Ecoutez Radio Sputnik
    Le palais de Justice à Malabo, Guinée équatoriale

    Guinée équatoriale: Agriculture et pêche, les loisirs guinéens de l’ex-homme fort de Gambie (reportage)

    © AFP 2019 ISSOUF SANOGO
    Afrique
    URL courte
    Fabien Essiane
    1101

    Depuis sa chute du pouvoir en 2017 et son exil en Guinée équatoriale, on sait très peu de choses de l’ancien homme fort de Gambie. Le correspondant de Sputnik s’est rendu sur les lieux de son exil doré pour en savoir plus. Enquête exclusive dans l’univers très fermé de Yahya Jammeh, régulièrement dénoncé par l’opposition équato-guinéenne.

    L’ancien Président gambien Yahya Jammeh n’est ni à Malabo, la capitale administrative ni à Bata, la deuxième ville du pays, mais à Mongomo, ville natale et fief politique de «Ze ebere ekoum» (la panthère sur un tronc d’arbre, en langue fang), le sobriquet du Président équato-guinéen Obiang Nguema Mbasogo.

    Ici, des riverains disent l’apercevoir deux fois par semaine prendre la direction de la brousse, dans les environs de la ville. Très discrètement, Obiang Nguema, lui aurait concédé une parcelle de terrain de plus de 1.000 hectares pour les cultures vivrières, apprend-on d’Abua, un fermier de la ville.

    Yahya Jammeh en brousse
    © Sputnik . Fabien Essiane.
    Yahya Jammeh en brousse

    «Obiang Nguema veut sans doute donner plus de sécurité et de fraternité à son exil équato-guinéen. Mais à la longue, ça va être un problème pour les habitants de la ville. Ils ne pourront plus vaquer librement à leurs occupations», explique à Sputnik Eutanasio Micogo, politologue équato-guinéen, rencontré à Mongomo.

    Entrée du palais Koete, résidence du Président Obiang Nguema à Mongomo.
    © Sputnik . Fabien Essiane.
    Entrée du palais Koete, résidence du Président Obiang Nguema à Mongomo.

    Yahya Jammeh apparaît dans les rues de Mongomo, son exil doré, dans son éternel boubou blanc, chéchia sur la tête, le regard masqué par des lunettes fumées. Comme à son habitude, il tient son coran en main. Seule nouveauté, l’ancien Président gambien s’est laissé pousser la barbe. Derrière son allure simple, l’ancien Président gambien a tout de même gardé une poire pour la soif.

    Sur le chemin de l’exil, il a pris soin de vider les caisses de l’État, emportant 11 millions de dollars US (environ 6 milliards de FCFA), selon le gouvernement d’Adama Barrow, l’actuel Président de Gambie

    Gênant. L’opposition équato-guinéenne dénonce donc régulièrement la présence de cet invité «encombrant» pour le pays. Il y a quelques semaines encore, le parti Convergence pour la Démocratie sociale (CPDS), déclarait dans un communiqué parvenu à la rédaction de Sputnik: «nous ne voulons pas d’un autre dictateur dans notre pays». Le même parti placardait dans toute la ville de Malabo des affiches demandant au gouvernement de ne plus héberger Yahya Jammeh sur son sol.

    Yahya Jammeh dans ses plantations.
    © Sputnik . Fabien Essiane
    Yahya Jammeh dans ses plantations.

    Depuis la fin de son règne de 22 ans (22 juillet 1994 -21 janvier 2017), Jammeh s’est installé chez le Président équato-guinéen Obiang Nguema, dont le pays n’a pas signé d’accord avec la Cour pénale internationale. Il est donc hors de portée des juges de la CPI. Pendant ce temps, plusieurs «Junglers», membres de sa milice secrète, croupissent en prison à Banjul en attendant d’être jugés. Yahya Jammeh, pour sa part, ne devrait pas comparaître de sitôt devant des juges: Malabo a promis qu’il ne sera pas extradé.

    Il est donc tranquille pour s’adonner à ses passe-temps favoris. Comme il le faisait à Kanilaï, son village natal, dans le sud de la Gambie, du temps où il dirigeait encore d’une main de fer la Gambie, «Yahya Jammeh occupe son temps à l’agriculture», selon Eutanasio Micogo.

    «Il est en train de commencer ici un champ d’ananas. Il a acheté une centaine de mes têtes d’ananas pour les ramener dans ses plantations. D’ailleurs, il en prend en très grande quantité. Mais je dois aussi vous avouer que sa présence nous rend un peu la vie difficile. Jamais par le passé, on n’a connu une présence militaire aussi impressionnante. La ville est devenue comme un vase clos», commente au micro de Sputnik Ela, un habitant de Mongomo.

    Une ville quadrillée jour et nuit par des militaires et dont l’accès est restreint depuis l’arrivée de Yahya Jammeh.

    Yahya Jammeh dos tourné
    © Sputnik . Fabien Essiane
    Yahya Jammeh dos tourné

    Ville paisible

    Située au nord-est de la Guinée équatoriale, à 220 km de Bata, la ville de Mongomo est considérée comme la plus paisible du pays. Il y fait bon vivre. Les routes y sont bien tenues, les trottoirs propres, comme partout en Guinée équatoriale. On y trouve un palais présidentiel majestueux, un somptueux hôtel cinq étoiles et une série d’attractions touristiques.

    Yahya Jammeh au bord de la Wele à Mongomo
    © Sputnik . Fabien Essiane
    Yahya Jammeh au bord de la Wele à Mongomo

    Des édifices publics, écoles, hôpitaux, églises, etc., constituent un héritage commun pour les plus de 7.000 personnes qui y vivent. Joyau architectural, la ville se trouve à proximité de la frontière avec le Gabon et à 80 kilomètres du sud du Cameroun. Le Président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a cédé à Jammeh son somptueux palais, avec son immense clôture de 15 kilomètres de long. Située dans une dépression naturelle, la résidence des Obiang est un vrai fort, un bunker.

    «Mongomo compte plusieurs caméras de vidéosurveillance. Parce que son Excellence tient à la sécurité de son hôte», révèle à Sputnik, un militaire en civil rencontré dans la ville.

    Basilique de l’«Immaculée Conception de la Vierge Marie» de Mongomo, vue de l’extérieur. Afrique.
    © Sputnik . Fabien Essiane.
    Basilique de l’«Immaculée Conception de la Vierge Marie» de Mongomo, vue de l’extérieur.

    «La première pierre a été posée ici en 2006. La basilique a été inaugurée le 7 décembre 2011. Des gens sont venus de toute l’Afrique pour assister à ce grand moment. Il y avait du monde partout», nous fait savoir un prêtre qui se rend aux vêpres.

    De 2006 à 2011, il n’aura fallu que cinq ans pour construire le plus grand édifice religieux d’Afrique centrale, le deuxième du continent après celui de Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire. À l’intérieur de celui-ci, dorures, fresques et trompe-l’œil architecturaux sous les voûtes et dans la coupole.

    Basilique de l’«Immaculée Conception de la Vierge Marie» de Mongomo, vue de l’interieur.
    © Sputnik . Fabien Essiane
    L’intérieur de la basilique de Mongomo.

    «Quand il n’est pas aux champs, Jammeh passe ses journées au bord du fleuve Wele à faire de la pêche en compagnie de ses proches et de sa garde rapprochée», raconte à Sputnik Andrés Anguesom, un pêcheur qui l’a maintes fois aperçu.

    Yahya Jammeh mène donc une vie paisible à Mongomo et depuis son retrait forcé de la vie publique, il ne s’est jamais exprimé, respectant à la lettre la consigne de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo.

    Yahya Jammeh dans ses plantations
    © Sputnik . Fabien Essiane.
    Yahya Jammeh dans ses plantations de Mongomo

    Il faut dire que les deux hommes semblent proches. Le 5 juin 2018, Yahya Jammeh se trémoussait aux côtés du chanteur congolais, Koffi Olomidé, lors du 76e anniversaire du Président Obiang Nguema. Les 10 et 11 mai derniers, à l’occasion du décès du directeur de la sécurité présidentielle, le général Antonio Mba Nguema Mikue, il était aussi aux côtés du Président Obiang, a pu constater sur place le correspondant de Sputnik

    Yahya Jammeh et Obiang Nguema à Mongomo, le 11 mai 2019.
    © Sputnik . Fabien Essiane
    Yahya Jammeh et Obiang Nguema à Mongomo, le 11 mai 2019.

    Yahya Jammeh continue de vivre son exil doré dans la ville de Mongomo à l’abri des rumeurs et loin des caméras. Mais pour combien encore?

    Lire aussi:

    Booba livre son récit de la récente fusillade ayant touché le tournage d’un clip
    La maladie qui a tué Saint-Louis est de retour en France
    Trois Françaises mineures auraient été offertes à Epstein par Brunel en «cadeau d'anniversaire»
    Tags:
    Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, Antonio Mba Nguema Mikue, détournement de fonds, Église catholique, catholique, musulmans, liberté de culte, religion, jungle, Côte d'Ivoire, plantation, village, services secrets, milice, dictature, le parti Convergence pour la Démocratie sociale (CPDS), Adama Barrow, Mongomo, Gambie, Yahya Jammeh, conflit de pouvoir, pouvoirs, chute, Guinée équatoriale
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik