Afrique
URL courte
Par
336
S'abonner

Les 8 et 9 août derniers, des accidents tragiques se sont produits sur les routes du Cameroun. Le plus meurtrier, dans l’ouest, a fait 14 morts et une soixantaine de blessés graves. Un drame qui vient s’ajouter à bien d’autres, dans un pays où les accidents de la circulation sont l’une des principales causes de mortalité.

La route ne cesse de faire des victimes et d’endeuiller de nombreuses familles au Cameroun. Dernier fait en date: dimanche 9 août, un grave accident s’est produit sur la route Bafoussam-Foumbot dans l’ouest francophone du pays. Les freins d’un camion fourgon transportant près de 80 paysans en direction de leur plantation ont lâché et le véhicule a terminé sa course dans un ravin. D’après une source officielle, le drame a causé la mort de 14 personnes et plus de soixante blessés. Très tôt ce dimanche, la nouvelle a fait le tour des réseaux sociaux et provoqué une onde d’émoi dans le pays.

Une tragédie qui rappelle qu'au Cameroun, la route tue chaque jour. Samedi 8 août, un autre accident a fait 2 morts et 31 blessés dans la localité d’Ediki sur l’axe Kumba-Buéa dans le sud-ouest du pays. Ce même jour, le chauffeur d’un camion de marchandises et deux autres personnes ont perdu la vie à la falaise de Mbe sur la nationale Ngaoundéré-Garoua, dans le septentrion camerounais.

Des routes meurtrières

Toujours en début de ce mois d’août, trois personnes sont décédées des suites d’une collision entre deux véhicules sur l’axe Yaoundé-Ngaoundéré. Le 28 juillet dernier, trois Camerounais sont morts dans des circonstances similaires sur la route Nkongsamba-Douala, dans la région du littoral. Un drame qui en rappelle un autre, plus meurtrier, sur la même nationale en mai dernier.

L’accident de la circulation avait alors fait sept morts et plusieurs blessés graves. Cette recrudescence d’accidents pendant cette période de vacances s’explique, selon Martial Missimiki, directeur exécutif de Sécuroute –une organisation spécialisée dans la prévention routière–, par «le relâchement occasionné après les restrictions dues à la crise sanitaire».

«Le dispositif de contrôle et de répression a été allégé parce que le flux de circulation avait sensiblement baissé. La récurrence des accidents ces derniers temps est donc due au déconfinement, couplé à la saison des pluies. Les risques routiers augmentent toujours pendant la saison des pluies», précise le spécialiste de la prévention routière au micro de Sputnik.

Selon des chiffres officiels, les accidents de la route ont fait 937 morts au Cameroun en 2019. C’est entre Douala et Yaoundé, les deux principales villes du pays, que la majorité d’entre eux se produit, faisant de cette région parmi les meurtrières du continent dans ce domaine. Sur cette route très fréquentée, des centaines de personnes meurent chaque année. Une hécatombe due, selon Martial Missimiki, à plusieurs mauvaises pratiques «comme le stationnement, l'excès de vitesse et la vétusté des véhicules».

«Par ailleurs, les mesures qui sont prises pour limiter les accidents sont plus concentrées sur les grands axes comme Yaoundé-Douala. Or, on enregistre également des accidents sur les autres voies. Il serait opportun d'étendre les mesures de sécurité routière (campagne et répression routière) à tout le pays avec la même intensité», poursuit-il.

Des réformes inefficaces

Selon des chiffres contenus dans un rapport publié par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) l’an dernier, au cours de l’année 2018, 1.900 Camerounais ont trouvé la mort dans des accidents de la circulation et 6.000 autres ont été blessés ou mutilés. Des données qui faisaient de la route la deuxième cause de mortalité dans le pays, après le paludisme.

Des réformes diverses ont pourtant été mises en place pour rendre la circulation plus sûre. De la sécurisation du permis de conduire, via son informatisation, à l’amélioration du processus d’obtention des visites techniques, plusieurs secteurs du transport ont été réformés. Cependant, même les multiples campagnes de prévention routière et les sanctions appliquées ne semblent pas stopper la courbe des accidents. Pour Achille Assako, journaliste et analyste des questions de sécurité routière, «au-delà de ces réformes, je pense que l’être humain est celui sur lequel il faut travailler».

«Beaucoup pointent facilement un doigt accusateur sur l’état des routes ou celui des véhicules. Mais la réalité est implacable: selon des chiffres officiels, plus de 80% des accidents ont pour origine la cause humaine. L’homme doit être mis au centre des préoccupations. C’est sa prise de conscience qui peut permettre de réduire cette hécatombe. Même s’il est clair que nos routes sont abîmées», poursuit l’analyste au micro de Sputnik.

Malgré les campagnes de contrôle et de sensibilisation, les mauvaises pratiques ont la peau dure et la route continue d’endeuiller des centaines de familles chaque année. En attendant des actions plus opérantes, dans un communiqué signé ce lundi 10 août, le ministre des Transports a infligé une série de sanctions contre le chauffeur impliqué dans le récent accident à l’ouest du pays. Il a ordonné le retrait de sa carte grise, le retrait de son permis de conduire et lui a interdit de se présenter à un examen de conduite pendant cinq ans pour violation grave et manifeste de la réglementation en vigueur. Il a par ailleurs annoncé que d'autres sanctions seraient prises après la fin des enquêtes ouvertes sur ces accidents.

Lire aussi:

Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Christian Estrosi cible Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à propos de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Covid-19: Quand la cheffe de file de la gauche marocaine verse dans le complotisme décomplexé
Tags:
circulation, accident de la route, morts, Cameroun
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook