Ecoutez Radio Sputnik
    Crise ukrainienne : un prétexte pour intégrer la Géorgie dans l’OTAN

    Crise ukrainienne : un prétexte pour intégrer la Géorgie dans l’OTAN

    © Collage : La Voix de la Russie
    Actualités
    URL courte
    0 0 0
    S'abonner

    Les médias mondiaux, les milieux politiques et sociaux sont préoccupés par les événements dramatiques en Ukraine. Selon la presse américaine, les Etats-Unis ont l’intention d’en profiter pour essayer d’intégrer la Géorgie dans l’OTAN.

    L’attaque idéologique contre Tbilissi est menée sur deux fronts. D’un côté, dans le cadre du programme de Partenariat oriental, les stratèges européens tentent d’imposer les valeurs européennes à la Géorgie sans d’ailleurs lui accorder de dividendes ou de droits quelconques. Le seul objectif de cette politique est de séparer définitivement l’Etat géorgien de la Russie et d’élargir au maximum leur influence dans la région au mépris de Moscou. De l’autre côté, Washington s’active pour attirer la Géorgie dans l’Alliance atlantique. En 2008, la population de l’Ossétie du Sud en a senti les résultats. Le pays a été férocement attaqué par les militaires géorgiens formés et armés avec la participation directe de l’OTAN

    Dans ce contexte, les événements en Ukraine servent de toile de fond à ces démarches. La récente lettre adressée au secrétaire d’Etat américain John Kerry, signée par des dizaines de parlementaires démocrates et républicains, indique que les Etats-Unis et leurs alliés ont atteint un point critique. Plus précisément, il est nécessaire de garantir l’importance et d’assurer la vitalité de l’OTAN à l’avenir. L’adhésion de la Géorgie et de l’Ukraine est une de ces garanties.

    « Les portes restent ouvertes, selon les déclarations faites lors des derniers sommets. La situation en Ukraine inquiète particulièrement, parce que les nationalistes sont arrivés au pouvoir. La politique de Washington ne fera qu’aggraver les relations entre la Russie et les Etats-Unis, la Géorgie et l’Ukraine, si ces dernières deviennent membres de l’OTAN. La pratique montre que les anciens membres de l’URSS ou du pacte de Varsovie qui ont adhéré à cette organisation, modifient complètement leurs projets militaires. La vague de positions antirusses grossit. Des manœuvres d’envergure se déroulent près des frontières de la Russie. En général, l’atmosphère des relations entre la Russie et l’OTAN ainsi qu’avec les nouvelles recrues de l’Alliance se détériorent », explique le politologue Vladimir Kozine.

    En même temps, il faut souligner que « le territoire de l’Alliance » s’est visiblement rapproché du territoire de la Fédération de Russie.

    « L’adhésion de la Géorgie à l’OTAN rapprochera bien évidemment les bases étrangères des frontières russes. L’impact négatif sera majeur sur la stabilité et sur la sécurité dans la région en général, parce que l’Arménie projette d’intégrer l’Union douanière et ensuite l’Union eurasiatique. La localisation des unités spéciales et des équipements militaires de l’OTAN leur permettra de contrôler le territoire. De plus, une fois qu’elle aura adhéré à l’OTAN, la Géorgie tentera de nouveau d’attirer dans son giron l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud », estime Léonid Savine, rédacteur en chef de la revue Géopolitique.

    Il est évident que la Russie devra réagir aux projets ambitieux des politiciens occidentaux. Ces derniers sont intéressés à ce que Moscou fasse un faux pas dans le Caucase et en Ukraine. Cela leur permettra de discréditer la Fédération de Russie au niveau international. D’ailleurs, le conflit syrien a montré que Moscou était capable de mener un jeu géopolitique raisonnable et très efficace. T

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik