Ecoutez Radio Sputnik
    Le spectre du néonazisme hante l'Europe

    Le spectre du néonazisme hante l'Europe

    Photo: Flickr.com/pasa47/cc-by-nc
    Actualités
    URL courte
    0 8 0 0

    Les tendances néonazies montent en Europe. Selon les experts, la crise économique et la politique des élites au pouvoir en constituent la cause. L’instabilité du système financier conduit à l’appauvrissement de la population et donc à la radicalisation d’une grande partie de l’opinion publique européenne.

    Sur le Vieux continent, cette montée en puissance résulte aussi bien de l’érosion des valeurs traditionnelles que de l’échec de la politique du multiculturalisme suite au refus des immigrants de s’adapter aux traditions et au mode de vie européens. Tout cela contribue à l’agressivité sociale et crée des anomalies dans la psychologie de la société, est convaincue la professeur Elena Ponomareva de l’Institut d'État des relations internationales de Moscou.

    « Ce n’est qu’une manifestation des problèmes qui se sont accumulés dans la société ces 20 dernières années. Mais la chose la plus terrifiante, c’est que les jeunes ne croient pas en l’avenir. Ni en Allemagne, ni en France, ni en Grande-Bretagne. Ce sont ces jeunes qui créent des structures d’extrême-droite, des structures radicalisées et néonazies. Ils veulent voir un nouveau projet social. Et, constatant l’absence de celui-ci, ils rejoignent les groupes radicaux ».

    En Ukraine, les groupements néonazis sont aussi en train de monter en puissance. Se braquant contre les faits connus de tout le monde et du bon sens, ils sont déterminés à faire oublier le grand rôle qu’ont joué le peuple, la culture et l’Etat russe dans l’histoire de leur pays. Une loi devrait être adoptée afin d’autoriser la défense ou le négationnisme publique des crimes nazis. Ce qui était une évidence pour le monde entier il y a 70 ans ne vaut presque rien pour la junte au pouvoir à Kiev, estime le directeur de l’Institut des Russes de l’étranger, Sergueï Panteleïev.

    « C’est une déformation totale de l’histoire, la négation de la qualité même de l’Ukraine en tant que successeur de la Rus' de Kiev, en tant qu’Etat lié avec la Russie par 1000 ans d’histoire commune. C’est le refus de tout ce qui lie aujourd’hui l’Ukraine, non seulement à la Russie mais aussi à la Biélorussie. Les collaborationnistes se sont emparés du pouvoir à Kiev. Pour eux, ceux qui ont combattu du côté d’Hitler sont des héros alors que les vainqueurs du fascisme et ceux qui ont sauvé l’Europe, ce sont les ennemis ».

    Est-ce que le génocide perpétré par les néonazis en Ukraine permettra aux Européens de comprendre quel avenir les attend s’ils oublient complètement les leçons de l’histoire ? N

    Lire aussi:

    «Personnellement, je ne vois pas en rose l’avenir de l’Ukraine»
    Le nombre d’attentats perpétrés par les radicaux de droite va croître
    Les médias mainstream découvrent le fascisme en Ukraine pour s’attaquer à Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik