Ecoutez Radio Sputnik
    Sujet d’actualité. Le scandale pendant la lune de miel

    Sujet d’actualité. Le scandale pendant la lune de miel

    Photo : EPA
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Le premier mois de participation de la Croatie à l’UE : la « lune de miel », pour reprendre l’expression des journalistes, se termine. Or, il y a dans le miel du bonheur beaucoup de fiel.

    Le mandat européen d’arrêt de l’ex-officier des services spéciaux yougoslaves Josip Perkovic habitant en Croatie a été délivré à la demande de Berlin avant l’adhésion du pays à l’UE. Perkovic est soupçonné d’assassinat du dissident Stjepan Djurekovic sur le territoire de l’Allemagne. Cependant, la Croatie a amendé trois jours avant l’adhésion à l’UE sa législation nationale ayant assuré la protection contre la poursuite en justice à plusieurs responsables ayant pris part aux opérations armées dans l’ex-Yougoslavie.

    Un authentique scandale politique a éclaté entre l’administration du club européen et la Croatie, devenue membre à part entière de l’UE. Selon les médias croates, la Commission européenne a laissé entendre que l’intransigeance de Zagreb puisse entraîner les mesures qui s’imposent à son égard. On ne saurait exclure, en particulier, l’arrêt d’adhésion du pays à la zone Schengen et le gel de l’assistance financière.

    Le taux de chômage atteint aujourd’hui 21% en Croatie. Le PIB a baissé cette année de 0,7%. Selon certaines estimations, il est possible que la dette publique dépasse d’ici 2016 l’indice admissible d’après les critères de Maastricht : 60% du PIB. La Croatie a complété la liste des pays en crise membres de l’UE. A quoi bon adhérer à l’Europe intégrée ?

    Les opinions des politiciens et des experts divergent. Au micro le chef du département des pays et des régions de l’Institut d’Europe Vladislav Belov :

    En admettant de nouveaux pays où la situation économique et sociale est compliquée, par exemple, la Croatie, les leaders de l’UE se heurtent aux nouveaux défis. L’élargissement de la structure engendre, en outre, des problèmes aux pourparlers, notamment avec la Russie qui n’entend pas adhérer à l’UE. De ce fait, j’estime l’admission de nouveaux membres infondée. Il existe d’autres mécanismes de coopération, par exemple le statut de membre associé. Ce serait une option juste.

    Le ministre d’Etat du ministère allemand des AE Michael Linka a avoué précédemment avoir nourri trop d’illusions concernant les nouveaux membres de l’UE. Maintenant, les eurocrates s’en rendent compte.

    Nous avons tiré les enseignements du passé et il convient de déclarer sans ambages que l’adhésion à l’UE n’est qu’un stimulant des réformes.

    Les erreurs sont, probablement, prises en considération. Or, des questions subsistent. L’Islande vient de suspendre l’adhésion à l’UE. D’après le sondage en Norvège, 70% des citoyens s’opposent à la participation du pays au club européen. Les prétendants balkaniques se heurtent eux aussi à de multiples problèmes. Faut-il en général faire la queue à l’UE ?

    Lire aussi:

    La Croatie en finale de la Coupe du Monde, résultat jamais atteint en ex-Yougoslavie
    L'UE compte s'élargir vers les Balkans à partir de 2025
    Kiev a livré des avions qui ne volent pas. Evidemment par la faute de Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik