Ecoutez Radio Sputnik
    Israël-Palestine : des négociations à fonds perdus

    Israël-Palestine : des négociations à fonds perdus

    © Collage : La Voix de la Russie
    Actualités
    URL courte
    0 0 0 0

    Le Premier ministre israélien et le président de l’Autorité Palestinienne se sont déclarés prêts à se rencontrer à tout moment pour entamer les négociations de paix, rapportent les agences d’information proche-orientales. Pourtant, l’entourage des personnalités officielles ne croit guère au succès de ce nouveau round.

    Mahmoud Abbas et Benjamin Netanyahu sont prêts à engager des pourparlers à condition que cela serve la cause de la paix, selon la formule officielle des médias. A son tour, une source proche du premier ministre israélien a déclaré que Netanyahu était favorable à cette rencontre depuis 4 ans. Par ailleurs, à Tel Aviv et à Ramallah ont ne croit pas au succès d’une telle rencontre malgré les déclarations des deux leaders. En fait, l’armée israélienne est omniprésente dans les rues des villes palestiniennes et les attaques lancées contre les militaires israéliens se multiplient. Il convient de rappeler que les pourparlers de paix entre Israël et l’Autorité Palestinienne qui ont repris cet été avec la médiation du secrétaire d’État américain John Kerry se sont retrouvés depuis à plus d’une reprise au bord de l’impasse. Lors de sa recentre rencontre avec des députés de la Knesset à Ramallah, Mahmoud Abbas a déclaré que la partie israélienne serait tenue pour responsable de l’échec des négociations.

    « L’échec des pourparlers de paix aurait des conséquences terribles. Israël, qui ne cesse de dresser des obstacles à la recherche d’un règlement de paix, en assumerait l’entière responsabilité du fait des agissements de ses militaires et de la politique qu’il applique dans les territoires palestiniens. »

    Si les Palestiniens sont surtout exaspérés par la présence de l’armée israélienne dans la vallée du Jourdain après la création d’un Etat palestinien indépendant et la question de la reconnaissance de la judaïcité de l’Etat d’Israël, les Israéliens estiment que Mahmoud Abbas, alias Abu Masen, n’est guère enclin à mettre un terme aux provocations contre les Israéliens et contre les Juifs dans les médias palestiniens et est incapable de couper court aux activités terroristes sur le territoire de l’Autorité.

    « Abu Masen n’est pas un partenaire. Si nous voulons instaurer la paix, les Palestiniens doivent changer radicalement leur système d’éducation. Israël ne figure pas sur les cartes dans leurs manuels et le processus de paix n’y est même pas mentionné », s’insurge Avigdor Liberman, qui dirige la commission des affaires extérieures et de la défense de la Knesset.

    Apparemment, John Kerry est le seul à rester optimiste sur le succès du processus de paix. Il a déclaré en début de la semaine qu’il était satisfait du déroulement des pourparlers entre les Israéliens et les Palestiniens, ajoutant qu’il y a eu 4 rencontres bilatérales rien que la semaine dernière. Le temps imparti au nouveau round des pourparlers s’écoule pendant ce temps. Kerry, Abbas et Netanyahu avaient initialement fixé un délai de 9 mois pour élaborer un accord de paix. Mai 2014 n’est plus très loin mais, selon les experts, le processus de paix piétine. T

     

    Lire aussi:

    La Palestine confirme la fin de sa coopération avec Israël en matière de sécurité
    Esplanade des Mosquées: Abbas suspend tout contact officiel avec Israël
    Poutine: la Palestine et Israël doivent combattre ensemble le terrorisme
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik