Ecoutez Radio Sputnik
    Danielle Akini à l’occasion de l’une des séances de partage d’expérience avec des jeunes scolarisés.

    Danielle Akini, la passionnée de technologies qui fabrique des génies

    © Sputnik . Genius center
    Afrique
    URL courte
    Anicet Simo
    6184

    Longtemps catalogué en Afrique comme un domaine d'expertise réservé aux hommes, le digital est de plus en plus porté par des figures féminines. C'est le cas de la Camerounaise Danielle Akini, tête couronnée du numérique, promotrice du Genius center, un centre de formation qui initie les enfants de 4 à 17 ans à l'ingénierie informatique. Portrait.

    Technologie, égalité de genre, formation des enfants à l'ingénierie informatique, c'est le monde de Danielle Akini. À 33 ans, cette Camerounaise a déjà laissé une belle empreinte digitale dans l'univers des technologies et du leadership féminin en Afrique.

    Son tableau de chasse affiche bien de récompenses glanées sur le continent comme au delà. Danielle est entre autres la lauréate Cameroun du programme WIA 54 (Women in Africa) édition 2019, une plateforme internationale de développement économique et d'accompagnement des femmes africaines leaders et à haut potentiel, lauréate de la 3e édition du Pitch Hub Cameroun 2019, une compétition dédiée aux startuppers. En 2017, elle a reçu le prestigieux prix TechWomen du gouvernement américain, qui sélectionne le top 4 des femmes des pays émergents dans le domaine Tech, au bout de six semaines de stage et de mentoring aux États-Unis.

    En 2014 déjà, cette ingénieure en informatique a été sélectionnée par Google pour représenter la communauté des développeurs du Cameroun à un sommet qui s'est déroulé dans la célèbre et californienne Silicon Valley. Un parcours déjà élogieux, mais également surprenant pour une femme qui a touché un ordinateur à sa majorité.

    Danielle Akini, lors d’une rencontre de partage d’expériences sur le digital.
    © Sputnik . Genius Center
    Danielle Akini, lors d’une rencontre de partage d’expériences sur le digital.

    «Mon premier contact avec un ordinateur, c'est en effet quand j'entre à l'université en 2007. Je me rends vite compte que cet outil est une opportunité pour moi. Avec lui, je peux impacter le monde suivant mes rêves, car je considère la technologie comme un outil qui permet de briser les barrières, concrétisant par là même occasion l'idée d'un village planétaire. De plus, en tant qu'acteur du domaine, le domaine des technologies a le chic de faire appel à ma créativité», relate-t-elle au micro de Sputnik, encore nostalgique de ses années estudiantines.

    Les hautes technologies, un domaine pourtant peu commun pour les femmes en Afrique. Un milieu peuplé d'hommes qui, malgré les clichés et préjugés, n'ont pas eu raison de sa détermination.

    «Pour être honnête, ça n'a pas été une préoccupation de savoir avec qui j'évoluais, dans des filières généralement acquises aux hommes en Afrique. Je ne me suis jamais sentie frustré par le genre de mon entourage. J'ai toujours préféré me focaliser sur ma passion et sur les projets que je ficelais, voilà les clés de ma motivation», tient-elle à préciser.

    Dans le contexte camerounais, où le domaine du numérique a tardé à prendre ses marques, il a fallu pour Danielle convaincre et surtout initier son environnement à la prise en compte des nouvelles technologies au début de sa carrière.

    «Gagner la considération des autres et leur faire comprendre que l'on pouvait réussir sa vie dans le digital n'était pas la chose la plus aisée. Mais à force de persévérance et de travail acharné, les choses se sont dessinées au fil du temps. D'autre part, nous évoluons dans un champ totalement nouveau. Or, en tant que pionniers, il a fallu se battre au quotidien afin de sensibiliser les uns et les autres sur les changements que nous avons aujourd'hui la chance d'observer», relève Danielle.

    Une séance de formation avec les apprenants de Genius center à Douala.
    © Sputnik . Genius center
    Une séance de formation avec les apprenants de Genius center à Douala.

    Auréolée d'une expérience certaine et motivée par son désir d'entreprendre et de partager, Danielle fut sélectionnée en 2016 pour représenter le Cameroun à «eSkills4Girls» au Rwanda, un sommet des organisations qui font la promotion de l'apprentissage du code aux enfants. Elle lance en 2017 le Genius center, un centre de formation pour les enfants et adolescents de 4 à 17 ans, qu'elle présente à Sputnik:

    «Nous stimulons la créativité et le leadership des jeunes grâce à nos ateliers d'initiation en ingénierie informatique, en robotique et entrepreneuriat. Pour y parvenir, Genius center met également à disposition des apprenants une plateforme de e-learning (Genius eLab), bilingue [français et anglais, nldr] contenant des cours interactifs dans une interface ludique et communautaire, spécialement adaptée à l'âge de l'apprenant», s'enthousiasme la promotrice de Genius center.

    Un atelier de formation à Genius center.
    © Sputnik . Genius center
    Un atelier de formation à Genius center.

    Dans son centre basé à Douala, capitale économique du Cameroun, les enfants apprennent dès leur plus jeune âge les bases de la programmation, à développer des algorithmes et même à fabriquer des robots. Des réalisations concrètes qui ont parfois été récompensées à l'occasion de compétitions internationales.

    «Nous avons dans notre centre de véritables geeks en herbe qui créent des jeux vidéo, des applications mobiles pour la gestion de projets. D'autres qui se développent dans le marketing digital, le design ou encore le montage vidéo. Les travaux des enfants sont souvent soumis aux compétitions internationales. Un de nos apprenants, à 8 ans, a remporté en 2018 le "Code for COP23" du groupe Orange, grâce à son jeu vidéo. Il est le plus jeune enfant à avoir remporté cette compétition», confie-t-elle, encore toute fière.

    À ce jour, le réseau Genius center a déjà initié plus de 4.000 enfants, repartis dans 35 écoles du Cameroun, à l'ingénierie informatique. Dans un pays où seuls 10% des enfants ont accès à la technologie, Genius Center projette d'inverser la courbe. Une ambition forte que compte relever Danielle, bien consciente des difficultés.

    «Nous comptons travailler à former plus de jeunes, malgré les freins dans le monde de l'entrepreneuriat au Cameroun. Dans cet écosystème peuplé de startups, le financement demeure notre obstacle majeur. C'est pourquoi certains projets naissent et meurent aussitôt. Pour les plus endurants, il faut faire preuve de plus de créativité afin d'obtenir des levées des fonds», conseille-t-elle.

    Un apprenant de Genius center en plein exercice au centre de Douala
    © Sputnik . Genius center
    Un apprenant de Genius center en plein exercice au centre de Douala

    Des barrières qui ne réussissent pas à freiner l'élan de cette femme qui, au delà de l'encadrement des enfants, ambitionne plus que jamais de donner à la femme camerounaise et africaine une place de choix dans le monde de l'économie numérique.

    «Il faut encourager les femmes à oser, ce qui passe par une sensibilisation profonde des plus jeunes, afin qu'elles puissent exprimer leurs idées et déployer tout leur potentiel. Au Cameroun, le train est déjà en marche. Et en Afrique de manière générale, on peut noter une évolution importante. Cela dit, il y a encore beaucoup à faire», nuance-t-elle.

    Dynamique et compétitive, cette serial-entrepreneur se bat pour le développement d'une Afrique forte, qui passe par une jeunesse compétitive et qualifiée. Dans cette optique, Danielle parcourt le continent pour prêcher la bonne parole des technologies. En 2013 par exemple, elle avait déjà été sélectionnée par Jcertif, une organisation dont l'objectif principal est de promouvoir l'innovation à travers les technologies de l'information et des télécommunications, pour coordonner les activités visant à pousser plus de femmes à s'intéresser aux métiers des technologies au Congo. Entre ses multiples déplacements et activités, Danielle, très sereine, compte bien poursuivre son rêve.

    «Je me souviens toujours de mon voyage à la Silicon Valley, invitée par Google pour un sommet de développeurs. En visitant un club de coding pour les enfants et des bibliothèques spécialisées dans la petite enfance, j'ai réalisé à ce moment qu'il y a une réelle opportunité à développer un tel écosystème au Cameroun. J'ai décidé de me lancer dans cette trajectoire et c'est ce rêve que je compte poursuivre jusqu'au bout», conclut-elle, toute confiante, à Sputnik.

     

    Lire aussi:

    La Russie annonce avoir repoussé une attaque terroriste contre sa base militaire en Syrie
    Madonna et les candidats islandais sortent un drapeau palestinien lors de l’Eurovision en Israël (images)
    Un homme armé d’un couteau commet une agression à Villejuif, il aurait crié «Allahu Akbar»
    Tags:
    informaticien, informatique, créativité, ingénierie informatique, formation des enfants, numérique, innovations, technologies, Code for COP23, Pitch Hub Cameroun 2019, Cameroun du programme WIA 54 (Women in Africa), Jcertif, Genius Center, groupe Orange, Genius eLab, Danielle Akini, Silicon Valley, Cameroun
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik