Ecoutez Radio Sputnik
    Un Mistral capable de faire une croix sur une centaine de Rafale

    Un Mistral capable de faire une croix sur une centaine de Rafale

    © Photo: AP/ECPAD
    Actualités
    URL courte
    02900

    Le ministre français de la Défense se rendra en Inde pour persuader personnellement le gouvernement indien d'acheter les avions de combat Rafale. Le 1er décembre Jean-Yves Le Drian rencontrera à New Delhi son homologue indien Manohar Parrikar. Paris cherche à finaliser l'accord d'achat par l'Inde de 126 Rafale dans l'espoir de toucher pas moins de 20 milliards de dollars.

    Cependant le montant immense du contrat n'est pas l'unique raison pour laquelle New Delhi retarde la réponse définitive. Le scandale relatif au refus de la France de livrer à la Russie le porte-hélicoptères Mistral déjà construit fait douter de la fiabilité de Paris en tant que fournisseur d'armements. La situation avec les Mistral est très défavorable pour la France. Rien que les amendes pour la non-exécution du contrat pourraient atteindre, selon les estimations différentes, de 3 à 10 milliards d'euros.

    Il paraît cependant que la pression des Etats-Unis surpasse toutes les pertes économiques et de réputation. Cette dépendance de la France vis-à-vis de la conjoncture politique ne peut pas ne pas préoccuper l'Inde, signale le directeur adjoint du Centre d'analyse du commerce d'armes mondial Vladimir Chvarev :

    « Le refus de livrer les Mistal à la Russie aura certes un impact négatif sur l'image de la France en tant que fournisseur fiable. Cela concernera surtout les programmes en train de discussion qui revêtent un caractère à long terme. La vente du Rafale fait partie de ces programmes. Le marché est prévu pour plusieurs années. Car même après la livraison du dernier avion il faudra les entretenir et fournir des pièces de rechange. Si l'Inde achète les Rafale, elle dépendra de la France pendant plusieurs dizaines d'années ».

    Il est facile d'imaginer que si les Etats-Unis décident d'exercer la pression sur l'Inde – que ce soit à cause de nouveaux différends au sein de l'OMC ou pour d'autres raisons -, ils pourront obliger Paris à arrêter l'accomplissement du contrat. Alors les forces aériennes de l'Inde seront menacées de pénurie d'avions dans leurs escadrilles.

    Une telle menace a été déjà prise en considération au Brésil et en Chine. Selon les médias mondiaux, les diplomates de ces pays se sont mis à exprimer des doutes quant aux perspectives de la coopération militaro-technique avec la France.

    Il est à noter que ses voisins de l'UE tentent déjà de profiter de la situation délicate de la France. La Suède a de nouveau proposé à New Delhi ses avions de chasse Gripen. Le secrétaire britannique à la Défense Michael Fallon a déclaré récemment à Times of India que si l'Inde renonçait au contrat avec la France la Grande-Bretagne était prête à lui livrer ses avions de combat multirôles Eurofighter.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik