Afrique
URL courte
Par
8531
S'abonner

En huit mois d'épidémie, 81 professionnels de santé ont été contaminés par le virus Ébola, dont 28 ont déjà succombé à la maladie. L'information a été communiquée lundi 1er avril par le ministère de la Santé de la RD Congo, lors de son bulletin régulier sur la situation épidémiologique d'Ébola.

«Le cumul des cas confirmés et probables parmi les agents de santé est de 81, soit 7,4% de l'ensemble des cas, dont 28 décès» a annoncé le ministère de la Santé de la République démocratique du Congo (RDC), dans son bulletin épidémiologique diffusé lundi 1er avril.

Un lourd tribut payé par les professionnels de santé en huit mois d'épidémie, alors qu'ils sont parmi les profils privilégiés dans le cadre de la vaccination contre le virus Ébola, lancée en août 2018. Ils restent donc tout autant exposés au virus que les autres couches de la population, notamment dans l'Est de la RDC, épicentre de la maladie.

Dans le même communiqué, le ministère de la Santé publique a mentionné sept nouveaux cas de fièvre hémorragique à virus Ébola: deux à Katwa, deux à Vuhovi, un à Beni et un à Oicha au Nord-Kivu, ainsi qu'un autre cas à Mandima, en Ituri. Trois nouveaux décès confirmés ont également été signalés, dont deux décès qui ont eu lieu hors des centres de santé: un à Katwa, un à Vuhovi et un autre décès au centre de traitement Ébola de Butembo.

Le ministère de la Santé annonce également que 180 cas suspects sont en cours d'investigation et qu'un agent de santé se retrouve parmi les nouveaux cas confirmés de la maladie à virus Ébola.

À la fin du mois de mars, l'épidémie de fièvre hémorragique Ébola franchissait le seuil des 1.000 cas. Selon le dernier bilan des autorités congolaises, elle a déjà fait plus 679 décès, confirmant ainsi sa position de la plus dangereuse et meurtrière épidémie d'Ébola enregistrée en RDC.
Il s'agit aussi de la plus grave épidémie d'Ébola après celle qui a fait plus de 10.000 morts en 2014 en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué mardi 2 avril à Genève que le nombre de cas avait augmenté à un rythme jamais atteint en huit mois. L'OMS tire également la sonnette d'alarme sur les conditions de travail des humanitaires qui doivent faire face aux incursions armées de groupes d'individus. Début mars, l'ONG Médecins Sans Frontières a suspendu ses activités de lutte contre Ébola à Katwa et à Butembo, à la suite d'attaques contre deux centres de traitement.
Rappelons qu'Ébola est un virus qui se transmet par les fluides corporels qui provoque de graves fièvres hémorragiques, pour lesquelles il n'existe pas de traitement homologué, et qui présente un taux de mortalité allant de 25% à 90% chez l'humain.

 

Lire aussi:

Les quatre maladies qui risquent de provoquer une forme grave du Covid-19 citées par la science
Deux voyous filmés alors qu’ils incendient une voiture de police à Mulhouse - vidéo
La photo d’un repas proposé dans un Ehpad du Finistère fait polémique
Voiture de police incendiée à Mulhouse: la motivation des délinquants se dessine
Tags:
fièvre hémorragique, épidémie, Ebola, Médecins sans frontières (MSF), OMS, Butembo, Mandima, Oicha, Beni, Vuhovi, Katwa, République démocratique du Congo (RDC)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook