Afrique
URL courte
638
S'abonner

Ensevelie sous les critiques des internautes après ses propos sur les obèses, la présentatrice Reham Saeed a été suspendue par sa chaîne de télévision et trainée en justice pour outrage à une large catégorie de la population.

La célèbre présentatrice de télévision égyptienne Reham Saeed a été suspendue après s’en être prise aux obèses durant son programme très populaire Sabaya al Khair, rapportent les médias locaux.

Lors de l’émission, Mme Saeed a qualifié les personnes souffrant d’obésité de «fardeau pour leur famille et pour l’État», tout en les accusant de «polluer visuellement le paysage».

«Les grosses ne trouveront pas de mari ou alors il sera gros», a insisté la présentatrice.

Ses propos ont déclenché une avalanche de critiques sur les réseaux sociaux, dont les usagers ont accusé Mme Saeed de racisme et de mépris des classes populaires. En quelques heures, la présentatrice a été suspendue par la chaîne et trainée en justice pour outrage à une large catégorie de la population égyptienne.

Les Égyptiens, champions du monde de l’obésité

Les déclarations de Reham Saeed font indirectement suite à celles du Président Abdel Fattah al-Sissi qui avait quant à lui constaté «un gain de poids notable chez les Égyptiens». Dans les faits, 35% des adultes égyptiens sont en surpoids, selon une étude publiée en 2017 par The New England Journal of Medicine, ce qui constitue un record mondial.

Les statistiques locales ne sont guère plus rassurantes: ainsi, sur près de 60 millions d’Égyptiens examinés dans le cadre de la campagne nationale anti hépatite C, seuls 25% avaient un poids correspondant à leur taille.

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Règlement de compte en Seine-Saint-Denis, un jeune de 16 ans tué de deux tirs
Justin Trudeau, un genou à terre avec des manifestants contre le racisme - images
Tags:
suspension, présentateur de télévision, obésité, Egypte, Abdel Fattah al-Sissi
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook