Afrique
URL courte
Par
887
S'abonner

Une émission diffusée par le média public La Radio tunisienne a provoqué l’indignation après que la présentatrice et d’autres participants ont appelé «l’armée à intervenir» pour sortir le pays de la crise politique, économique et sociale. Deux cadres et deux journalistes ont été suspendus.

La Radio tunisienne a suspendu la directrice de son antenne de Monastir, le responsable de la programmation et deux journalistes suite à la diffusion en direct d’une émission lors de laquelle ils ont évoqué la possibilité d'une intervention de l’armée pour mettre fin aux manifestations qui se propagent dans le pays, indique un communiqué publié sur son site officiel. Ces derniers avaient également soutenu l’idée d'une prise du pouvoir par l'armée pour sauver le pays et le sortir de la crise. L’émission a suscité un tollé sur les réseaux sociaux.

En effet, mardi 1er décembre lors de l’émission «L’opinion et l’opinion inverse», la présentatrice a posé une question aux auditeurs: «Êtes-vous pour ou contre l'intervention de l’armée pour sauver le pays?».

La note informe que la discussion en direct a pris des proportions inattendues avant que les participants «n’appellent à une intervention de l’armée pour briser les sit-in, à l’instar de ce qui s’est passé dans d’autres pays comme la Mauritanie».

Une enquête interne ouverte

Ainsi, la Radio tunisienne a annoncé la suspension des cadres ayant supervisé l’émission, soulignant qu’«un comité interne a été formé pour enquêter sur ce qui s'est passé et divulguer ses tenants et aboutissants, avant de prendre les décisions disciplinaires nécessaires».

Dans le contexte de la crise du Covid-19, la Tunisie fait face à une crise politique, économique et sociale qui a déclenché des manifestations dans diverses régions du pays, appelant au développement, à l'emploi et à l'amélioration des services.

Lire aussi:

Incendie criminel dans une école maternelle à Lille, les pompiers visés par des mortiers d’artifice – images
Des chasseurs américains escortent deux Tu-142 russes au-dessus du Pacifique
«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
Tags:
armée, crise économique, crise financière, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook