Afrique
URL courte
5162
S'abonner

L'avion militaire libyen qui a atterri le lundi 22 juillet en Tunisie n’a pas subi de panne dans son système de guidage, a indiqué une source sécuritaire tunisienne «très haut placée» à RFI, précisant que le pilote a fait défection de l'Armée nationale libyenne dirigée par le maréchal Haftar, refusant d’attaquer Tripoli.

L'avion militaire libyen qui a atterri le lundi 22 juillet dans la région de Beni Ghezaiel, dans le gouvernorat de Médenine, en Tunisie, a déserté les forces de l'Armée nationale libyenne (ANL) dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, a indiqué une source sécuritaire tunisienne, «très haut placée», à Radio France International (RFI).

Contrairement aux explications avancées auparavant, la source a affirmé que l'avion, armé entre autres de missiles air-sol actifs, n'a pas subi de panne technique, mais que son pilote a fait défection, refusant d'exécuter les ordres de frapper Tripoli.

La même source a précisé qu’avant de pénétrer dans l'espace aérien tunisien, le pilote est entré en contact avec les autorités tunisiennes leur expliquant qu'il fuyait la guerre. L'absence de riposte tunisienne est due à cette communication, a-t-elle précisé.

​L’avion militaire libyen de type L-39 Albatros qui a violé l’espace aérien tunisien et atterri d’urgence dans la région de Beni Ghezaiel, dans le gouvernorat de Médenine, appartient à l’Armée nationale libyenne, a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères du gouvernement de l’est libyen. Selon la même source, l’aéronef était en mission de reconnaissance avant de subir une panne technique dans son système de guidage.

Cette version n’a pas convaincu des médias tunisiens qui se demandent pourquoi l’appareil transportait, dans ce cas, «quatre missiles air-sol armés». En effet, le site d’information Tunisie numérique, dont un correspondant s’est rendu sur place, a publié des photos de spécialistes de l’armée tunisienne en train de désactiver les quatre missiles air-sol que l’avion libyen portait sous ses ailes. Le média affirme «que l’avion portait quatre missiles armés, ce qui confirme qu’il était en mission de combat quand il a eu une panne de ses instruments de navigation», précisant encore qu’il était piloté par un colonel de l’armée libyenne et son copilote.

​Des experts en aviation ont également confié à RFI qu’un pilote expérimenté comme le colonel Faraj Al Saguir al Guiryani, qui a réussi à atterrir avec son appareil sur une route, ne peut pas perdre son cap, même si le système de guidage est tombé en panne. Pour eux, un pilote possède d'autres moyens de se repérer surtout de jour, selon le même média.

Lire aussi:

Les autorités libanaises ont déterminé l’origine des explosions à Beyrouth
«Reprenons le contrôle!»: les démissionnaires de l’UPR fondent un nouveau mouvement souverainiste, Asselineau réagit
Deux explosions retentissent à Beyrouth, des morts et des blessés - vidéos
Tags:
panne, avion, espace, Libye, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook