Ecoutez Radio Sputnik
    Pourparlers à Berlin : Lavrov tente de rafraîchir la mémoire des partenaires

    Pourparlers à Berlin : Lavrov tente de rafraîchir la mémoire des partenaires

    © Photo : REUTERS/Thomas Peter
    Actualités
    URL courte
    0 0 0

    Il n’y a pas eu de miracles pendant les cinq heures de la réunion sur l’Ukraine avec les chefs des diplomaties russe, allemande, française et ukrainienne à Berlin, mais le fait qu’elle ait eu lieu porte à l’optimisme. Pour reprendre l’expression du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le dialogue confirme que l’UE et la Russie sont prêtes à rechercher des moyens de mettre fin à la guerre civile au centre de l’Europe.

    Si Washington ne participe pas au format quadripartite, les conditions inadmissibles avancées constamment lors de telles réunions sont sans doute inspirées par les Etats-Unis.

    Les rumeurs sur un éventuel sommet russo-ukrainien avec la participation des leaders français et allemand sont exagérées. Les participants aux consultations à Berlin essaieront dans les deux jours à venir d’« élaborer des clauses mutuellement admissibles » et de les rapporter aux leaders de leurs pays. Ce n’est qu’après que sera envisagé le format des pourparlers, a déclaré à l’issue de la réunion quadripartite à Berlin le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov. Le ministre russe a été le seul à donner une vaste conférence de presse.

    « Aucune partie n’a refusé de confirmer la Déclaration de Genève, ce qui est un acquis substantiel. On ne saurait d’ailleurs que regretter que la confirmation du consensus assuré il y a plusieurs mois soit considérée comme un acquis. Quoi qu’il en soit, c’est un progrès parce que la Déclaration de Genève n’était même pas évoquée jusqu’à récemment en Europe. »

    Le consensus concernant les livraisons d’aides humanitaires russes aux habitants du Sud-Est de l’Ukraine a été le principal succès de la réunion à Berlin, a souligné Sergueï Lavrov. « Toutes les questions posées pour une large part artificiellement par l’Ukraine et l’Occident » sont réglées.

    Malheureusement, rien de semblable en ce qui concerne le cessez-le-feu et le début du processus de règlement politique.

    « Le cessez-le-feu est une tâche urgente : les gens périssent et l’infrastructure civile est détruite. Nous avons réaffirmé notre position : le cessez-le-feu doit être inconditionnel. Nos collègues ukrainiens présentent toujours toutes sortes de conditions : assez vagues, d’ailleurs, par exemple, pour reprendre leur expression, +les frontières impénétrables+ ».

    Selon Sergueï Lavrov, la Russie a assuré depuis longtemps l’accès sur son territoire des observateurs de l’OSCE qui n’ont enregistré aucun « déplacement illégal » à la frontière avec l’Ukraine.

    Lavrov a qualifié de désinformation les données fournies par Kiev sur la récente destruction par les structures fortes ukrainiennes de toute une « colonne russe » ayant passé furtivement la frontière. En ce qui concerne la destruction par les milices populaires d’une colonne ukrainienne ayant essayé d’encercler Lougansk, elle a eu lieu en réalité, a souligné Sergueï Lavrov. /N

    Lire aussi:

    Guerre en Ukraine: un règlement «utopique», sommet après sommet
    Moscou suggère d’envoyer dans le Donbass non l’Onu mais des forces pour protéger l'OSCE
    Macron et Porochenko prônent l'intensification du format Normandie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik