Ecoutez Radio Sputnik
Gerhard Schröder

Quand Cohn-Bendit veut interdire à Schröder de s’exprimer sur l’Ukraine

Photo : EPA
Actualités
URL courte
0200

Les députés européens du parti des Verts Daniel Cohn-Bendit et Rebecca Harms ont voulu interdire à l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder de pouvoir s'exprimer sur la Crimée et sur l'Ukraine en faveur de la Russie, en tentant d'ajouter une demande contre l'ex-chancelier dans une résolution votée ce jeudi 13 mars condamnant la Russie en Ukraine.

Lors d'une conférence organisée par le journal die Zeit, Gerhard Schröder avait dénoncé la politique européenne menée contre Vladimir Poutine, refusé de condamner la politique du Kremlin et dit que les responsables de la Commission Européenne à Bruxelles ne comprennent pas que l'Ukraine est un pays divisé culturellement et qu'on ne peut pas agir de la sorte. Les dires de Gerhard Schröder ont déplu aux députés des Verts. L'attitude de Daniel Cohn-Bendit, qui ne se représente pas aux nouvelles élections du Parlement Européen, surprend car c’est la première fois qu'un parlement souhaite interdire la prise de parole d'un ancien chef de gouvernement.

Schröder et la Russie. Daniel Cohn-Bendit reproche à l'ancien chancelier de défendre des intérêts pro-russes car il travaille pour Gazprom. Les récentes déclarations sur le conflit en Crimée de Schröder, ami de Vladimir Poutine et président du conseil d'administration de Nord Stream AG dont la majorité des actions sont détenues par Gazprom, ont fait dire à Daniel Cohn-Bendit : « Qui va arrêter Gerhard Schröder ? Ce type est un scandale permanent ! Il est salarié de Poutine et donne des conseils qui, comme par hasard, sont favorables à Poutine. Il a le droit d’être payé par Poutine, mais qu’il la ferme ! » . Gerhard Schröder avait déclaré : « les décisions de l'Union européenne prises sur la crise en Ukraine sont de graves erreurs et montrent un manque de compréhension de la région ». Pour le Parlement Européen, c'est la Russie qui est l'agresseur et qui a envahi la Crimée. Gerhard Schröder a expliqué que l'Allemagne et l'OTAN ont bombardé dans le passé un pays souverain durant la guerre en Yougoslavie sans qu'il y ait eu une résolution du Conseil de sécurité et a mis en garde de s'attaquer à Vladimir Poutine. « Nous aussi durant mon mandat, nous avons violé le droit international en bombardant la Serbie », a lancé l'ancien chancelier. Le rapprochement fait sur la guerre en Yougoslavie et la Crimée a été dénoncée par Angela Merkel, qui persiste à vouloir mettre en place des sanctions économiques contre la Russie.

Échec de l'UE. Gerhard Schröder accuse l'Union Européenne d'avoir échoué en Ukraine. « L'accord d'association prévu avec l'UE sans la participation de la Russie est une erreur. Il aurait été plus souhaitable d'avoir un accord commun avec la Russie et l'Ukraine. La Commission Européenne se trouve actuellement dans un mauvais état », explique l'ex-chancelier. Pour Gerhard Schröder, les sanctions économiques contre la Russie sont une erreur car elles vont surtout toucher l'Allemagne et il serait préférable de mettre en place des discussions avec la Russie par la mise en place d'un groupe international et de faire intervenir la Russie et la Turquie dans la politique européenne.

La prise de position de Daniel Cohn-Bendit contre la Russie et sa volonté de faire taire Gerhard Schröder montre que le parti des Verts et loin d'être ce parti qui se vantait d'être si pacifique, si démocratique et si ouvert à la liberté d'expression. Gerhard Schröder comme chancelier à la place d'Angela Merkel aurait certainement donné un autre ton dans l'attitude occidentale envers la Russie. N

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres