Ecoutez Radio Sputnik
    Franc CFA

    «Il est temps… que l’Afrique s’affranchisse» du franc CFA, selon un responsable sénégalais

    © AFP 2019 Issouf Sanogo
    Afrique
    URL courte
    8144

    Investissements chinois, gisements de gaz récemment découverts et franc CFA… Dans un entretien accordé à Sputnik au Forum économique de Yalta, en Crimée, le président de l’Institut africain de négociation appliquée a expliqué ce qui liait le Sénégal au géant asiatique et pourquoi ce pays africain cherchait à tisser des liens avec la Russie.

    Le Sénégal chercherait à diversifier ses partenaires. Ce pays africain qui a surfé sur une vague de croissance de 6.8% en 2018, se tourne de plus en plus vers l'est et tisse activement de nouveaux liens avec la Chine et la Russie. Au moins c'est ce qu'affirme dans un entretien à Sputnik Thierno Ba Demba Diallo, président de l'Institut africain de Négociation appliquée et conseiller du gouvernement sénégalais.

    «Pendant longtemps, on s'est emprisonné dans le pré carré français», rappelle-t-il. «Aujourd'hui, si la France veut continuer de travailler avec l'Afrique, c'est à elle de s'adapter aux conditions de l'Afrique, aux conditions de la Chine, aux conditions de la Russie».

    Tourner le dos à la France?

    Si le Sénégal diversifie ses partenaires et tisse des liens avec la Chine et la Russie, mais aussi avec l'Inde et le monde arabe, ce revirement ne semble à ce jour pas menacer la France, qui elle-aussi muscle sa présence dans le pays.

    «Depuis ces cinq dernières années, on a remarqué effectivement un renforcement de la France, surtout dans le secteur minéralier», observe M.Diallo. Il cite à cet égard Total, des entreprises de construction, des multinationales, des commerces, des sociétés de distribution. Nombre d'entre eux se sont mis à concurrencer le commerce local, y compris en faisant du dumping. Mais dans le même temps, ces sociétés ont créé des emplois et le gouvernement cherche aujourd'hui à mieux encadrer leurs activités, note l'expert.

    Évoquant les investissements français en Afrique, Thierno Ba Demba Diallo est revenu sur la visite au Sénégal fin mars de Bruno Le Maire, ministre français de l'Économie et des Finances. Saluant les performances économiques du pays africain, le ministre a lancé le programme français Choose Africa, qui met à disposition des TRE-PME du continent plus de 2,5 milliards d'euros d'ici 2022.

    Thierno Ba Demba Diallo, Consultant International, Administrateur de société, Président de l'Institut Africain de Négociation Appliquée
    © Sputnik . Diana Saifullina
    Thierno Ba Demba Diallo

    Franc CFA

    Dans son discours, Le Maire a également abordé le sujet du franc CFA, monnaie aujourd'hui utilisée dans quinze pays africains et fabriquée en France. L'avenir de la zone Franc appartient aux États membres «de manière indépendante et souveraine», affirmait-il notamment en plein débat autour de cette devise arrimée à la monnaie européenne par une parité fixe (655 francs pour un euro).

    Ce n'est pas forcément l'avis de M.Diallo qui avance que le rôle du franc CFA est ambivalent. L'expert évoque la fonction fédératrice de cette monnaie pour de nombreux pays du continent, tout en la qualifiant de «survivance de l'institut de colonisation».

    «Il est incompréhensible aujourd'hui que les pays africains qui ont en commun le franc CFA soient obligés de déposer au trésor français des montants aussi importants. Je lisais quelque part que 3.600 milliards […]sont aujourd'hui dans le trésor français alors que ces pays ont du mal à financer leur économie», poursuit l'expert.

    «Il est temps, malgré le fait qu'il y a un certain aspect politique, […] que l'Afrique s'affranchisse de ça, qu'elle pense à créer sa propre monnaie. C'est possible aujourd'hui de créer sa propre monnaie», conclut l'expert. Et d'ajouter: «C'est l'avenir».

    «La Chine vient pour faire du business»

    La Chine est le deuxième partenaire commercial du Sénégal, derrière la France, avec un volume d'échanges de deux milliards de dollars en 2016, selon des chiffres officiels sénégalais. L'empire du Milieu est par ailleurs le 1er investisseur dans ce pays africain, traditionnellement tourné vers la France, et injecte des millions de dollars dans les infrastructures.

    «La Chine ne vient pas pour aider l'Afrique, elle vient pour faire du business. C'est un échange. Elle investit dans nos infrastructures et en contrepartie elle prend nos ressources naturelles», explique Thierno Ba Demba Diallo. Avant de poursuivre: «La Chine met en place des conditions beaucoup plus souples que celles que nous avons avec l'Occident».

    «Nous avons besoin du savoir-faire de la Russie»

    Le géant asiatique investit dans les infrastructures sénégalaises, mais repart avec les ressources naturelles africaines pour les transformer sur son territoire, un modèle qui convient à Dakar depuis que d'importants gisements de pétrole et de gaz ont récemment été découverts dans le pays.

    Si les réserves naturelles sont majeures, le Sénégal manque de savoir-faire pour les exploiter seul. Ainsi, le pays s'intéresse à l'expérience russe en la matière, note M.Diallo s'exprimant en marge du Forum économique de Yalta, en Crimée.

    «La Russie s'intéresse de plus en plus au continent. Mais la Russie ne devrait pas, à mon avis en tout cas, faire comme la Chine. Elle devrait, sur place, nous accompagner à la transformation de nos matières premières», poursuit le responsable.

    Pour éviter d'acheminer sur d'autres continents les hydrocarbures ainsi que les bauxites et le fer extraits en Afrique, Thierno Ba Demba Diallo estime que les pays africains devraient réfléchir à faire du Sénégal un hub sidérurgique et minier.

    «La Russie peut nous aider avec son savoir-faire sidérurgique, avec sa longue tradition gazière à mettre en place l'industrie sidérurgique solide en Afrique», explique-t-il. Avant d'ajouter: «Nous avons besoin du savoir-faire de la Russie»

    Lire aussi:

    La Russie annonce avoir repoussé une attaque terroriste contre sa base militaire en Syrie
    Madonna et les candidats islandais sortent un drapeau palestinien lors de l’Eurovision en Israël (images)
    Un homme armé d’un couteau commet une agression à Villejuif, il aurait crié «Allahu Akbar»
    Tags:
    Franc-CFA, exploitation, monnaie, investissements, gaz, Bruno Le Maire, Sénégal, Chine, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik