Afrique
URL courte
Par
15863141
S'abonner

Alors que le gouvernement français vient d’accéder par décret aux demandes de Didier Raoult, le docteur camerounais Aimé Bonny, professeur de cardiologie à l’université de Douala, met en garde contre l’usage combiné de chloroquine et d’azithromycine, «potentiellement néfaste pour le cœur», dans une analyse pour Sputnik France.

Le gouvernement français vient d’accéder, par un décret en date du 26 mars, aux demandes du professeur Didier Raoult qui dirige l’IHU Méditerranée Infection de Marseille. La vente et la prescription d’hydroxychloroquine (de la chloroquine augmentée d’un radical OH d’où son nom, ndlr) sont désormais possibles partout sur le territoire, mais en milieu hospitalier. Ce revirement des autorités françaises intervient en pleine polémique sur l’usage thérapeutique de la chloroquine dans le traitement du nouveau coronavirus.

Le 16 mars dernier, le médecin marseillais avait annoncé avoir effectué une étude préliminaire sur 24 patients infectés par le Covid-19 auxquels il avait administré une combinaison de chloroquine et d’azithromycine. «Dix-huit ont été guéris, soit un pourcentage de réussite de 75 %», avait-il clamé fièrement. En l’absence d’un vaccin pour endiguer la pandémie de coronavirus, officiellement déclarée le 11 mars par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), cette annonce du patron de l’IHU de Marseille a soulevé beaucoup d’espoir avec de longues files d’attente de personnes présumées porteuses du virus, venues de toute la France pour se faire traiter.

Le Conseil scientifique Covid-19, dont le professeur Raoult a annoncé s’être retiré le 24 mars dernier, a souligné pour sa part que les médecins devaient procéder «au cas par cas». Tandis que le Comité analyse recherche et expertise (CARE), présidé par Françoise Barré Sanoussi –virologue à l’Institut Pasteur et prix Nobel 2008 pour la découverte du virus du Sida– ainsi que l’OMS appellent à la plus grande prudence. En cause: le traitement, tant vanté par le docteur Raoult, qui n’a fait pour l’instant l’objet d’aucune étude respectant toutes les exigences scientifiques prouvant son efficacité.

En Afrique, où l’usage de la chloroquine est très répandu et depuis longtemps dans le traitement de la malaria (paludisme, ndlr), le monde médical est également très divisé. Avec l’expansion foudroyante du virus, des pays comme l’Algérie, le Maroc, la Côte d’Ivoire ou le Togo ont annoncé que l’usage de la chloroquine allait être généralisé. Tandis que d’autres préfèrent attendre des résultats plus probants ou à plus large échelle avant de se prononcer.

Professeur agrégé de cardiologie à l’Université de Douala, le docteur Aimé Bonny dénonce les effets secondaires de la chloroquine seule ou associée à l’azythromicine sur le rythme cardiaque.
© Photo / Aimé Bonny
Le docteur Aimé Bonny, professeur agrégé de cardiologie à l’Université de Douala

Le docteur Aimé Bonny est un éminent cardiologue, spécialiste du traitement des troubles du rythme cardiaque et de la mort subite. Lauréat du concours d’agrégation du Conseil national des universités françaises, il est professeur de cardiologie à l’université de Douala (Cameroun), il a obtenu son diplôme de médecine à l'université médicale Pavlov de Saint-Pétersbourg en 1995. Après cinq années de résidanat à l'Institut de cardiologie de Saint-Pétersbourg et à l'université Paris XII de Créteil, il obtient son diplôme en pathologie cardiovasculaire avec, comme centres de recherches, l’épidémiologie, la prévention et le traitement des arythmies cardiaques dans les pays à faibles ressources.

Lauréat du diplôme interuniversitaire sur les troubles du rythme cardiaque en 2008, puis du concours «Praticien Hospitalier» des hôpitaux de France en 2010, il est également détenteur de plusieurs prix internationaux dont «l'un des sept meilleurs travaux d'arythmie cardiaque présentés au congrès ESC/WHF 2019 à Paris du 31 août au 4 septembre 2019», se réjouit-il.

Anciennement attaché aux CHU parisiens (Georges Pompidou et Pitié Salpêtrière), ce praticien exerce actuellement à l’hôpital de district de Bonassama/Université de Douala ainsi qu’au Homeland Heart Centre de Douala. Et, en alternance, à l’Unité de rythmologie du centre hospitalier Le Raincy-Montfermeil dans la région parisienne.

Pour lui, l’association de la chloroquine combinée à l’azithromycine est néfaste pour le cœur dans la mesure où il y a un risque que les effets secondaires de ces deux molécules emballent le rythme cardiaque chez certains patients à risque. Concernant la chloroquine, déjà largement utilisée dans le traitement de la malaria et contre certaines affections rhumatismales, il alerte davantage sur le dosage et la longueur du traitement nécessaires pour le traitement du Covid-19, craignant une automédication préventive «qui risquerait de faire encore plus de mal que le coronavirus», prévient-il.

Sputnik France: En tant que cardiologue exerçant en France mais aussi au Cameroun, votre pays d’origine, que vous inspire la polémique à l’encontre de Didier Raoult?

Pr Aimé Bonny: «Cette polémique s’explique par une exigence de preuves plus robustes que ce qu’a démontré le professeur Raoult jusque-là. L’étude préliminaire de l’éminent chercheur marseillais a été conduite avec un protocole qui ne respecte pas les règles scientifiques nécessaires pour juger de la pertinence de ses résultats. Comparer un sujet malade et un sujet témoin sain revient à ouvrir une porte ouverte. Sans études comparatives, randomisées, en double aveugle (le prescripteur et le malade  ignorent si ce dernier est placé sous le médicament testé ou bien sous le placebo), il n’est pas possible d’arriver à des résultats concluants.»

Sputnik France: A-t-il eu raison de prescrire de la chloroquine en association avec un antibiotique pour traiter des patients infectés par le Covid-19 ? On déplore, par exemple, une mort par arrêt cardiaque aux États-Unis qui serait dû à la prise de chloroquine….

Pr Aimé Bonny: «Lors d’études préliminaires réalisées par son équipe marseillaise, le professeur Raoult a démontré l’action de la chloroquine sur les micro-organismes intracellulaires. Ce mécanisme d’action est adapté pour lutter contre la malaria mais aussi contre d’autres virus tels que le Covid-19 qui manifestent leur virulence en envahissant les cellules humaines. La chloroquine diminue significativement la charge virale, qui est l’un des principaux facteurs de virulence des virus. Mais, à partir de ces résultats, il faut aller plus loin et tester l’efficacité d’une telle approche thérapeutique.

Concernant le décès aux États-Unis qui serait dû à la prise de chloroquine, c’est un rappel que ce médicament est une drogue, potentiellement mortelle de surcroît lorsqu’elle est prise en dehors de tout contrôle médical. Comme toujours, l’automédication est dangereuse et peut entraîner la mort quand elle est effectuée sans contrôle sur le dosage, sur des maladies sous-jacentes ou encore sur la durée de traitement.»

Sputnik France: En Afrique, il y a très longtemps que l’on traite la malaria avec des médicaments à base de chloroquine. Comment expliquez-vous que, tout à coup, en France, on semble (re)découvrir cette molécule?

Pr Aimé Bonny: «Non, la France ne redécouvre pas cette molécule. La chloroquine et l’hydroxychloroquine sont des dérivés de la quinine extraite du quinquina (une écorce venant d’Amérique du sud, ndlr). Ces dérivés sont largement utilisés en Occident dans des indications cardiologiques (traitement des arythmies cardiaques) avec la quinidine, ou rhumatologiques (traitement du lupus) avec l’hydroxychloroquine (Plaquenil). Les pays endémiques pour la malaria ont longtemps et largement utilisé la chloroquine (Nivaquine). Si en Occident, on préfère sa forme chimique avec le radical –OH, c’est parce qu’elle est mieux tolérée.

Que ce soit pour soigner le paludisme, comme les maladies rhumatologiques, le dosage est très inférieur (300 mg/j en moyenne) à celui prescrit pour le Covid-19 (600 mg/j). De surcroît, le traitement contre le paludisme est de courte durée –3 à 5 jours avec 300 mg/j après une dose de charge de 900 mg le premier jour. Il en va de même dans le traitement antirhumatismal (200 à 400 mg /j). Or, la chloroquine est réputée pour avoir une très faible marge thérapeutique (la différence entre la dose efficace et toxique, ndlr). Autrement dit, une surdose de 200 à 300 mg/j pourrait être fatale. L’étude européenne Discovery, qui est en cours, nous renseignera sur cette question de toxicité.»

Sputnik France: Pourquoi le Conseil scientifique nommé par Emmanuel Macron ne s’appuie-t-il pas sur les travaux réalisés dans le traitement de la malaria pour juger du bien-fondé de la combinaison préconisée par le Pr Raoult?

Pr Aimé Bonny: «C’est sans doute parce que l’utilisation routinière de la chloroquine, en Afrique, n’a jamais associé deux molécules (hydroxychloroquine et azithromycine) dont les effets secondaires combinés sont néfastes pour le rythme cardiaque. L’effet de cette association est d’ailleurs visible à l’électrocardiogramme. Elle peut provoquer, chez certains patients, des anomalies responsables de l’emballement du cœur (torsade de pointes). Ce sont les effets secondaires combinés de ces deux molécules qui provoquent ces troubles. C’est aussi la raison pour laquelle le traitement préconisé par le professeur Raoult n’a pas reçu, à ce jour, une autorisation officielle dans la plupart des pays durablement impactés par la pandémie. La France n’est pas la seule concernée par cette polémique.»

Sputnik France: Que peuvent faire les pays africains de leur côté pour accélérer ou faire avancer les recherches? Ou, mieux encore, pour soigner les personnes infectées? Le Maroc, la Côte d’Ivoire, le Togo, par exemple, viennent d’annoncer qu’ils allaient utiliser de la chloroquine…

Pr Aimé Bonny: «La France vient d’autoriser ce traitement chez les patients sévèrement atteints, à la discrétion des médecins). À mon avis, c’est plus une réaction due à l’instinct de survie qui amène tout être humain, confronté à la mort, à faire un choix cornélien entre la mort et la mort! Car au pire, ce traitement ne sauvera pas ces malades graves et sous respiration artificielle dont la mortalité est, de toute façon, très élevée. Sous cet angle, le décret français est logique. La mise sous traitement de tout malade, même paucisymptomatique, me semble scientifiquement très discutable avant les résultats de Discovery. Une autre étude sous l’égide de l’OMS, appelé Solidarity (10 pays dont un seul de l’Afrique à savoir l’Afrique du Sud) visant à tester l’efficacité de plusieurs traitements (dont un antigrippal et un antirétroviral) est également en cours. À noter que cette dernière étude n’a pas de bras chloroquine dans son protocole.»

Sputnik France: En l’état actuel des recherches sur le continent, l’Afrique pourrait-elle ou serait-elle en mesure de trouver un vaccin contre le Covid-19 s’il est avéré que la chloroquine est vraiment la molécule miracle ?

Pr Aimé Bonny: «Malheureusement non, car l’Afrique est une fois de plus en retrait dans ce rendez-vous planétaire de la connaissance et de la recherche d’une solution urgente. À sa décharge, la pandémie l’a épargnée jusqu’à récemment. Pour autant, et comme a alerté l’OMS, l’Afrique pourrait être l’épicentre à venir du Covid-19. Et nous ne sommes absolument pas outillés pour une riposte efficace. Prévenir étant la meilleure approche dans un contexte de pandémie et de pauvreté, l’Afrique a tout intérêt à s’engouffrer dans des travaux de recherche si elle ne l’a pas déjà fait. Il n’y a pas que la pharmacopée chimique qui mérite d’être testée, mais aussi les plantes médicinales africaines qui pourraient jouer un rôle déterminant grâce à leurs propriétés virucides et de modulation du système immunitaire. Concernant le vaccin, de manière générale, son processus de mise en place est très long (une année en moyenne) et n’est donc pas la priorité face à une telle pandémie à propagation exponentielle.»

Sputnik France: Qu’est-ce que cette pandémie va changer dans le traitement de la malaria en Afrique? Doit-on s’attendre à des pénuries de médicaments à base de chloroquine s’il y a une ruée mondiale des malades infectés par le Covid-19?

Pr Aimé Bonny: «Rien, fort heureusement, car la chloroquine n’est plus le traitement de première ligne pour soigner la malaria. Il a été démontré de très nombreuses poches de résistance du parasite plasmodium falciparum à la Nivaquine, notamment.»

Sputnik France: Compte tenu du trafic de faux médicaments, très développé sur le continent, faut-il s’inquiéter des circuits de distribution de la chloroquine?

Pr Aimé Bonny: «Malheureusement oui, car dans beaucoup de pays de l’Afrique subsaharienne, les stocks ont disparu des pharmacies. Certainement achetés par des populations apeurées... Nous devons donc craindre le pire en termes d’automédication et de ses conséquences.»

Sputnik France: Quel rôle doit jouer l’OMS pour aider à lutter contre cette pandémie au Covid-19 sur le continent où les capacités hospitalières sont très faibles? On se souvient, par exemple, qu’au moment de l’épidémie d’Ebola, elle avait été très lente à réagir...

Pr Aimé Bonny: «La sensibilisation a déjà été faite par l’OMS. Tous les pays sont touchés et se débrouillent, d’abord, par leurs propres moyens. Les pays africains doivent, eux aussi, prendre leur destin en main. C’est une question de gouvernance. La France, dont on a fait le constat à l’occasion de cette crise sanitaire qu’elle avait reculé en termes d’offre de soins, compte environ 30.000 respirateurs, soit 1 pour 2.233 potentiels malades contre moins de 30 pour un pays comme le Cameroun. Ce qui représente 1 pour 867.000 potentiels malades. Ce ratio, qui frôle le 1 pour 400, n’est absolument pas en rapport avec la différence de richesse entre les deux États. Dans beaucoup de pays, on construit des hôpitaux de campagne pour absorber la surchauffe de patients. Or, en Afrique, on n’a pas encore anticipé cette pénurie chronique des hôpitaux qui, par ailleurs, sont vides d’équipements. Nos dirigeants doivent prendre urgemment la mesure de leurs responsabilités et se rendent compte que la disparition de toute la population d’un pays peut tenir à un petit virus.»

Lire aussi:

À la suite d’une décision de justice, elle se retrouve contrainte de partager sa maison avec un squatteur
Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
Le Premier ministre arménien réagit à la résolution du Sénat français sur le Haut-Karabakh
Tags:
traitement, Afrique, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook