Actualités
URL courte
9342
S'abonner

Le journaliste et blogueur, Kuba Benedyczak, donne son opinion sur l’atmosphère antirusse qui prime actuellement en Pologne.

Souvent les Européens exagèrent en essayant d'avoir un comportement "politiquement correct". Néanmoins, ils fustigent à juste titre les clichés racistes disant que "les noirs sont paresseux", que "les Ukrainiens sont génétiquement prédisposés à la corruption" ou que "les latino-américains aiment bien frapper leurs femmes".

Il a quelques jours Andrzej Wilk, expert militaire du Centre d'études orientales, a accordé une interview au quotidien polonais Rzeczypospolita. L'article final, intitulé "La Russie agit comme si elle était en guerre", porte sur les armements russes et la menace venant des missiles Iskander installés dans la région de Kaliningrad. En répondant à la question sur des points faibles de l'armée russe, M.Wilk a souligné que le défaut principal de la Russie est le fait d'être la Russie.

"En dépit de toutes les actions et de tous les efforts effectués par la Russie, c'est toujours le bordel là-bas. Il y aura toujours quelqu'un qui se met à boire ou à vendre quelque chose illégalement. La corruption est dans les gènes des Russes. Donc le principal point faible, c'est le facteur humain", a-t-il précisé lors de l'entretien.

"On peut régulièrement entendre ce genre de propos de la part d'analystes polonais, de commentateurs ou d'experts en tout genre. Le sens des propos devient plus clair si on remplace les Russes par Sénégalais, Indonésiens, Congolais, ou même Ukrainiens. C'est là qu'on verrait à quel point ces discours sont racistes", a écrit Kuba Benedyczak sur le portail numérique de Nowa Europa Wschodina, un bimensuel polonais spécialisé sur l'analyse des enjeux de la région Europe centrale et orientale.

En outre, si l'expert militaire avait mentionné d'autres nationalités, il aurait été obligé de disparaître de la vie publique à cause d'une vague de critiques sévères à son encontre, a fait remarquer M.Benedyczak.

Les paroles d'Andrzej Wilk témoignent de l'attitude générale des Polonais envers les Russes.
Le blogueur confirme que dans les médias polonais des messages disent qu'une personne est morte suite à un coma éthylique en Russie, qu'une fois de plus une femme a été violée, que 90% de la population russe est nationaliste ou qu'un opposant au Kremlin a été encore arrêté sont assez fréquents.

"La Pologne qui est un Etat démocratique doit se comporter conformément à des standards de haut rang au lieu de conduire des attaques à caractère russophobe et limite raciste", a conclu Kuba Benedyczak.

 

Lire aussi:

Pays-Bas: la propagande antirusse envahit les manuels scolaires
Moscou à Londres: cessez l'hystérie antirusse!
Journaliste britannique: la propagande antirusse de l'Otan à son comble
Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Tags:
russophobie, racisme, Varsovie, Moscou, Pologne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook