Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats camerounais

    Unité nationale en péril, séparatisme, bataille de succession, le Cameroun sur la corde raide?

    © AP Photo / Ben Curtis
    Afrique
    URL courte
    Par
    411
    S'abonner

    Alors que le Cameroun s'apprête à célébrer sa fête de l'unité le 20 mai prochain, les principales formations politiques ont décidé de boycotter les festivités par solidarité aux régions anglophones en crise. Une situation tendue qui met en péril l'unité nationale dans un pays où la bataille pour la succession de Paul Biya est déjà ouverte.

    À quelques jours de la célébration au Cameroun de la 47e édition de la fête de l'unité nationale le 20 mai prochain, la situation politique demeure très tendue. Les principales formations politiques, notamment le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto, le Social Democratic Front (SDF) de l'opposant historique John Fru Ndi et le Cameroon People's Party (CPP) de Edith Kah Walla ont annoncé qu'elles ne prendront pas part aux différentes cérémonies organisées à l'occasion. Interrogé par Sputnik, Joshua Osih, député, vice-président du SDF et candidat de son parti à l'élection présidentielle d'octobre 2018, a expliqué leur démarche:

    «Nous avons dit que nous ne pourrons plus nous permettre de célébrer la fête de l'unité, tant qu'une partie du Cameroun ne peut également le faire car étant dans la tristesse et dans la désolation. Dans le communiqué que j'ai rendu public, j'ai dis qu'une partie du visage ne peut pas sourire pendant que l'autre partie pleure. Et dans la tradition africaine quand une famille dans un village est endeuillée c'est tout le village qui est endeuillé. On devrait avoir le courage de comprendre qu'on a un  problème profond, aussi profond qu'on ne doit pas faire comme si de rien n'était. Cela ne veut pas dire que nous allons dans un dessein sécessionniste, nous disons tout simplement que nous sommes en deuil», a tienu à préciser Joshua Osih.

    Une position qui rejoint celle du MRC de Maurice Kamto. Dans une note d'information signée par Noah Roger Justin, secrétaire général adjoint, le parti annonce que ses membres ne participeront «ni au défilé ni aux festivités de circonstance du 20 mai 2019» car, dit-il, «la situation sociopolitique ne s'y prête pas: le conflit armé dans les régions anglophones» continu de faire des victimes.

    «Il y a une guerre larvée dans les régions occidentales de notre pays avec des milliers de morts, avec des centaines de milliers de déplacés avec des personnes vivant tous les jours avec la famine et la peur au ventre, avec des enfants qui ne vont pas l'école, avec des hôpitaux qui brûlent. On ne peut pas aller à une fête alors qu'il y a le deuil dans la maison. Aussi, il y a une crise politique toute aussi grave qui a conduit à l'arrestation de celui qu'on a déclaré officiellement comme deuxième à l'élection présidentielle, il y a l'arrestation de ses alliés et l'incarcération de 200 autres personnes qui ont osé simplement faire une revendication politique. Cela nous empêche de nous joindre à des manifestations joyeuses. Ce jour nous allons rester chez nous pour pleurer pour notre pays», laisse entendre Me Emmanuel Simh, vice-président du MRC au micro de Sputnik.

    Dans les rangs du CPP de Edith Kah Walla, on reste fidèle à une logique impulsée depuis 2016.

    «Nous avons entamé le boycott des cérémonies officielles du 20 mai depuis 2016 en raison des crises diverses au Cameroun (dont la crise dans les régions à majorité anglophone). En cette troisième année, nous sommes très contents de voir les autres partis politiques de l'opposition nous rejoindre. Nous avons boycotté cette cérémonie car elle porte atteinte à nos libertés fondamentales. Vous n'y avez pas la possibilité de vous exprimer comme vous voulez en tant que parti politique. Il y a une censure sur les banderoles, sur les pancartes et même sur les tenues arborées. Nous boycottons depuis trois ans, c'est une manière de marquer que la gestion de l'unité nationale telle que faite par le régime Biya est catastrophique. Il est inacceptable que l'on accompagne le régime Biya dans une fête qui est folklorique et ne représente effectivement un gage pour la construction de l'unité nationale», poursuit celle qui fut candidate à la présidentielle de 2011 au Cameroun.

    Les motifs avancés par ces formations politiques de l'opposition se rejoignent, principalement sur la gestion de la crise séparatiste qui secoue les régions anglophones du Cameroun depuis deux ans. Un conflit armé qui a déjà fait 1.850 morts, 530.000 déplacés internes et des dizaines de milliers de réfugiés, dont 35.000 au Nigeria selon un récent rapport de l'International Crisis Group. Les séparatistes qui ont pris les armes contre le pouvoir de Yaoundé pour réclamer la création d'un État indépendant ont appelé au boycott des célébrations du 20 mai à travers le lancement d'une opération de confinement pour les 19 et 20 mai.

    Pour rappel, le 20 mai 1972, la République fédérale du Cameroun (créée le 1er octobre 1961) deviendra la République unie du Cameroun, à la suite d'un referendum avec une Constitution qui déclare que les deux langues officielles sont le français et l'anglais. La date du 20 mai fut retenue comme fête nationale du pays.

    47 ans plus tard, alors que le pays fait face à l'une des graves crises de son histoire moderne et que son unité est mise à rude épreuve, les acteurs politiques de l'opposition s'interrogent sur la nécessite d'une telle célébration.

    «Nous avons le sentiment que la notion d'unité nationale est devenue plus un slogan politique qu'une véritable réalité au Cameroun. C'est juste un slogan pour donner l'impression que le Cameroun est uni. L'unité c'est une construction permanente. Avec l'exacerbation du tribalisme au Cameroun, avec une partie anglophone qui, pour beaucoup, a tendance à quitter le reste de la Nation, l'unité n'est plus ce qu'elle devrait être », a commenté le vice-président du MRC.

    «L'unité nationale ne se décrète pas. Il faut déjà construire la nation elle-même. La première mesure du patriotisme c'est le taux de corruption; si vous êtes un pays très corrompu ça veut dire qu'il y a un déficit de patriotisme, dans ce cas il est très difficile de construire la nation. Pour solidifier l'union arbitraire dans laquelle nous sommes, il faut bien donner à chacune des régions du Cameroun une certaine autonomie et cela ne peut  venir que si nous arrivons à définir une nouvelle forme de l'État. Mon souhait le plus profond c'est qu'on arrive au fédéralisme», a pour sa part déclaré l'honorable Joshua Osih.

    Commentant la démarche entreprise par les principales formations politiques de l'opposition, Saint-Eloi Bidoung, militant du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) et adjoint au Maire de Yaoundé VI, a confié au micro de Sputnik:

    «Si certains pensent qu'ils ne peuvent pas la célébrer [la fête nationale de l'Unité, ndlr] parce qu'une partie du Cameroun serait en conflit, je dis que c'est un manque de patriotisme et un manque d'esprit républicain. Quelles que soient les circonstances, le pays doit célébrer la fête nationale. Les problèmes qui se posent dans la République ont besoin d'être regardés avec un intérêt et une attention particuliers. Je crois que le gouvernement a entrepris un certain nombre d'actions qui permettent à ce que les uns et les autres s'accordent dans un débat inclusif. On ne peut ne pas célébrer la fête nationale sous prétexte qu'une partie du Cameroun serait prise dans un conflit», a-t-il affirmé.

    Alors que l'unité du pays est fragilisée par les multiples crises qui le traversent et que le cas du Cameroun est au centre de tous les débats, Paul Biya, 85 ans dont 37 au pouvoir, réputé pour son mutisme légendaire, multiplie depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux les appels au patriotisme et à la promotion du vivre ensemble.

    Des messages qui ont du mal à passer dans un contexte sociopolitique très tendu. Si au Cameroun on pense déjà à l'après Biya, les opposants au régime dénoncent très souvent le verrouillage par le système en place de tous les mécanismes d'une transition démocratique.

    «Il n'est pas question qu'on laisse M.Biya décider de sa succession. Nous ne sommes pas dans une chefferie; il s'agit du peuple camerounais. Nous allons agir pour nous assurer que cette succession se passe dans notre intérêt, pas dans l'intérêt de ce même régime. Nous, camerounais, devons agir, nous organiser et mener des actions non violentes, mais des actions qui, clairement et fermement, feront partir ce régime du pouvoir afin de nous permettre d'entrer dans une transition politique», a insisté Edith Kah Walla.

    Dans les rangs du SDF, si Joshua Osih veut croire à l'application des textes de la République, il émet tout de même des réserves:

    «Je sais que nous avons une Constitution. Une Constitution qui sera difficilement respectée. Mais je ne peux pas me mettre à spéculer sur le fait qu'elle ne sera pas respectée. D'un point de vue constitutionnel et d'un point de vue règlementaire, la République du Cameroun reconnait le parti RDPC bien que ce parti existe à peine. C'est le bureau politique de ce parti, au cas où il y aura succession à la tête du pouvoir qui devra prendre la décision. Et cet organe, à ce que je sais, a très peu de personnes qui sont parmi ceux qui peuvent envisager prendre la place du Président quand on parle de clan. Si ce clan veut venir au pouvoir ce sera par un coup d'État et ils nous trouveront sur leur chemin», prévient le député.

    L'hypothèse d'une passation de pouvoir de gré-à-gré dans le clan Biya, une suspicion qui court dans l'opinion au Cameroun et que redoute l'opposition, «c'est ce que nous redoutons et c'est que nous avons toujours dénoncé. Nous dénonçons avec la dernière énergie cette tentative, presque visible, de faire une passation de pouvoir de gré-à-gré. Nous sommes en République et pas dans un empire. La République suppose une succession basée sur le choix souverain du peuple à travers une élection organisée de telle manière que la personne élue soit l'émanation de la nation entière. Il y a un grand risque quand on voit la guerre qu'il y a aujourd'hui dans le palais, mais surtout quand on voit comment le Président de la République a délégué, de manière permanente, sa signature à un individu», a commenté Me Emmanuel Simh, vice-président du MRC, au micro de Sputnik.

    «Ce n'est pas possible, au regard des dispositions constitutionnelles, ainsi que les statuts et règlements du parti. Ils [les opposants, ndlr] n'ont rien à craindre. Le président Biya est un grand homme d'État», a défendu Robert Mouthe Ambassa, membre du comité central du parti au pouvoir.

    Une position pas entièrement partagée par Saint-Eloi Bidoung, élu municipal du parti au pouvoir qui reconnait l'existence des batailles de positionnement dans l'entourage du Président, tout en relativisant:

    «Quand le moment viendra, nous serons nombreux à faire savoir ce que nous voulons. Moi, je peux déjà le dire, je voudrais être président nationale du RDPC pout être candidat à la présidence de la République afin de succéder au Président Biya. Quand on est dans l'entourage du président de la République, les batailles sont ouvertes. Paul Biya est âgé de 86 ans, il n'est que normal que les uns et les autres se donnent, chacun ses moyens, pour lui succéder», a annoncé le maire RDPC.

    Au sujet des dispositions de succession internes au RDPC, Robert Mouthe Ambassa, a précisé que:

    «Paul Biya est le Président de la République et des mécanismes constitutionnels existent pour gérer l'après Biya. Au niveau du parti, il faudra passer par l'élection d'un nouveau président du parti. L'article 27 alinéas 3 précise que le président national du parti est le candidat du parti à l'élection présidentielle. L'élection du nouveau passera par la convocation d'un Congrès extraordinaire du parti, conformément aux statuts et règlements, puis élection d'un nouveau président national. Il n'y a pas de clan Biya. C'est une vue de l'esprit. Le Président Biya a toujours tenu ses proches loin de la politique. Ses collaborateurs ne sont pas un clan. Ce sont des hauts responsables au service de l'État», a tienu à souligner le cadre du RDPC.

    Si certains dans le pays voudraient bien croire à une possible transition politique et démocratique, l'arrestation de Maurice Kamto, principal opposant de Paul Biya à la dernière élection présidentielle est une ombre de plus au tableau. Depuis la prison centrale de Yaoundé où il est enfermé ainsi que des centaines de ses partisans, l'opposant, qui continue de revendiquer sa victoire à la présidentielle d'octobre 2018, a appelé ses partisans à reprendre les marches dans le pays les 1er et 8 juin.

    Les leaders du MRC affirment que les marches annoncées ont pour but de décrier la gestion de la crise anglophone par le gouvernement de Yaoundé et d'exiger «la libération immédiate des prisonniers arrêtés dans le cadre des marches pacifiques» de janvier dernier, mais aussi à dire non à la succession de gré-à-gré.

    Tags:
    crise, opposition, bataille, séparatistes, séparatisme, unité nationale, Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), Paul Biya, Cameroun
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik