Afrique
URL courte
1180
S'abonner

La police marocaine a arrêté une centaine de personnes ayant dérobé plus de 186.000 euros à des victimes abusées par un vaste réseau de centres d’appels fictifs, informe un communiqué de la DGSN. Les autorités enquêtent actuellement sur une éventuelle ramification du réseau au Maroc et à l’étranger.

Dans un communiqué officiel publié sur sa page Facebook, la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) marocaine a annoncé l'arrestation d'une centaine de gérants et employés de centres d'appels fictifs dans les villes de Casablanca, Marrakech, Meknès, Oujda et Kénitra. Ces personnes sont suspectées d'avoir exercé des activités sans autorisations légales. Une enquête judiciaire a été ouverte. Ils sont poursuivis pour vols, transferts et piratages d'appels téléphoniques.

La DGSN a donné des détails sur le mode opératoire des prévenus qui «appellent plusieurs victimes d'un numéro enregistré à l'étranger en se contentant d'une seule sonnerie pour pousser la victime à rappeler avant de transférer son appel à un centre d'appel fictif qui rallonge la durée de la communication». Elle souligne que cette astuce consiste à «épuiser le solde téléphonique de la victime et faire payer à la société de télécommunication nationale ayant reçu les sonneries suspectes, les frais d'appels en devise étrangère».

D'après les estimations indiquées dans le communiqué de la DGSN, ces centres d'appels fictifs ont fait perdre à leurs victimes plus de deux millions de dirhams (soit plus de 186.000 euros).

Lors des perquisitions des centres d'appels, les policiers ont mis la main sur du «matériel informatique dont des ordinateurs, des dispositifs d'appels et des mécanismes de transfert de communications internationales, suspectés d'être utilisés à des fins criminelles», précise la note de la DGSN.

L'enquête menée par la police judiciaire vise également la découverte d'éventuelles «ramifications de ces activités, tant au niveau national qu'international, en plus de l'arrestation d'autres complices», conclu le communiqué.

Lire aussi:

En Australie, démission d'un ministre sur fond de scandale autre que celui sur les sous-marins
Vaccination contre le Covid-19: au Togo, le gouvernement opte pour une stratégie de «la peur»
Des F-35 au lieu des Rafale pour la Suisse: Paris dément avoir annulé la visite du Président helvète
Participation record au vote en ligne pour les législatives russes à Moscou
Tags:
Maroc, réseau, appel, démantèlement, arrestation, action en justice, Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) marocaine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook