Afrique
URL courte
Par
2100
S'abonner

Le Togo, petit pays d’Afrique de l’Ouest, vient d’être intronisé, début septembre, par FDI Intelligence, un service spécialisé du Financial Times, «meilleure performance mondiale 2019» en matière d’attraction d’investissements directs étrangers (IDE) par rapport à la taille de son économie.

Nouvel entrant dans ce classement, le Togo occupe le premier rang du top 50 des économies les plus attractives pour les investissements directs étrangers (IDE) au monde, selon le rapport «Greenfield Performance Index 2020».

Le classement a été publié début septembre 2020 par la plateforme FDI Intelligence, une branche spécialisée du Financial Times qui évalue chaque année les performances de tous les pays en matière d’investissements directs étrangers. Cette structure dispose, du fait des services offerts aux investisseurs et décideurs du monde entier, d’une base de données en ligne sur les investissements transfrontaliers Greenfield, couvrant tous les pays et secteurs du globe en temps réel.

En fonction de ces données, elle publie annuellement le Greenfield Performance Index, en partant des notes qu’elle attribue aux États éligibles sur la base d’une méthodologie conçue par la Cnuced (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement).

Un score (indice) de 1 indique que la part d'un pays dans les IDE mondiaux correspond à sa part relative de PIB mondial. Un score supérieur à 1 signifie que cette part est plus importante que celle indiquée par son PIB et un score inférieur à 1 signale qu’elle est plus faible.

Le Greenfield Performance Index 2020 a donc analysé l’attractivité des investissements directs étrangers de 101 pays du monde au cours de l’année 2019. 75 d’entre eux ont obtenu un indice supérieur à 1, les 26 restants n’ont recueilli qu’un score de 1 ou moins.

Le Togo, malgré la petite taille de son économie, a enregistré un score de 10,83 (soit 6,7 fois ce qui pouvait être attendu de lui), se classant ainsi au top des performances mondiales, suivi par le Rwanda et le Costa Rica.

Facteurs favorables

Selon le rapport du Greenfield Performance Index 2020, c’est onze projets d’investissements directs étrangers au total qui ont permis au Togo de se hisser à cette position.

«Le double partenariat conclu en novembre 2019 avec le géant nigérian Dangoté pour un investissement de 2 milliards de dollars (1,7 milliard d’euros) pour la construction d’une usine de traitement de phosphate au Togo et un autre investissement de 60 millions de dollars (51 millions d’euros) pour l’installation d’une usine de fabrication de ciment dans le pays» ont été déterminants dans ce résultat, selon republiquetogolaise.com, le portail officiel du gouvernement.

Le site évoque aussi d’autres projets, dont le programme Amea Power qui a attiré la même année un investissement de 33,5 millions de dollars (28,5 millions d’euros) pour la construction d’une centrale solaire à Blitta (nord du Togo).

Togo, une terre fertile pour les IDE

Les IDE étant axés sur la demande, le professeur Kofi Sodokin, économiste et enseignant-chercheur à l’Université de Lomé interrogé par Sputnik, a expliqué que le pays se présentait aujourd’hui comme «une terre fertile pour les investissements directs étrangers» et pouvait en attirer davantage à l’avenir.

D’ailleurs, poursuit-il, le port autonome de Lomé (classé deuxième d’Afrique 2020 en transbordement et le seul port en eau profonde du continent), les grands projets d’infrastructure industrielle en attente d’investissement, l’ouverture du pays et sa participation au marché unique africain, la Zlecaf, sont autant d’atouts qui vont permettre de drainer de nouveaux IDE dans l’avenir.

«Une maîtrise complète de la situation sanitaire mondiale devrait faire repartir les investisseurs vers la destination Togo pour la concrétisation de nombreux projets en attente et redonner en conséquence du tonus à la dynamique de l’activité économique pour laquelle les dernières estimations projettent un taux de croissance de 1% pour la difficile année 2020», assure l’économiste togolais.

15 pays africains dans le top 50

Outre le Togo, classé premier mondial, les pays africains comme le Rwanda (deuxième avec 10,61 points), le Mozambique (quatrième avec 8,97 points), le Sénégal (septième avec 6,56 points), le Zimbabwe (huitième avec 5,91 points) font également partie du top 10 du Greenfield Performance Index 2020.

Ils sont suivis de l’Ouganda (14e), du Kenya (15e), de la Côte d’Ivoire (16e), du Maroc (17e), de la Tunisie (19e), de la Namibie (20e), de la Zambie (21e), du Ghana (28e), du Cameroun (32e) et de l’Égypte (42e).

Lire aussi:

Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Une rixe entre militaires et policiers se termine par deux blessés et trois gardes à vue
Assassinat du général Soleimani: Téhéran dévoile ceux qui seront ciblés par vengeance
Tags:
étrangers, investissements, Togo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook