Ecoutez Radio Sputnik
    Chancelière d'Allemagne Angela Merkel

    Merkel: pas de raison d'annuler la dette grecque

    © AP Photo/ Michael Sohn
    Actualités
    URL courte
    0 2122135

    La chancelière d'Allemagne a réaffirmé la solidarité de l'Europe avec la Grèce éprouvée par la crise si cette dernière réalisait des réformes et appliquait les mesures d'austérité.

    La chancelière d'Allemagne Angela Merkel a déclaré par ailleurs qu'elle ne voyait pas de raison de continuer à annuler les dettes de la Grèce.

    « Il y a eu déjà un effacement bénévole de la part des créanciers privés, les banques ont pardonné à la Grèce des milliards », a-t-elle dit au quotidien Hamberger Abendblatt. La chancelière, citée par l'agence DPA, a souligné que « l'Europe continuerait de faire montre de solidarité avec la Grèce et les autres pays les plus touchés par la crise si ces pays mettaient en oeuvre leurs propres réformes et appliquaient des plans de rigueur ».

    En proie à la crise de la dette en 2010, la Grèce s'est vue obligée de demander une aide financière étrangère. Deux ans plus tard, elle est parvenue à un accord avec la troïka de créanciers composée de l'UE, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international. L'octroi de plusieurs milliards de crédits et l'effacement d'une moitié des dettes aux créanciers privés ont été accompagnés de plusieurs conditions, plus particulièrement une politique de rigueur, la privatisation des actifs d'Etat d'un montant de 50 milliards d'euros avant la fin de 2015 et l'application des réformes structurelles.

    Le nouveau premier ministre de Grèce Alexis Tsipras a déclaré vouloir négocier l'annulation de plusieurs centaines de milliards de dettes sous formes de crédits de la troïka dépensés à la stabilisation de la dette souveraine grecque et, en partie, au financement des dépenses publiques. Dans son premier discours après avoir remporté les élections le dirigeant de Syriza a dit que le verdict du peuple grec signifiait la « fin de la troïka ».

     

     

    Lire aussi:

    Grèce: le modèle européen selon Alexis Tsipras
    Grèce: la victoire de Syriza utile aux peuples européens (Chevènement)
    La Grèce peut et doit rester dans la zone euro (homme politique)
    La Grèce ne pourra pas quitter la zone euro (Commission européenne)
    Tags:
    Syriza, Fonds monétaire international (FMI), Banque centrale européenne (BCE), Union européenne (UE), Hamberger Abendblatt, Alexis Tsipras, Angela Merkel, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik