Afrique
URL courte
Par
0 86
S'abonner

Bien que relativement peu touché par le Covid-19, le Togo table sur une stratégie efficace pour la vaccination de sa population. Si la campagne démarrera en mai prochain, en ciblant prioritairement les plus fragiles, le choix du vaccin n’a pas encore été effectué, annonce Ayewouadan Akodah, le porte-parole du gouvernement, à Sputnik.

Au Togo, le gouvernement peaufine sa stratégie de vaccination contre le Covid-19. La campagne pourra démarrer au mois de mai 2021 grâce à l’apport décisif de l’initiative Covax, dont le Togo est membre à l’instar de 91 autres pays. Destiné à favoriser un accès mondial et équitable aux vaccins, ce programme est parrainé notamment par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et réservé aux pays les plus pauvres de la planète. Dans la pratique, l'OMS et ses partenaires s’assurent dans un premier temps de la disponibilité du vaccin choisi par chaque pays, puis ils procèdent à l'achat et à la livraison de la quantité de fioles nécessaire pour la couverture vaccinale de 20% de sa population.

L’espoir des autorités repose sur l’annonce faite, le 18 décembre dernier, par l’OMS et ses partenaires –l'Alliance pour les vaccins (GAVI) et la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI)– de faire parvenir les premières fioles aux pays défavorisés au premier trimestre 2021.

Un Conseil des ministres s’est réuni à Lomé ce 6 janvier. Il en est ressorti que la priorité serait accordée, dans un premier temps, au personnel de santé, aux personnes âgées de 50 ans et plus et, dans une moindre mesure, à celles de moins de 50 ans qui présentent une comorbidité importante.

Contacté par Sputnik, Ayewouadan Akodah, le ministre de la Communication et des médias, porte-parole du gouvernement togolais, explique que l’objectif de Lomé est de réussir à avoir une surface vaccinale de la population, et donc une immunité collective, à hauteur de 60% au moins.

«Aujourd’hui, le gouvernement est bien avancé. Le programme Covax va lui donner la possibilité de vacciner 20% de sa population et l’État a mobilisé les moyens pour acquérir les vaccins qui lui permettront de couvrir les 40% restants», a-t-il confié à Sputnik.

Selon les modalités définies en Conseil des ministres, la campagne se déroulera en deux temps. La première phase concernera les populations prioritaires, la seconde devra ratisser plus large. Elle englobera «les élèves, les étudiants, les chauffeurs, les coiffeurs, les forces de l’ordre entre autres», détaille le porte-parole du gouvernement.

Choisir les vaccins les plus avancés

Reste à choisir le vaccin le plus adapté aux réalités du pays. Lomé optera-t-il pour le Sputnik V développé en Russie et qui est actuellement à l’essai en Guinée? Pour le Pfizer-BioNTech fabriqué par Pfizer Canada ULC et BioNTech Manufacturing GmbH? Ou encore pour le vaccin du géant pharmaceutique Moderna ou celui du chinois Sinopharm?

L’exécutif n’a toujours pas tranché. De même que la question du nombre de doses nécessaires à administrer pour une prévention efficace n’a pas été abordée.

«Autour du chef de l’État et de l’ensemble du gouvernement se trouve un conseil scientifique qui travaille d’arrache-pied pour déterminer quel type de vaccin et combien de doses seront efficaces pour notre pays et nos concitoyens», assure Ayewouadan Akodah.

En tout état de cause, ajoute-t-il, le Togo s’engagera sur la base des informations les plus pertinentes et les plus avancées scientifiquement sur les différents vaccins.

Informer pour éviter les réticences

Le porte-parole du gouvernement a par ailleurs affirmé à Sputnik qu’une campagne d’information et de sensibilisation précédera le début de la vaccination contre le Covid-19 afin de réduire les effets néfastes des annonces antivaccins qui pullulent sur les réseaux sociaux au Togo comme dans d’autres pays africains.

Il en va, estime-t-il, de la responsabilité du gouvernement d’expliquer aux Togolais que «son devoir est de les protéger et non de leur proposer quelque chose qui sera nocif à leur santé».

«Un seul cas de Covid-19 coûte à l’État togolais entre 2 et 4 millions de francs CFA (3.000 à 6.100 euros) en traitement et en prise en charge. Il faut donc se projeter et éviter une contamination à grande échelle qui nous serait fort préjudiciable», a conclu le ministre de la Communication.

À la date du 7 janvier, le Togo a comptabilisé 3.845 contaminations au Covid-19, parmi lesquelles 213 cas toujours actifs, 3.560 guérisons et 72 décès.

Lire aussi:

La vidéo d’un homme poussant une femme dans les escaliers du métro parisien suscite une controverse
L’ex-Monsieur Brexit inquiet d’une sortie française de l’UE
Le FSB russe arrête deux hommes soupçonnés de préparer un coup d’État en Biélorussie
Tags:
immunité, OMS, Covid-19, vaccin, Togo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook