Ecoutez Radio Sputnik
J.-M. Le Pen : « Dieu merci, nous sommes dans le même camp que la Russie »

J.-M. Le Pen : « Dieu merci, nous sommes dans le même camp que la Russie »

© Photo: East News
Actualités
URL courte
0800

A la veille des élections au Parlement européen, les partis conservateurs, centristes et même les partis socialistes de France, d’Allemagne et de Grande-Bretagne effraient les électeurs avec la xénophobie, le racisme, le néonazisme et l’antidémocratisme des partis de droite.

C’est une bonne occasion de proposer aux lecteurs un entretien avec le fondateur du Front national Jean-Marie Le Pen. Le journaliste de La Voix de la Russie a organisé cette interview en janvier 2011, avant que Le Pen ne cède le poste de président du parti à sa fille Marine.

La Voix de la Russie : Comment définissez-vous votre attitude envers la Russie, sa politique étrangère et quelle est votre opinion de Vladimir Poutine ?

Jean-Marie Le Pen : « Je suis russophile et je pense que l’avenir de notre continent passe par l’arc du Nord – de Brest à Vladivostok, avec une population de plus d'un milliard de personnes. C'est une chance pour la survie de notre civilisation. De nombreuses autres civilisations existent certes sur Terre. Mais c’est celle-ci qui me convient le plus. Je crois que nous avons beaucoup d’intérêts vitaux en commun avec la Russie. Cela permet de former une véritable alliance, dont le fondement a été posé par Jacques Chirac avec l’axe Paris-Berlin-Moscou. Nos pays ont beaucoup de choses en commun, et ceci pourrait, malgré les avis de certains, devenir la base d'une alliance forte. Il ne faut pas oublier qu’une reine française était la petite-fille de Saint-Vladimir. Et nous remercions souvent Dieu pour être dans le même camp avec la Russie.

Je considère la politique de Kremlin et celle de Poutine particulièrement sage et raisonnable. Il est sur ​​la bonne voie. Au 19e siècle, Stolypine disait que sur le plan économique, la Russie serait plus forte que les États-Unis. Et il ne plaisantait pas. La Russie dispose de ressources humaines, intellectuelles, culturelles et sociales considérables. Elle possède de vastes territoires et des réserves naturelles. Mais le plus important – c’est son peuple, capable de développer la science et contribuer à la perpétuation des richesses nationales. Tout cela contribue à maintenir un équilibre des valeurs humaines fondamentales dans le pays. Et je souhaite vraiment que le président Poutine puisse faire encore beaucoup d’utile pour la prospérité de la Russie. Je suis persuadé qu’il y parviendra. »

LVdlR : Est-il vrai que vous connaissez la mélodie de l’Hymne des Tsars, l’hymne d’avant la révolution ? Connaissez-vous l’hymne de l’URSS et celui de la Russie actuelle ?

J.-M. Le Pen : « Oui, je connais cette mélodie et elle me plaît beaucoup. Le compositeur Alexandrov a réussi à créer une musique à la fois solennelle et très jolie. On la mémorise dès la première fois. »

Jean -Marie Le Pen, en train de chanter l'hymne national russe ! On ne voit pas cela tous les jours. La fille de Jean-Marie Le Pen, Marine, considère la Russie comme une amie de la France depuis longtemps. Elle a indiqué à plusieurs reprises que Paris devait cesser de rester à la traîne derrière Washington et développer plus activement un partenariat stratégique avec Moscou.

En outre, Marine Le Pen a reconnu les résultats du référendum en Crimée :

« Pour moi, les résultats du référendum ne suscitent aucune controverse. Ces résultats étaient attendus. Et les habitants de la Crimée, qui vivaient dans la peur, se sont précipités dans les bras du pays, dont elle est issue, car vous le savez – la Crimée fait partie de l’Ukraine depuis seulement 60 ans. »

Le 25 mai prochain, 74 députés français sur 763 députés du Parlement européen seront élus. Et aujourd'hui, les Français n'excluent pas qu’avec ce scrutin, Marine Le Pen et son parti vont essayer de consolider leur succès aux élections municipales de mars. T


Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres