’« on forçait ces enfants à jouer des gammes , ne leur donnait pas de bonbons, ou qu’il n’y avait plus d’oranges dans le frigo », selon Kourguinian.

    Le politologue a comparé le système de justice pour mineurs avec les actions de l'OTAN en Libye, le qualifiant de « perversion des droits de l'Homme » .

    « Les bureaucrates des systèmes pour mineurs veulent remplacer le droit des enfants sur la famille par un droit à l'orphelinat » , suppose-t-il.

    Le chef du mouvement « L’Essence du temps » a fortement critiqué le nouveaux programme scolaire en littérature, soulignant qu’il « décourage les enfants à lire les œuvres de la littérature classique ».

    Les politologues considèrent la participation de Poutine au Congrès des parents comme un pas à l’encontre de la société civile

    « C'est un événement très important, qui correspond aux tendances actuelles », a déclaré le politologue Dmitri Abzalov.

    Abzalov a souligné que le thème de l'enfance et des questions sociales est devenu populaire au cours de ces derniers mois et une attention suffisante de la part des autorités est accordée à cette question.

    « Le fait que le Président y accorde son attention témoigne du fait qu’il s’agit d’une des principales activités du gouvernement en ce moment », a expliqué le politologue Abzalov.

    Le président de l'Institut de la stratégie nationale Mikhaïl Remizov a également vu des éléments nouveaux dans le comportement du chef d’Etat.

    « Si le président prend des mesures qui puissent satisfaire la majorité conservatrice, c’est tout à son honneur », a-t-il dit.

    Remizov estime qu’il ne faut pas se dépêcher avec la mise en œuvre des mécanismes de justice pour mineurs, ajoutant que « qu’il ne faut pas adhérer à la philosophie réformiste, qui était soutenue notamment dans les questions concernant l’éducation. Inutile de forcer l’opinion publique à accepter des valeurs qui ne sont pas les siens ».

    Le discours de Vladimir Poutine au Congrès des parents a montré que le gouvernement est prêt à mener un dialogue avec la société civile, « lorsque celle ci évoque des problèmes réels, et non pas artificiels ». C’est le point de vue du directeur général de l’Institut des projets régionaux prioritaires Nikolaï Mironov.

    « Dans ce cas, les questions de la justice pour mineurs et de l'éducation ne sont pas soulevées de manière artificielle. Et 140.000 signatures des citoyens contre l’introduction de la justice pour mineurs en sont la preuve. Cela prouve que le mécanisme des pétitions fonctionne », précise l'expert.

    Une opinion similaire a été exprimée par Leonid Poliakov, membre du Conseil pour les droits de l’Homme, vice-doyen de la faculté de la politologie appliquée à l’Ecole des hautes études en sciences économiques.

    Il a noté que le président « accorde une attention aux questions importantes concernant la famille et l'éducation. Le discours de Poutine concernant l'éducation et le programme scolaire témoigne du fait que le président a étudié ce problème en profondeur », estime Poliakov.

    En ce qui concerne le système de justice pour mineurs, l'expert pense que, « Poutine a fait clairement comprendre que cette question doit être discutée par la société, qu’un dialogue peut se mettre en place. Et ce dialogue a déjà commencé », a indiqué Poliakov.

    Des délégués originaires de 60 régions du pays participent au Congrès des parents, a indiqué Sergueï Kourguinian. C’est son mouvement « L’essence du temps », mais aussi l’Association des unions et comités parentaux qui sont les organisateurs de ce congrès.

    Ses participants s’opposent à l’introduction dans le pays des mécanismes de justice pour mineurs, en exprimant leur position négative sur la pratique de l’adoption internationale. Ils discuteront également de la nouvelle loi sur l'éducation.

    L’Association des comités parentaux se dit préoccupée par le fait que cette loi prévoit une surveillance payante des enfants dans les écoles secondaires et les établissements primaires.

    Lire aussi:

    Enfants russes à Bagdad: «On nous bombardait, nous n'avions rien à manger»
    RT reçoit des dizaines de demandes d'adoption d'enfants russes devenus orphelins en Irak
    Orphelins russes en Irak: Moscou en étroit contact avec Bagdad
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik