Ecoutez Radio Sputnik
    Drone

    L’armée algérienne utilise ses propres drones dans la lutte antiterroriste (images)

    © AP Photo / Ariel Schalit
    Afrique
    URL courte
    Kamal Louadj
    1400

    Le ministère algérien de la Défense a annoncé dans un communiqué que l’Armée nationale populaire (ANP) avait détruit des caches terroristes en utilisant, pour la première fois, ses propres drones de fabrication locale, Eljazair 54 et Eljazair 55.

    L'Armée nationale populaire (ANP) algérienne, a utilisé, pour la première fois depuis leurs essais dans des manœuvres à balle réelle, ses drones Eljazair 54 (Algérie 54) et Eljazair 55, dans la lutte antiterroriste. Ils ont été employés à la destruction de caches terroristes, a annoncé un communiqué du ministère algérien de la Défense nationale (MDN).

    ​«À la suite d'une opération de reconnaissance aérienne effectuée par le drone Eljazair 54, les 28 et 29 avril 2019, faisant état de la localisation de caches terroristes selon des coordonnées précises, où des ordres ont été données pour effectuer des tirs réels à l'effet de détruire ces cibles avec une grande précision et ce, à travers l'engagement de deux drones de type Eljazair 55, permettant ainsi le succès de cette mission qui a atteint l'objectif escompté, démontrant les capacités de ces drones et la performance de leurs équipages au sol», a indiqué le texte du communiqué.

    ​L'Armée nationale populaire algérienne (ANP) a mené le 20 décembre 2018 des opérations aériennes à balle réelle au Polygone central de l'air à Hassi Bahbah, situé dans la région d'Aïn Ouessara (dans le centre de l'Algérie). Elle a déployé quatre drones de reconnaissance, armés et de fabrication algérienne. C'est ce qu'a indiqué un communiqué du ministère algérien de la Défense (MDN).

    Selon le site d'information militaire Menadefense, l'ANP s'est lancée depuis 2016 dans la fabrication de ces engins. Les appareils Eljazair 54-55 sont, selon le média, une amélioration du drone United-40 du constructeur émirati Adcom Systems, lui-même conçu par l'opérateur ukrainien Kharkhov Aggregate Design Bureau. Les ingénieurs de l'ANP ont notamment procédé «au changement du train d'atterrissage, à un allègement de la structure et à une modification du système d'armes et du type d'armement», selon le site d'information.

    Ces appareils bimoteurs disposent, selon la même source, de «10 points d'emport, d'une capacité de vol de plus de 72 heures, non-stop, et d'une vitesse de croisière de 220 Km», a-t-il indiqué, en ajoutant qu'ils avaient une envergure de 20 m pour une longueur de 13 m.

    Les drones Eljazair 54-55 auraient également des capacités de lutte anti-sous-marine. Toujours selon Menadefense, ces appareils sont dotés d'«un radar sous le ventre, d'un détecteur d'anomalies magnétiques à l'arrière et ils peuvent prendre sous leurs ailes des bouées sonar et probablement des torpilles ou des mines marines». La longue autonomie de vol dont jouissent ces drones de l'ANP fait d'eux de bons engins pour la chasse de sous-marins et le sauvetage en haute mer, a-t-il souligné.

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    «J'ai grandi de 3 cm en 5 jours»: dans la peau d'un cobaye scientifique
    Roué de coups sur la N10, un policier demande du secours et se fait tabasser une seconde fois par un autre
    Tags:
    lutte antiterroriste, drone, Armée nationale populaire algérienne (ANP), Ahmed Gaid Salah, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik