Afrique
URL courte
54216
S'abonner

En colère pour ne pas avoir été accepté comme candidat à la vice-présidence du Sénat, un parlementaire marocain a envoyé aux urgences hospitalières le président de cette institution, responsable, selon lui, de sa non-désignation sur la liste des candidatures.

Du jamais vu dans l'Histoire du Sénat marocain. Suite à un désaccord, Brahim El Joumani, sénateur du Parti authenticité et modernité (PAM), probablement très en colère, a envoyé au tapis Hakim Benchamach, président du Sénat et du PAM également, en lui assénant un violent coup de tête qui l'envoya directement aux urgences hospitalières.

​L'événement s'est produit ce 19 avril, quand M.Benchamach tenait une réunion avec les élus de son parti désignés à différents postes au Sénat. Se sentant lésé par le secrétaire général du parti, M.El Joumani a fait irruption accusant ce dernier de l'avoir exclu délibérément de ces désignations avant de lui asséner un coup de tête.

«Je me suis porté candidat pour le poste de deuxième vice-président de la 1e Chambre mais j'ai été surpris qu'il ne m'appelle pas et ne m'informe de rien», a déclaré le parlementaire, cité par le site d'information bladi.net. «Pour lui [le président du Sénat, ndlr], nous n'avons aucune valeur», a-t-il ajouté.

Avant de s'en prendre au président du Sénat, M.El Joumani a essayé, sans succès, d'avoir des explications sur les raisons qui ont poussé ce dernier à l'écarter de la liste des candidats. «Quand je l'ai appelé pour avoir des explications, il ne m'a pas répondu», a-t-il affirmé, selon la même source. La colère a fait que «ce qui est arrivé est arrivé», a-t-il expliqué.

Lire aussi:

Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Une photo de Castaner dégustant des huîtres sur une plage sans respecter les gestes barrières fait polémique
Jean-Jacques Bourdin flashé à 186 km/h à plus de 100 km de son domicile, son permis de conduire confisqué
Tags:
agression, hôpital, Hakim Benchamach, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook