Afrique
URL courte
141116
S'abonner

Le secrétaire général adjoint de l'Union générale des travailleurs tunisiens a demandé à l’État français «de reconnaitre ses crimes» durant la période de la colonisation de la Tunisie (1881-1956) et d’indemniser les Tunisiens pour tous les malheurs qu’ils ont subi.

Dans un entretien accordé au quotidien arabophone Al Chourouk, Bouali Mbarki, le secrétaire général adjoint de l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), a demandé à l'État français d'indemniser son pays et ses concitoyens pour toute la période coloniale, laquelle s'étend sur plus de 70 ans.

«La France a profité de la richesse des Tunisiens pendant des décennies et l'a utilisée pour construire son économie en privant des générations entières de Tunisiens afin d'assurer la prospérité du peuple français», a déclaré le responsable syndical. «Le moment d'indemniser les Tunisiens est arrivé», a-t-il poursuivi.

Tout en rappelant que durant les 70 ans du colonialisme français, «des milliers de Tunisiens» avaient été exilés vers des îles lointaines, M. Bouali a affirmé que «les excuses ne sont pas suffisantes et ne compenseront pas les dizaines d'années de pillage de richesses, de massacres et de tortures infligées aux Tunisiens, de déplacements de milliers de familles et de leurs expulsions de leurs terres».

Sur cette lancée, et tout en demandant à l'État français «de reconnaître ses crimes» coloniaux, Bouali Mbarki a appelé l'État tunisien et toutes les organisations de la société civile à agir pour obtenir ce droit à l'indemnisation.

La France a conquis militairement la Tunisie le 12 mai 1881 et y a instauré un protectorat. Après plus de 70 ans de colonisation, les Tunisiens ont recouvert leur liberté le 20 mars 1956.

Lire aussi:

Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des outils d’espionnage télécoms israéliens ont été détectés dans ces quatre pays européens
Macron n’inspire plus confiance aux Français et recourt à l’«autodéfense agressive», selon la presse allemande
Tags:
réparation des dommages, colonialisme, Union générale tunisienne du travail (UGTT), France, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook