Afrique
URL courte
Par
333098
S'abonner

Un jeune Algérien tente de rallier Alger à Djanet, dans le Sahara, en compagnie d’un âne! Ce périple de plusieurs milliers de kilomètres est plutôt mal vu sur les réseaux sociaux. Obliger un animal à marcher sur une distance aussi longue avec une lourde charge est perçu comme un acte de maltraitance.

L’influenceur Yasser Boulares a réussi à faire le buzz. Suivi par plus de 27.000 personnes sur Instagram, son réseau social de prédilection, il s’est lancé un défi à la hauteur de ses ambitions: rallier Alger à Djanet (dans la willaya d’Illizi, dans le sud-est du Sahara algérien) à pied, soit près de 2.300 kilomètres. Il a débuté son aventure lundi 30 novembre à partir de la Grande Poste d’Alger, où se trouve le point kilométrique zéro.

Le jeune homme ne s’embarque pas seul dans cet aventure puisqu’il a décidé de prendre avec lui un âne domestique, dont lui-même ne connaît pas le nom.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @yasser_boularess

«Alger–Djanet, le premier voyage du genre en Algérie. J'ai besoin de votre soutien. J’ai envie de donner un nom à mon nouvel ami», écrit Yasser Boulares en débutant son périple.

Yasser n’en dit pas plus sur son challenge.

Les personnes qui le découvrent ne sauront rien sur sa motivation, ses objectifs, le choix de la ville de Djanet ni même l’histoire de cet âne.

Animal en danger

Certains s’amusent de cette initiative. Mais le fait d’imposer à cet animal –lourdement chargé de vivres et autres affaires personnelles du jeune homme– une telle distance provoque aussi de vives réactions sur les réseaux sociaux. En effet, Yasser et son compagnon à quatre pattes vont devoir parcourir plus de 400 kilomètres dans les Hauts Plateaux avant de se lancer dans une longue traversée du désert. Ils devront supporter le froid, la pluie et même la neige. Dans le Sahara, en cette période de l’année, la température chute très rapidement dès la tombée de la nuit. Imposer une telle épreuve à un âne est perçu comme un acte de maltraitance.

«J’allais m’endormir lorsque j’ai vu cette information. Quel tort a commis cet âne pour être engagé dans une telle folie?»

Docteur Kahina Bouderies, vétérinaire praticienne en zone rurale, estime qu’imposer à un âne de faire un tel trajet pourrait être dangereux pour sa santé.

«L’âne est un animal résistant mais il ne faut pas lui imposer l’impossible. La distance est longue et les conditions météorologiques sont très rudes. Il pourrait souffrir de problèmes digestifs à cause d’une sous-alimentation ou d’une alimentation grossière. Il risque surtout des affections podales par usure des sabots!», affirme cette spécialiste de la santé animale à Sputnik.

Une selle et une contredanse

Pour la vétérinaire, Yasser ne devrait pas tarder à abandonner son aventure. «À mon avis, il n'ira jamais au bout du voyage. Ni lui, ni l'animal ne pourront surmonter les aléas d'une si longue distance», dit-elle. Au terme d’une journée de marche, le jeune homme a atteint le 1er décembre la région de Médéa, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale. Arrivés dans un village, un bienfaiteur a eu la bonne idée d’offrir une selle au pauvre âne afin de mieux répartir la charge sur son dos. En fait, voyager sur de longues distances ne s’improvise pas et nécessite un matériel approprié. Yasser a été moins chanceux, il a eu droit à une contravention de 10.000 dinars (65 euros) pour non-respect du port du masque.

Dans son périple avec un âne vers le sud, Yasser a écopé d’une amende d’un million de centimes pour ne pas avoir porté de masque.

Reste encore une grande énigme dans le challenge de Yasser Boulares: que fera-t-il de cet âne une fois arrivé à Djanet? Lui imposera-t-il 2.300 kilomètres supplémentaires pour revenir à Alger? Sputnik a tenté de le contacter pour avoir une réponse, mais le jeune homme est injoignable sur les réseaux sociaux.

En tout cas, son défi a fait des émules. C’est le cas d’un habitant d’Illizi, ville proche de Djanet, qui a décidé de marcher avec son âne jusqu’à Alger. Les deux aventuriers et leurs compagnons devraient se croiser à mi-chemin, dans la région de Hassi-Messaoud.

«Un autre jeune, d’Illizi, entame un périple avec un âne. Il dit vouloir aller à la rencontre de son ami (Yasser, ndlr) qui vient de la capitale. À votre avis, qui sera le premier à arriver à Hassi Messaoud?», s’interroge-t-on sur cette page Facebook.

Lire aussi:

Benjamin Griveaux annonce avoir démissionné de l’Assemblée nationale
Un migrant en tue un autre et tente de violer une femme en pleine rue en 24h à Paris
Le paradoxe Erdogan: le «sauveur» de la Palestine qui a besoin d’Israël
Sortie de l'état d'urgence et pass sanitaire: l'Assemblée adopte finalement le texte
Tags:
ânes, Sahara, déserts, traversée, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook