Afrique
URL courte
Par
0 05
S'abonner

La Tunisie commémore les dix ans du 14 janvier 2011 dans la tension politique et même sécuritaire, avec des troubles et heurts nocturnes éclatés dans plusieurs villes. Le philosophe Youssef Seddik revient pour Sputnik sur la particularité de ce mois dans l’histoire du pays.

En un demi-siècle, la Tunisie moderne et indépendante a été sculptée par six événements, aussi déterminants que les franchissements par gros temps des mers houleuses. Des journées tout aussi sanglantes et tragiques que glorieuses, du moins pour les protagonistes qui les ont provoquées et en ont payé le prix. 

Et chacune de ces dates, gravées dans la mémoire ordinaire des Tunisiens, a surgi au cours du seul mois de janvier!

De la fondation…

D’abord la date fondatrice d’une Tunisie enfin sur le chemin de sa délivrance du joug colonial en ce 18 janvier 1952. Les instances d’un mouvement de libération déjà ancien et bien implanté depuis le début du siècle décident de prendre les armes et le maquis pour contraindre la puissance coloniale à mettre fin à un protectorat imposé depuis 1881. C’est à présent un jour férié qui commémore ce que les Tunisiens appellent simplement «l’anniversaire de la Révolution».

Pendant longtemps après l’indépendance, les mois de janvier se sont déroulés plus ou moins calmement, dans un pays où la stature d’un Bourguiba avait étendu le règne d’une dictature «soft», qui ne fronçait les sourcils que lors d’une contestation estudiantine et juvénile trop impatiente de voir la Tunisie entrer dans l’ère de la justice et de l’égalité entre les citoyens.

Dès la fin des années 1970, et après l’échec de l’expérience socialiste menée et animée par Ahmed Ben Salah, le pays s’est engagé dans un vaste programme de libéralisation économique. Un début d’industrialisation qui, en créant une classe moyenne consistante, a favorisé l’urbanisation, l’exode rural et surtout le développement d’une catégorie ouvrière de plus en plus revendicative. La centrale syndicale, jusque-là inféodée au parti au pouvoir, a entamé une véritable transformation vers une plus grande autonomie et n’a plus hésité à s’opposer à l’État, à l’administration et aux tenants du capital privé.

C’est ainsi qu’un autre jour de janvier secoue le pays, avec la déclaration de la première grève générale de l’histoire de la Tunisie indépendante. Ce jeudi noir du 26 janvier 1978 a été un véritable tournant et l’annonce d’un crépuscule pour le régime fondé et animé par le père de l’indépendance.

Deux autres journées de janvier ont achevé de ternir puis de paralyser l’action et l’autorité de Bourguiba. Le 26 janvier 1980, des troupes de rebelles armés et entraînés par la Libye et les services secrets algériens ont pris d’assaut la ville de Gafsa, puis du 1er au 6 janvier 1984, les émeutes du pain sont parties du sud-ouest avant de s’étendre à tout le pays.

En moins de dix ans, cet homme, dont la stature est fortement érodée, allait être contraint de se retirer au profit d’un général de l’armée, Ben Ali, nommé quelques mois auparavant Premier ministre. C’est à lui désormais de subir les «coups de janvier».

… À la révolution

D’abord le 5 janvier 2008, on assiste à un soulèvement  de toutes les localités minières dans les régions de Gafsa, Redeyef, Metlaoui, Mdhila, Moularès, etc. dont les effets persistent encore jusqu’à aujourd’hui. C’est en effet la violence de ces événements qui a affaibli le régime de Ben Ali. Et c’est d’ailleurs un 14 janvier, trois ans après, que cet homme a été poussé par l’émeute populaire à abandonner le pouvoir et à fuir le pays.

Nombreux sont ceux qui expliquent le bouillonnement des mois de janvier par le rythme de vie des Tunisiens qui, pour rien au monde, ne se laissent détourner des jouissances estivales pour s’occuper des choses sérieuses. Puis, une fois les poches vides, de retour au travail, ils retrouvent leur esprit critique et leur résistance aux contraintes de la vie dure et c’est ainsi qu’ils s’en prennent aux institutions de la coercition, à l’État et à l’ordre.

L’effet Janus

Mais, au lieu de chercher à expliquer l’effet du Tunisien sur le mois de janvier, serait-il peut-être plus judicieux de chercher l’effet de janvier sur le Tunisien?

Tunisie
© Sputnik . Alexandre Vilf
Janvier est le mois nommé en référence au dieu romain, Janus, dieu des métamorphoses, dieu aux deux visages, l’un qui regarde en arrière, l’autre qui scrute l’avenir. Divinité étrange qui n’obéit pas à la logique qui a fait passer le Panthéon grec dans celui des Romains.

Janus est composé en grande partie par le Chaos, l'indistinct et l’informe dont il réussit péniblement à se libérer pour faire apparaître les quatre éléments qui constituent le monde et la vie: l’air, l’eau, la tourbe et le feu. C’est ainsi qu’il érige et abolit, fait vivre et fait mourir, assoiffe et désaltère, incendie et éteint. Le Tunisien et la Tunisienne l’ont-ils si parfaitement compris?

Lire aussi:

Le traitement anti-Covid de l’Institut Pasteur de Lille reçoit le feu vert pour les essais cliniques
Euro 2020: Qui est Christian Eriksen, le joueur ayant perdu connaissance lors du match Danemark – Finlande?
Joe Biden perd le nord lors du sommet du G7 – vidéo
Tags:
émeutes, révolution, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook