Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    Un rappeur aurait trouvé refuge en Algérie pour échapper à la justice canadienne

    © Sputnik . Perventsev
    Afrique
    URL courte
    159
    S'abonner

    Sous mandat d’arrêt, Samir Slimani, rappeur algérien vivant au Canada, s’est réfugié en Algérie, selon Radio-Canada. Il est recherché pour avoir fait feu dernièrement sur un homme dans la ville de Toronto.

    Le Canada a émis un mandat d’arrêt international contre le rappeur algérien Samir Slimani, âgé de 26 ans et connu dans le milieu du show-business sous le nom d’«Enima», rapporte Radio-Canada. L’artiste s’est réfugié en Algérie, précise le site Internet de la radio.

    ​Selon le média, ce chanteur vivant au Canada depuis 15 ans est recherché pour avoir tiré sur un homme le 16 juin dernier à Toronto. Ainsi, les chefs d’accusation retenus contre lui sont la possession d’armes à feu et une infraction liée aux armes à feu, selon la police canadienne.

    ​«Il a été impliqué dans une altercation avec un autre homme sur qui il a tiré, explique à Radio-Canada l’agent des relations publiques du Service de police de Toronto, David Hopkinson. Les blessures étaient graves, mais ne menacent finalement pas la vie de l’individu».

    Ce n’est pas la première fois que Samir Slimani est inquiété par la justice locale. Selon Radio-Canada, le chanteur a déjà accumulé plusieurs condamnations criminelles.

    Le Canada et l’Algérie n’ont pas signé de convention relative à l’extradition de criminels recherchés, souligne la radio, sans toutefois préciser si la justice canadienne a effectué des démarches dans ce sens.

    Arrivé au Canada à l’âge de 11 ans, Enima est considéré comme l’«un des acteurs les plus populaires de la scène rap indépendante québécoise», explique le média, précisant qu’«il est connu pour ses textes crus qui abordent la réalité de la rue et du monde criminel, dont le proxénétisme et le trafic de drogue».

    Tags:
    justice, mandat de dépôt, mandat d'arrêt, extradition, convention, Canada, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik